Les Diplômés : Henna Burney, designer et chercheuse au LCA.

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design. Que sont devenus ces jeunes graphistes dont les travaux nous ont séduits et que nous avons présentés dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête.

Diplômée de l’École Boulle en 2016, Henna est aujourd’hui designer et chercheuse dans les agromatériaux, comme le présupposait son diplôme. Son projet Oryza avait pour objectif de transformer la matière première en matériaux peu polluants et les rendre attractifs. Avec le Laboratoire de Chimie Agro-alimentaire (LCA), elle axe son travail sur la balle de riz, l’enveloppe autour de la céréale, produite à 6000 tonnes par an mais non exploitée. Grâce à la technique de la thermocompression, elle fabrique des plaques dont elle tire profit de diverses manières.

Site personnel: hennaburney.com
Site du projet: Oryza


Peux-tu nous raconter ton parcours depuis l’obtention de ton diplôme ?

En juillet 2016, j’ai obtenu un DSAA en Design Produit à l’école Boulle. Après cela j’ai suivi une année FCND (Formation Continue Non Diplômante) qui m’a permis de faire un échange de 6 mois au Japon au département Céramique des Beaux Arts de Tokyo (Geidai). Ce fut l’opportunité de démarrer un travail de recherche entre la céramique et des matières végétales. Suite à cet échange, j’ai intégré de nouveau pendant 4 mois le LCA, au sein duquel j’ai développé mon projet de diplôme. En collaboration avec Antoine Rouilly (maître de conférences à l’ENSIACET à Toulouse), j’ai continué a travailler sur le développement de mon matériau : j’ai eu la possibilité de l’expérimenter plus profondément en concrétisant les paramètres du procédé et en travaillant sur la coloration naturelle. À la suite de quoi, j’ai été mise en relation avec l’Atelier LUMA avec lequel je travaille aujourd’hui.

Pourquoi avais-tu choisi ces études ?

J’ai commencé mes études, en design industriel, à l’Université de Buenos Aires. Grâce un accord bilatéral entre l’UBA et l’École Boulle, j’ai choisi de suivre une formation en design de produits, une formation plus focalisée sur la recherche. De là je me suis questionnée sur le rapport entre le design et le développement des matériaux issus des matières végétales, plus spécifiquement sur les agromatériaux. Grâce à un mémoire de recherche, j’ai pu éclaircir mon profil en tant que designer, et constituer des bases théoriques pour mes travaux de recherches.

Comment as tu vécu ton passage de l’école vers l’insertion professionnelle ?

Dès lors que j’ai démarré ce travail de recherche entre le design et les agromatériaux, je savais que je voulais donner une suite, notamment au développement du matériau, après l’obtention du diplôme. Cette ambition m’a permis de très vite me faire des contacts, d’aller plus loin avec ce projet et ensuite d’intégrer l’équipe de Atelier LUMA.

As-tu eu des retours suite à la publication du numéro ?

La publication de mon projet a été un moyen de communiquer ma recherche plus facilement. J’ai reçu quelques mails des étudiants et designers qui s’intéressent aussi au développement des matériaux à partir de matières végétales.


Dans la poursuite de ton projet de diplôme, l’éco-responsabilité et le réemploi sont des axes que tu souhaites garder dans ton travail ?

Mon projet Oryza a été déterminant. Nous, designers, avons l’avantage de concevoir en utilisant différents matières. Nous avons aussi la responsabilité de respecter les conditions écologiques actuelles et futures en proposant de nouvelles alternatives. J’ai le sentiment que le travail n’est pas fini et que le chemin est encore long pour donner une véritable place aux agromatériaux.


Quels sont tes projets pour la suite ?

Dans un contexte environnemental critique, il est important de se pencher sur les matières végétales en alternative aux matériaux issus de ressources fossiles qui permettent d’obtenir des matériaux à court cycle de vie. Dans un premier temps, j’aimerais mettre au point le projet Tierra (dallage végétal), pour démarrer une vraie distribution.
J’envisage de m’installer en tant que designer indépendante et de développer une start-up, afin d’utiliser ces matières pour la conception de mes objets, de les rendre intelligibles, de leur donner une deuxième opportunité au sein de nos habitats. Je continue de travailler en partenariat avec le LCA car il est important que designers, chercheurs, et agriculteurs, s’unissent pour contribuer à la transition climatique tout en profitant des nouvelles esthétiques offertes par ces matières.

