Elsa Paddeu Diplôme étapes

Les diplômés : Eliza Paddeu, la marque et le territoire

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design.

Dans le cadre de notre partenariat avec le Campus Fonderie de l’Image, nous publions une interview d’Eliza Paddeu, qui revient sur cette année cruciale qui l’a vue obtenir son diplôme.

Elsa Paddeu Diplôme étapes

Bonjour Eliza, tout d’abord félicitations pour votre projet de diplôme. Après un parcours de cinq ans en formation en alternance au Campus Fonderie de l’Image (BTS, CDCG UX) vous présentiez donc votre projet de diplôme de DCDG (Directeur-e de création en design graphique éco-responsable). En quoi consiste-t-il ? 

C’est un projet d’identité territoriale. Avec l’écriture de mon mémoire je suis arrivée au constat que les territoires de France étaient souvent mal représentés visuellement, résumés et réduits à des signes dénués de sens. L’idée de ce projet n’était pas tant de proposer « la bonne identité visuelle », mais plus d’ouvrir le dialogue et montrer qu’une autre manière de traduire graphiquement les territoires était possible. L’identité territoriale est un support délaissé par le monde du graphisme et peu de designers ont cherché à mettre en place un autre système de représentation. Pourtant il me semble que c’est le premier support qui représente les citoyens et de manière plus large notre société. C’est un projet qui invite à se questionner sur comment l’on souhaite la représenter. De cette réflexion, j’ai cherché à mettre en place une identité territoriale pour les régions de France permettant de montrer leur richesse et leur complexité sans les résumer. Mon principe s’appuie sur l’étude des territoires et de leurs composantes (paysages, administrations, tourisme, transports…) pour en développer des cartes qui mèneront à des figures. L’idée est de pouvoir ajouter des couches de composantes en fonction des besoins des régions. C’est un projet à mi-chemin entre l’identité et la cartographie.

Comment êtes-vous entrée dans l’univers du design graphique ? 

J’ai eu un parcours scolaire assez chaotique, dès le milieu du collège j’ai complètement abandonné l’école et le corps enseignant m’a rapidement laissée tomber. Ma mère qui était inquiète pour moi a cherché des voies pouvant m’intéresser. J’ai toujours été très sensible à l’art de manière générale : la musique, le dessin, le chant… Elle m’a proposé d’intégrer un Bac Pro en design graphique dans un lycée parisien. Ce fut une révélation, j’ai eu des professeurs incroyables qui ont vite cru en moi et m’ont poussé à aller plus loin. Travailler devenait un réel plaisir et une source d’épanouissement. Je n’ai pas de suite appelé cela du design graphique, c’est au fil des années et en commençant l’alternance que je suis devenue plus exigeante avec ma pratique et plus critique. 

Elsa Paddeu Diplôme étapes

Quel a été votre parcours professionnel ?

J’ai d’abord effectué un Bac Pro Design graphique (plutôt orienté print), durant ces trois années j’ai effectué différents stages dans des agences telles que Dragon Rouge ou Terre de Sienne. Puis j’ai commencé mon alternance dans l’agence Bronx, en BTS Print, en Licence Ux Design puis en Master Direction de Création. L’alternance a donné une autre dimension à mon approche du design : très tôt j’ai été confrontée à l’exigence des clients. Ce parcours m’a permis d’évoluer dans les compétences et de grandir en tant que professionnelle et individu. Chez Bronx, j’ai reçu rapidement beaucoup de responsabilités, ils et elles m’ont placée sur des projets importants en me laissant de la place graphiquement. 

Quels ont été pour vous les moments forts de cette dernière année d’études ?

L’année a vraiment été très riche entre l’événement Latitude Graphique (événement de lancement du recueil de nos articles, que les étudiant-es réalisent eux-mêmes et elles-mêmes) réalisé en septembre dernier à La Générale, le mémoire, le diplôme… Mais si je devais retenir un moment, je choisirais le jour où j’ai présenté mon mémoire de fin d’études qui porte également sur les questions de territoire, c’est le point de départ de tout mon diplôme. Je n’étais pas sûre de mon sujet ni de mon approche et pourtant cet oral a été un moment assez magique. Comme une révélation sur le type de design que je voulais faire. L’un des membres du jury, Pauline Escot (graphiste-chercheuse, elle s’intéresse également aux territoires), m’a félicitée pour la position que je prenais dans mon mémoire et m’a encouragée à continuer vers une thèse, poursuite à laquelle je n’avais jamais songé. 

Elsa Paddeu Diplôme étapes

Avez-vous été marquée par une rencontre au long votre cursus ?

Oui, il y a d’abord eu la rencontre avec une équipe, celle de l’agence Bronx, qui m’a soutenue tout au long de mes études aussi bien sur l’aspect professionnel que personnel. Elles m’ont toujours aidé à surmonter les difficultés de ce milieu. Il y a aussi eu la rencontre en Master avec mon amie Clémence Burgot. Elle a complètement modifié ma vision du design en lui donnant une dimension plus expérimentale. 

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ? 

D’être fière de son travail et d’assumer ses propos et parti pris. 

Quelles références et influences graphiques retrouve-t-on dans votre travail ? 

