Les Diplômés : Louise Vendel, le doute comme force créatrice

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design. Que sont devenus ces jeunes graphistes dont les travaux nous ont séduits et que nous avons présentés dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête.

Il n’y a pas de parcours type, le projet de diplôme de Louise Vendel : C’est une lettre de Sol LeWitt à la sculptrice Eva Hesse qui est la planche de salut de Louise Vendel. Dans cette lettre, l’artiste encourage son amie à transformer le doute en impulsion créative. C’est ainsi que Louise Vendel décide d’utiliser ses obsessions et doutes comme matière première pour son diplôme, dédramatisant l’exercice, tout en l’inscrivant dans le champs de l’intime. “Il n’y a pas de cours type” est un bilan intime, un projet plurimédia où chaque objet se répond.


Suivre Louise Vendel

Site internet : www.louisevendel.com

Instagram : @louise.vendel


Peux-tu nous raconter ton parcours depuis l’obtention de ton diplôme ?

À la sortie du diplôme j’ai fait un grand voyage qui m’a permis de prendre le temps nécessaire pour réfléchir à ce que j’allais faire et à la stratégie que j’allais adopter. À mon retour j’ai bénéficié d’une résidence en Art Visuels et Cultures Numériques durant six mois, en parallèle de mon travail en atelier.



Pourquoi ces études en particulier ?

J’ai toujours aimé dessiner, mais aussi assembler et créer des ponts entre les médiums. L’ENSAD était l’école de mes rêves depuis mes 14 ans. Tous les ateliers me faisaient rêver : sérigraphie, gravure, céramique, métal… je m’imaginais un immense laboratoire/terrain de jeux. J’ai fait un bac général tout en gardant mon objectif en tête. J’ai eu un moment d’hésitation avec l’ENSBA où j’ai été également admise, mais je ne regrette pas de m’en être tenue à mon premier choix.

Comment as-tu vécu la transition de l’école vers la vie professionnelle ? Que fais-tu aujourd’hui ?

Mon diplôme, dont le doute est le sujet, m’est venu d’une remise en question forte à l’aube de ce fameux « monde professionnel ». Ma dernière année d’étude fut un moment difficile où des questions simples mais cruciales s’imposaient. Ce fut compliqué, mais cette étape m’a permis de commencer sereinement mon parcours tout en assumant mes choix avec cette petite phrase « Il n’y a pas de parcours type. » Aujourd’hui je suis artiste. Mon travail est fondé sur le dessin et l’installation. Je travaille dans mon atelier et en tant que graphiste en parallèle.



Comment ton travail créatif a-t-il évolué depuis ton diplôme et quel regard portais-tu et portes-tu aujourd’hui sur ton projet de diplôme ?

Aujourd’hui je me sens beaucoup plus libre. Je prends le temps de mûrir mes idées, tout en travaillant dur pour garder une dynamique de production et de recherche. Mon diplôme était tout de même issu d’une urgence, j’avais donc du mal à l’apprécier sur le moment. Avec du recul, je suis fière d’avoir pu transformer de la sorte mon doute en matière à réflexion et à expérimentation.


Quels conseils créatifs aurais-tu souhaiter donner à la toi du passé ?

Prendre le temps ne veut pas dire le perdre.


Quels sont tes projets et aspirations pour l’avenir ?

Je ne peux pas dire ce que j’aimerais dans deux ans ou dans dix ans, mais je sais ce que je veux faire dans les prochains mois. Après une année riche d’une résidence, d’un prix (Prix Dauphine pour l’Art Contemporain) et d’une exposition à la Galerie du Crous, je mets en place actuellement mon prochain projet mêlant céramique et installation sonore, j’ai hâte !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 7 janvier au 1 avril 2023 → Læ collectiv·f·e Bye Bye Binary – CAC Brétigny (Brétigny)

