Les diplômés : Sébastien Baillou, motion designer

Chaque année, chez étapes:, nous proposons à l’automne un numéro spécial diplômes qui présente une sélection de projets de fin d’études réalisés par des étudiants en écoles d’art et de design. Que sont devenus ces jeunes graphistes dont les travaux nous ont séduits et que nous avons présentés dans nos colonnes au cours des années précédentes ? Nous avons mené l’enquête.

Un numéro sur l’écologie avec des papiers recyclables, des choix d’encres limitée ou encore un usage du moirage. Pour résumer grossièrement la revue Augmenter, socle du projet de diplôme de Sébastien Baillou, nous pouvons dire que le jeune designer explore différents moyens d’associer le fond et la forme au sein d’un seul et même support. Le contenu devient prétexte à repousser les limites du contenant, à l’inverse la mise en pages et la typographie viennent appuyer la narration. Ce mouvement à double sens, Sebastien Baillou le met aujourd’hui, principalement en œuvre dans des réalisations en motion design.


Suivre Sébastien Baillou

Site internet: https://sebastien-baillou.fr/

instagram: @revue_augmenter


Peux-tu nous raconter ton parcours depuis l’obtention de ton diplôme ?

J’ai obtenu un diplôme de master avec la revue Augmenter à l’ESA Pyrénées, mais j’ai décidé de faire une année supplémentaire en cinéma d’animation à La Cambre dans la même option où j’avais effectué mon Erasmus.

Pourquoi ces études en particulier ?

Quand j’étais plus jeune, je voulais faire du cinéma d’animation, mais j’ai rapidement remarqué que ces études étaient très onéreuses, à cette époque, je ne connaissais que les Gobelins et j’ai vite abandonné cette idée.

Puis j’ai essayé de voir ce qui m’intéressait vraiment, deux domaines en sont ressortis : l’art et les sciences. Le graphisme est un lieu à la rencontre de ces deux matières. Un milieu avec une rigueur mathématique et une grande créativité où on est en permanence dans l’apprentissage et dans l’adaptation. 

Extrait du court métrage « In the pines »
Extrait du court métrage « In the pines »
Extrait du court métrage « In the pines »

Je trouve cela fascinant la pluralité des choix de caractères, la mise en pages, le support papier et les techniques d’impression. Ces études étaient très enrichissantes autant humainement que créativement.

Comment as-tu vécu la transition de l’école vers la vie professionnelle ? Que fais-tu aujourd’hui ? 

Avec cette année « bonus » à Bruxelles, j’ai retardé cette échéance.

Je viens donc juste de finir mes études. Cette année, j’ai réalisé un court métrage : In the pines. C’était une année où j’ai pris beaucoup de risques, je suis sorti de ma zone de confort sur pratiquement tout le processus créatif (écriture, gestion d’acteurs, animation, intention sonore, réalisation). Ce projet n’est pas ma plus grande réussite, il a beaucoup de défauts, mais si je ne l’avais pas fait en tant qu’étudiant, il n’aurait jamais vu le jour et surtout, je ne me sentirai pas capable de faire de nouveaux projets en animation. C’est lorsqu’on est étudiant qu’il faut prendre des risques, maintenant je suis plus serein et je vois comment éviter les erreurs que j’ai commises.

J’ai le sentiment d’avoir beaucoup appris. 

Revue Augmenter – projet de diplôme de Sébastien Baillou
Revue Augmenter – projet de diplôme de Sébastien Baillou

As-tu eu des retours après la publication du numéro, et si oui, lesquels ?

Quelques-uns, on a surtout demandé à lire ma revue : que ce soit la version PDF ou un des exemplaires reliés, ce que j’ai pratiquement toujours refusé, car elle mériterait une finition. Après un an de recul, je vais peut-être la proposer à des éditeurs.

Comment ton travail créatif a-t-il évolué depuis ton diplôme et quel regard, portais-tu et portes-tu aujourd’hui sur ton projet de diplôme ?

J’ai beaucoup évolué graphiquement sur la notion de construction de masse, de couleur. Je suis plus conscient des étapes de travail en particulier dans la recherche. 

Pour cette revue de vulgarisation, j’ai été très entreprenant et j’ai voulu tout faire, écriture, mise en pages, illustrations, animations, impressions… C’était un gros travail, certes très enrichissant, mais le fait de travailler sur tous les fronts ne m’a pas permis de perfectionner chaque aspect. Cette revue a donc besoin d’une réécriture pour être vraiment pertinente, avec des exemples plus accessibles, une mise en pages plus ludique et une intervention externe pour simplifier le projet. Je pense proposer cette reconstruction pour une future publication. Maintenant, j’aimerai améliorer l’expérience du lecteur.

Revue Augmenter – projet de diplôme de Sébastien Baillou

Quels conseils créatifs aurais-tu souhaité donner au toi d’avant ?

. Qu’il est nécessaire d’avoir un bon environnement de travail, personnes, lieu.

. Il faut remplir des carnets et ne pas sacraliser le matériel.

. Faire plus de peintures, de techniques traditionnelles.

. Être plus empirique, prendre des notes, penser plus aux spectateurs

. Continuer à « engranger »  un maximum de livres, expositions, festivals… 

Quels sont tes projets et aspirations pour l’avenir ?

Je viens donc tout juste de sortir d’études, je suis à la recherche de contrat en freelance notamment en Motion-Design. 

J’écris en parallèle deux courts-métrages d’animations, un « jeunesse » et un autre plus adulte, plus poétique. Ma première ambition est d’atteindre une indépendance financière et réaliser ces deux courts-métrages. 

Sur le long terme, j’envisage de travailler dans un collectif pluridisciplinaire, faire de l’auto-édition et par période réaliser des films d’animation. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

24 avril > 5 septembre – Balade en ville, design des bancs

Le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (mudac) de Lausanne organise plusieurs promenades en ville à la découverte d’un élément central du mobilier urbain : les bancs. Lieux de passage ou de rassemblement, ils sont indispensables à la ville, à ses usagers et doivent avoir une visée avant tout…

19 & 20 avril – Écrire l’intelligence artificielle, deux journées de conférences en ligne

L’ÉSAD d’Amiens propose en ce mois d’avril une dizaine de conférences, trois jours de workshops et une exposition afin d’ouvrir une réflexion sur la thématique : Le champ du signe [Écrire l’intelligence artificielle]. À travers des perspectives créatives, critiques, prospectives et pédagogiques, les intervenants questionneront la conception «avec» et «par»…

18 > 31 mars – 6e Rencontres de l’Illustration de Strasbourg

Rare évènement à être maintenu en 2021, les Rencontres de l’Illustration de Strasbourg auront bel et bien lieu du 18 au 31 mars dans la capitale européenne. Grand rendez-vous dédié à l’Illustration, elles invitent chaque année plusieurs milliers de spectateurs à visiter les expositions réparties entre le Musée Tomi Ungerer,…

Feed

Les candidatures pour la 52e édition du Club des DA sont ouvertes

Il va sans dire que cette 52e édition du Club des DA sera spéciale. Recueillant les créations parues entre le 1er avril 2020 et le 30 avril 2021, les diverses opérations de communication réalisées pendant cette période ont pour la plupart été impactées par la Covid-19. Il est peut être encore un…

Gwen Keraval s’illustre à Chaumont avec Scriptorama

Depuis 5 ans, la petite ville rurale de Chaumont a su tirer son épingle du jeu en se plaçant sur la carte du graphisme français. Grâce au Signe et sa biennale bien évidemment, mais également en accueillant toute l’année une multitude de projets graphiques. C’est notamment le cas de la…

Ressources