L’architecture m’inspire beaucoup, les jeux de formes et de matières m’amusent. J’aime le travail du studio Travaux Pratiques, leur travail sur le signe et le symbole. Joost Grootens pour sa vision du territoire et de la cartographie. L’atelier Ter Bekke & Behage ou encore le studio Les Graphiquants, pour leur utilisation de la typographie. Je suis très sensible à la fabrication et à l’édition. C’est pour cela que j’aime bien aller me perdre dans le Tumblr nommé Tranche, il regroupe de nombreuses éditions aux façonnages inspirants. 

Elsa Paddeu Diplôme étapes

Dans quel environnement souhaitez-vous voir s’inscrire votre travail dès à présent ? 

Au regard de mon parcours, je me rends compte que mon travail s’est toujours orienté vers les notions de territoire, d’urbanisme et de collectivité. J’aime penser que le design peut aider à rapprocher les espaces vivants, les faire cohabiter et créer du lien social. 

Quels sont vos coups de cœur graphiques du moment (édition, affiche, cinéma, exposition…) ? 

Il commence à dater un peu, mais j’aime beaucoup le mobilier d’exposition développé par le studio Travaux Pratiques. Les affiches de la Seine Musicale de Caen, réalisées par le studio Murmure. Et pour finir le magazine Revue, une édition qui s’intéresse à l’art, la mode et la photographie. Finalement des créations qui sont un peu éloignées de mon univers graphique, mais qui pourtant m’inspirent. 

Qu’aimeriez-vous dire aux futur-es étudiant-es, qui comme vous, ont choisi d’étudier en alternance ? 

Accrochez-vous ! L’alternance est un parcours difficile et malheureusement encore critiqué. Il faudra peut-être se battre plus que des élèves issu-es d’autres écoles. Mais une fois votre scolarité terminée vous serez fièr-es du travail accompli. Pensez aussi à garder une part d’expérimentation dans votre travail, l’alternance nous plonge rapidement dans le monde professionnel. Avec les contraintes qu’il représente, il peut nous éloigner du développement d’un propos graphique personnel, engagé parfois, ou poétique… 

Propos recueillis par Valentine Fried et Margot Mourrier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

b.v-h doc étapes

10 > 21/09 – Le studio b.v-h expose à DOC!

Dans la poursuite de leur précédente exposition lors de « Une Saison Graphique » au Havre, le studio graphique et typographique formé par André Baldinger et Toan Vu-Huu investit DOC. Le duo, responsable de la création des affiches des expositions et de l’identité visuelle du lieu, y montre 17 affiches ainsi qu’une série de pictogrammes liés à d’autres projets du studio. Sorties de leur contexte, ces affiches dévoilent alors leur caractère expérimental, principalement guidées par des jeux typographiques en phase avec leur sujet. Grands faiseurs de systèmes graphiques, b.v-h expose également deux vidéos ou les identités, logos et pictogrammes réalisés depuis 11…

Neo Makers

19 > 22/09 – Neo Makers, une exposition mêlant artisanat, design et numérique

Dans le cadre de la Nantes Digital Week, LEVEL INNOVATIVE WORKPLACE accueille PRISME EDITIONS pour 4 jours d’exposition du 19 au 22 Septembre 2019. Neo Makers propose de découvrir le travail des artisans et designers nantais et dévoile comment ces derniers, mixent dans leurs ouvrages, savoir-faire, tradition et innovation. C’est également l’occasion de penser les manières de s’approprier les nouvelles technologies et les solutions d’avenir comme les bio-matériaux, le recyclage ou encore l’impression 3D. Date : Du 19 au 22 septembre 2019 – De 10h à 19h Lieu : Level Innovative Workplace – 3 Place Albert Camus, 44000 NANTES Lien…

Porto Design Biennale

19/09 > 8/12 – Porto Design Biennale 2019

Depuis quelques années, Porto se fait remarquer comme un haut lieu du design. Afin d’encourager et promouvoir les pratiques qui y sont liées, la première édition de Porto Design Biennale s’installe dans divers lieux de la ville avec un riche programme d’expositions, de conférences, de workshops et tables rondes. Le thème « Post Millennium Tension » guide ce parcours. Il nous invite à réfléchir sur notre les transformations de notre nouveau millénaire et à observer la place du design dans un monde en perpétuel changement. Un sujet vaste qui soulève autant de questions que de solutions. Lieu : Divers – Porto et…

11 > 16/09 – Tout se transforme

L’innovation est au cœur de la rentrée du Bel Ordinaire. L’exposition TOUT SE TRANSFORME, qui débute dès le 11 septembre, mêle graphisme et technologie, sous la houlette du réputé studio Chevalvert.  Ce parcours, proposé par accès)s( cultures électroniques et monté en collaboration avec Le Signe, centre national du design graphique, s’apparente à une usine, dans laquelle les matières premières, les machines et les gestes de chacun permettent la transformation des éléments. Dans un dédale d’architecture lumineuse, formes et objets se changent en une partition musicale. Le visiteur interagit avec son environnement, à l’aide de son corps, parfois de sa voix, pour devenir le chef d’orchestre de cette expérience visuelle interactive. Au total, le studio Chevalvert met à disposition 4 installations qui explorent les connexions innombrables, entre musique et image.…

Flux

Pâquerette Brice Larrieu chorépgraphie

« Pâquerette », le bal des sentiments humains

« Pâquerette » la dernière réalisation de Brice Larrieu alias Skorpion, fait partie de ces objets visuels hybrides, qui dévoilent leurs multiples facettes après plusieurs lectures. Au delà d’une vidéo de danse, il faut voir dans ce film la volonté de l’artiste de mettre l’accent sur les sentiments, au milieu…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…