Les Diplômés : Diane Rousseau, graphiste pour Youtube chez M6 Web

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection des projets de fin d’études réalisés par les étudiants en école d’art et de design. Un an après la dernière promotion, une nouvelle génération vient de décrocher le précieux sésame. Mais que sont devenus ces jeunes graphistes dont nous avons été séduits par le projet et que nous avons eu la joie de passer dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête.

La série se poursuit avec Diane Rousseau. La jeune graphiste avait exploré pour son projet de diplôme le monde des avatars. À partir de cette réflexion, elle a élaboré « Skin » un projet d’exposition ludique dans le but de faire découvrir au public, les potentialités des identités numériques.

Pour suivre le travail de Diane Rousseau : http://dianerousseau.tumblr.com

Peux-tu nous raconter ton parcours depuis ton diplôme ?

J’ai fait mes études à l’ÉSAAT, l’École supérieure des arts appliqués et du textile, j’ai été Diplômée en juillet. J’ai ensuite cherché du travail directement. Au début, je ne trouvais aucune piste, je suis alors passée par une phase de démotivation. Ce n’était pas facile, surtout après une année très dense pendant laquelle je n’avais pas vraiment eu le temps de penser à « l’après ».
J’ai quitté Lille pour m’installer à Paris en freelance et en septembre, quelqu’un m’a contacté via Linkedin pour me présenter une plateforme de mise en relation entre clients et freelances.
Je me suis inscrite et ai répondu à la première annonce. L’objet était de faire du branding pour le monde du jeu vidéo, de la beauté et de la musique. Comme j’avais fait mon mémoire sur les jeux vidéo, j’ai bondi sur l’occasion en jouant la carte à fond. Dans l’après-midi j’avais un entretien. C’est à ce moment que j’ai découvert que l’offre venait de M6.
J’ai été prise et pendant les trois premiers mois j’ai fait pas mal de petites tâches, des présentations. Ils n’avaient jamais eu de graphiste dans ce service et ne mesuraient pas forcément la valeur ajouté de la matière. Mon travail a changé quand j’ai proposé mes compétences pour accompagner visuellement le lancement des nouvelles chaînes Youtube du groupe. J’ai eu carte blanche pour expérimenter. J’ai alors amené ma peinture à l’open space, joué avec le scanner, différentes choses qui les ont tout de suite séduits. À la fin des trois mois, je me suis donc retrouvée responsable artistique de plusieurs chaînes Youtube appartenant à M6 web.

Aujourd’hui, mon travail est très varié. Je fais aussi bien des visuels pour les réseaux sociaux que des identités plus globales ou encore du motion design.
C’est très dynamique et ça me permet de jongler chaque jour avec de nouveaux univers et de nouvelles thématiques.

Qu’est ce que tu as découvert en commençant à travailler ?

En un an, j’ai été surprise par mon évolution, j’apprends à me mettre plus en avant, j’arrive à convaincre les clients avec mes idées.
Ce que je trouve intéressant aussi c’est que mon travail est principalement à destination de Youtube, il n’y a pas de règles prédéfinies sur ce média et l’habillage reste très souvent amateur. En essayant, expérimentant, j’espère pouvoir y apporter mon regard de graphiste.

Aussi, il y a tellement de choses que je ne soupçonnais pas. D’abord, les heures passées derrière un projet, le nombre de contraintes à respecter, tout cela est devenu subitement réel après l’école.

Pourquoi avais-tu choisi les études de graphisme?

Je dessine depuis que je suis toute petite et j’ai toujours été très attirée par l’image, par le visuel. J’ai fait un bac art appliqué en trois ans, ensuite un BTS communication visuelle puis un DSAA. Je n’ai jamais vraiment pensé à faire autre chose que de la création. Au départ, le graphisme n’était pas ma passion. C’est vraiment en BTS que j’ai découvert tous les champs qu’offrait le graphisme. Le graphisme permet de toucher à plein de choses tout en restant dans le monde de l’image. Sur mon dernier projet pour M6 Web, j’ai été la responsable artistique du projet Eau Jeune et de son nouveau parfum Double-je Ubran Tropical. Sur ce projet j’ai réalisé la communication visuelle sur les réseaux sociaux, mais aussi l’univers visuel et les illustrations de la vidéo. C’est exactement ce qui me plaît dans mon travail.

https://youtu.be/N_wxlfxnO5g

Double-je Urban Tropical d’Eau Jeune

Comment continues-tu à mettre en valeur ton travail ?

Il y a Instagram qui est ma petite bulle sur laquelle je m’exprime avec des projets très personnels. C’est une vitrine accessible par n’importe qui. Je trouve ça très vivant, j’aime bien partager ce que je fais en dehors du travail. En revanche mon folio, je ne l’ai pas mis à jour depuis longtemps.

As-tu envie de poursuivre ton projet de diplôme ?

En fait, j’avais envie qu’il s’arrête au rendu, mais il s’est poursuivi malgré moi, grâce à étapes. J’ai adoré faire ce projet mais une fois terminé, je pensais l’avoir mis de côté définitivement. Finalement, il y a eu la publication dans étapes: suivi de l’expo et aujourd’hui le collectifs de chercheurs OMNSH veut le publier. Ça me fait plaisir qu’il puisse continuer à vivre, à servir à quelqu’un. Mais je ne pense pas avoir l’envie de le retravailler.Il y a eu cette période de creux après le DSA où je me suis dis l’école c’est fini. Je ne pourrai plus faire ça.

Pourquoi avoir participé à étapes diplômes ?

C’était une manière de le montrer et une évidence aussi étant donné que je suis la revue depuis le lycée.

Quels sont tes projets ?

J’aimerais faire de supers projets, continuer à être impliquée dans mon travail, faire des choses nouvelles. J’aimerais bien trouver des clés intéressantes dans des univers ou le graphisme est peu connu, comme celui de Youtube.

Les Projets de Diane Rousseau

Identité graphique de la chaîne Youtube DotMove

Logo, identité graphique, générique, bannière réseaux sociaux.
Lien de la chaîne : http://bit.ly/1PCA3TJ

Pistes de recherche pour la chaîne YouTube : Vloggist


Lien de la chaîne : http://bit.ly/29wXvBX

Propos recueillis par Charles Loyer

Partagez votre projet de diplômes 2016 sur notre site dédié pour faire partie de la sélection 2016 à paraître dans la revue. Un numéro soutenu par Fotolia.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…