Communauté rassemblant des graphistes, Bye Bye Binary développe des expérimentations et recherches autour de l’écriture inclusive, non binaire et postbinaire. Le groupement élabore notamment la première typothèque présentant des typographies inclusives et mène différentes actions de pédagogie. Parmi les multiples solutions typographiques permettant une meilleure inclusivité, Bye Bye Binary s’intéresse…

Du 4 février au 15 avril 2023 → Cycle de conférences ‣ Les éléments de l’architecture II – Pavillon de l’Arsenal (Paris)

L’architecte, philosophe, et professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine Richard Scoffier intervient au Pavillon de l’Arsenal dans le cadre d’un cycle de conférences autour des éléments de l’architecture. Le 4 février, de 11h à 13h, il interroge le dispositif de la porte, le 4 mars, l’élément…

Le 2 février 2023 → Conférence ‣ Les nouveaux vecteurs de diffusion du graphisme militant – La Contemporaine (Nanterre)

Les graphistes Dugudus et Sébastien Marchal, et le street-artiste Jaëraymie interviennent à La Contemporaine et donnent une conférence autour des nouveaux vecteurs de diffusion du graphisme militant. Régis Léger alias Dugudus s’intéresse à la représentation de l’image sociale et politique française. Diplômé de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI),…

Le 2 février 2023 → Conférence Catherine Barluet ‣ graphisme.design – Université Paris 8 (Saint-Denis)

Le cycle de conférences graphisme.design revient pour une nouvelle édition à l’Université Paris 8. La graphiste Catherine Barluet présente le 2 février 2023 à 18h30 quatre projets réalisés ces dernières années : la refonte graphique de la maquette d’un journal, un catalogue d’exposition thématique pour une institution muséale, la direction artistique…

Feed

L’écharpe pixels d’Animal Press

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes:, le 271, à paraître en librairie le 21 février et actuellement en précommande, nous publions un article en lien avec notre rubrique « Objets graphiques ». Place aux pixels ! La maison d’édition Animal Press, fondée par Jinhee Han et rejointe par Baptiste…

Susan Kare sur Arte

L’émission “Gymnastique” d’arte dédie l’un de ses épisodes à Susan Kare, pionnière du design numérique. Elle crée notamment des icônes de bureau et des polices typographiques devenues des normes de référence. La graphiste humanise l’informatique et travaille pour des sociétés comme Apple, NeXT, Microsoft ou encore Facebook, PayPal et Pinterest.…

Postulez au 30e concours international d’affiches de Chaumont

Le concours international d’affiches, organisé dans le cadre de la Biennale internationale de design graphique, célèbre sa 30ème édition. Créé en 1990, il valorise la création d’affiches dans le domaine du design graphique. Les propositions d’affiches sont à envoyer par la poste avant le 31 janvier 2023, elles peuvent être…

Candidatez aux Type Directors Club Awards !

Créé en 1946, le Type Directors Club est une association internationale dédiée à la promotion de la typographie. Comme tous les ans, elle organise les Type Directors Club Awards. L’appel pour la prochaine édition, la 69ème, est actuellement ouvert jusqu’au 3 mars 2023. Trois catégories sont prévues : “Typography”, “Lettering”…

Ressources

Susan Kare sur Arte

L’émission “Gymnastique” d’arte dédie l’un de ses épisodes à Susan Kare, pionnière du design numérique. Elle crée notamment des icônes de bureau et des polices typographiques devenues des normes de référence. La graphiste humanise l’informatique et travaille pour des sociétés comme Apple, NeXT, Microsoft ou encore Facebook, PayPal et Pinterest.…

Les Rad!cales : le design à l’épreuve du vivant

Né en janvier 2020, le collectif Les Rad!cales invite les professionnel·les du design à s’engager pour le vivant dans un contexte d’urgence climatique. Comment concevoir un système soutenable pour les générations présentes et futures ? Telle est l’une des questions soulevée par le mouvement. Le manifeste “Design pour l’environnement” porté…

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…