Propos recueillis par Florian Bulou-Fezard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

À Turin, les drônes font de l’art

À Turin, dans le cadre du projet UF0-Urban Flying Opera, le studio de design de l’architecte Carlo Ratti a créé une fresque collaborative dont les artistes ne sont ni plus ni moins que des drones. De plus en plus, les nouvelles technologies s’invitent dans l’art. Elles sont le prétexte pour explorer de nouveaux processus de création et pourquoi pas de porter objectivement des messages, tout en impressionant son petit monde. Comme on peut le voir dans ces images, 4 drones ont travaillé pendant une douzaine d’heure pour réaliser cette fresque inédite dans la ville de Turin. Elle est le résultat…

Le calligraphe Said Dokins transforme une ancienne prison mexicaine

Artiste et calligraphe depuis 22 ans, Said Dokins investit l’ancienne prison mexicaine de San Luis Potosî. Jusqu’au 19e siècle elle fonctionnait comme centre de rétention et d’internement. Par la suite, c’est le gouvernement mexicain qui transforma la prison en institution artistique, tout en préservant son architecture initiale. Avec l’exposition « Runaway Writings », Said Dokins investit le Centre d’Arts de San Luis Potosî de son travail calligraphique au pinceau sur béton, pierre, tôles ou encore tissus. Comme à son habitude, il aime jouer et rejouer des formes calligraphiques et géométriques. L’exposition « Runaway Writings » est donc pensé comme un panorama des oeuvres inédites…

Lenny Maughan dessine en courant un portrait de Frida Kahlo

Pour Lenny Maughan, le dessin est une question d’endurance…

L’athlète américain Lenny Maughan a trouvé une manière de faire parler de lui pour autre chose que ses performances sportives. Lors de chacun de ses parcours, le coureur de marathon suit un tracé précis qui permet de faire ressortir dans son GPS des illustrations naïves. L’occasion de dessiner des symboles universels, d’offrir à ses fans une fleur ou encore de rendre hommage à des personnalités comme Frida Kahlo. Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Les Diplômés : Louise Vendel, le doute comme force créatrice

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design. Que sont devenus ces jeunes graphistes dont les travaux nous ont séduits et que nous avons présentés dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête. Il n’y a pas de parcours type, le projet de diplôme de Louise Vendel : C’est une lettre de Sol LeWitt à la sculptrice Eva Hesse qui est la planche de salut de Louise Vendel. Dans cette lettre, l’artiste…

Flux

Le calligraphe Said Dokins transforme une ancienne prison mexicaine

Artiste et calligraphe depuis 22 ans, Said Dokins investit l’ancienne prison mexicaine de San Luis Potosî. Jusqu’au 19e siècle elle fonctionnait comme centre de rétention et d’internement. Par la suite, c’est le gouvernement mexicain qui transforma la prison en institution artistique, tout en préservant son architecture initiale. Avec l’exposition « Runaway…

Lenny Maughan dessine en courant un portrait de Frida Kahlo

Pour Lenny Maughan, le dessin est une question d’endurance…

L’athlète américain Lenny Maughan a trouvé une manière de faire parler de lui pour autre chose que ses performances sportives. Lors de chacun de ses parcours, le coureur de marathon suit un tracé précis qui permet de faire ressortir dans son GPS des illustrations naïves. L’occasion de dessiner des symboles…

Ressources

Halvar Typemates étapes

Halvar, une police bien trempée

La fonderie allemande TypeMates a sorti il y a peu une nouvelle fonte linéale, Halvar. Développée dans une version classique et une version stencil de 81 styles chacun allant du black au hairline, elle est structurée en 3 sous-catégories représentant 3 chasses différentes (large, moyenne et étroite). Elle offre ainsi…

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…