Les éditions FP&CF : « Contrairement à d’autres entités, nous essayons de ne pas rentrer dans une logique de simples biens marchands »

Les éditions FP&CF (Frédéric Pierre & Camille Françoise) est une association à but non lucratif créée en 2009 par Maxime Milanesi et Claire Schvartz. Elles proposent des services d’impression riso et de façonnage pour la réalisation de livres, affiches, brochures et autres projets éditoriaux. À l’aide de son risograph 570 EZ, les éditions FP&CF publient des livres au design éditorial unique.

FP&CF publie la revue Tell mum everything is ok qui est un fanzine collectif basé sur un principe libre de participation où les lecteurs sont aussi auteurs et contribuent directement à la fabrication de chaque nouveau numéro. Dans une succession silencieuse d’images, ils confrontent les travaux de divers photographes, connus ou non, dans un rythme de lecture ouvert et jamais univoque. « Pour autant, la revue n’est pas qu’une simple compilation de travaux éparses, mais « raconte » bien une histoire, propre à chaque lecteur ».

Plutôt que de ne s’intéresser exclusivement qu’au projet Tell mum everything is ok, nous avons souhaité en savoir davantage sur les éditions FP&CF, spécialisées en risographie. Étapes: prépare actuellement le prochain numéro (233) sur les systèmes et procédés en impression ainsi qu’en risographie !

Pouvez-vous nous présenter votre association ?

Les Éditions FP&CF sont une organisation à but non-lucratif fondée en 2009 par
Maxime Milanesi et Claire Schvartz. La raison première de cette association est de permettre le partage du travail de photographes et d’illustrateurs sous la forme de projets éditoriaux singuliers et accessibles. Notre ligne éditoriale n’est pas figée et se dessine au fil du temps et au gré des rencontres. L’association est principalement animée par les deux fondateurs mais notre équipe est à géométrie variable et repose largement sur les contributions des membres extérieurs, qu’ils s’agissent de graphistes (Jean-Philippe Bretin, Guillaume Grall ou Alexandre Essayie notamment), d’illustrateurs, de photographes ou de sérigraphes. En plus des personnes qui animent régulièrement l’association et conduisent les projets, les Éditions FP&CF comptent une centaine d’adhérents environ.

D’où vous vient cet amour de l’édition ?

Nous sommes tous les deux passionnés par l’image en général et par les livres en particulier. Le travail d’éditeur est vraiment complet et permet de porter un projet dans toutes ses étapes de fabrication. Ce sont justement tous ces moments de travail, mis bout à bout, qui donnent du sens à notre vocation. Aussi, quand nous contactons un artiste, que nous le rencontrons, décidons avec lui quel sera le contenu et surtout la forme de l’objet, puis imprimons nous-mêmes, façonnons nous-mêmes et enfin distribuons nous-mêmes ce projet. On a alors l’impression d’avoir pu accompagner l’artiste de manière privilégiée.

Qui sont vos clients ? Que recherchent t-ils ?

Les personnes qui s’intéressent à nos publications sont en majorité des personnes déjà intéressées par la photographie et l’illustration, mais il n’y a pas de profil type. Nous éditons des projets suffisamment variés pour qu’un grand nombre y soit sensible.

Quelles sont les principales étapes de votre processus d’édition ?

En général nous décidons de publier un travail après avoir eu un coup de cœur. C’est un peu naïf mais malgré tout important. En effet, notre structure ne dispose pas d’un budget conséquent et chaque projet demande un investissement personnel important pour mener le projet à son terme, notamment si nous nous occupons de la fabrication. Donc si un travail nous plaît, nous contactons la personne pour lui proposer une collaboration. Ensuite, nous prenons le reste en charge, parfois avec l’aide de graphistes extérieurs, et toujours en discussion constante avec l’artiste. Il arrive également que des artistes nous contactent directement avec des projets clés en main. En général nous ne donnons pas suite car le travail d’édition est aussi un travail de découverte et de projection. Il nous serait difficile d’imaginer publier un travail sans être complètement associés à ses phases de gestation. Par contre, nous recevons souvent des mails de personnes qui nous présentent leur travail en vue d’une éventuelle collaboration, et là les choses sont plus simples et permettent parfois de belles rencontres.


Ebenezer, par Hector de la Vallée aka Le Lac de Feu.


Collaboration entre Pure Baking Soda, les éditions FP&CF et Hector de la Vallée pour le lancement de son projet éditorial « Cooking by the Book Vol.2 : E-40 » (2014).

Y a-t-il des problématiques ou des contraintes à prendre en compte ?

Notre première problématique est d’ordre financier. Chaque projet est savamment élaboré dans le respect de contraintes budgétaires fortes. Nous ne pouvons malheureusement pas proposer des livres trop chers à fabriquer. Ce qui nous pousse à trouver des solutions graphiques et économiques pour malgré tout proposer des projets qualitatifs et abordables.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le projet Tell mum everything is ok ?

Ce projet est à la base de la création de notre maison d’édition. C’est une revue collective de photographie, qui existe depuis 2010. Chaque numéro est basé sur un thème et les contributions sont ouvertes à tous. Les lecteurs sont donc aussi acteurs de la revue par le biais des travaux qu’ils nous envoient. Conçu à la base comme un fanzine collaboratif, le projet a quelque peu changé et la dernière livraison (novembre 2015) a vu la maquette évoluer avec de nouveaux papiers plus nobles et un nouveau format plus généreux.

L’idée de départ vient du fait qu’à l’époque (2007), nous ne trouvions pas de revues photos intéressantes. Les projets de fanzines était souvent assez cheap et l’édition et le séquençage ne fonctionnaient pas toujours. On s’est donc simplement dit qu’on allait proposer notre propre titre. On a donc réfléchi à un concept, qui a permis à chacun d’y participer et de manière naturelle. Le premier numéro a été tiré à seulement 150 exemplaires et s’est très vite retrouvé épuisé (5 jours), ce qui nous a permis de partir sur un second numéro, puis les livraisons se sont enchainés au fil des années et d’autres travaux monographiques ont aussi pu voir le jour. La caractère distinctif de cette revue est qu’elle ne présente que des photos sans texte. C’est une lecture silencieuse qui fait se confronter des travaux très différents. Notre pari est de proposer une edition maîtrisée et réfléchie, qui invite à s’approprier la lecture et à imaginer de multiples liens entre les contributions.

En tant qu’éditeur indépendant, adoptez-vous une stratégie particulière ?

Notre association essaie tant que possible de se détacher de toutes formes de rationalisme économique ou de projections commerciales. Nous ne sommes pas un organisme qui doit à tout prix faire fructifier ses investissements. Notre volonté est avant tout de diffuser des travaux qui nous plaisent, sous une forme réfléchie et conçue collectivement. Bien sûr, nous devons maintenir un certain équilibre car notre économie est basée sur un principe de vases communicants, en l’occurrence, un projet finance le suivant. Donc, nous devons nous faire connaître, diffuser au maximum, mais contrairement à d’autres entités, nous essayons de ne pas rentrer dans une logique de simples biens marchands.

Des projets futurs ?

Beaucoup de projets ! Il y a notamment un projet dont nous pouvons parler mais qui ne sortira pas avant plusieurs mois. Il s’agit d’une collaboration avec l’atelier La Passerelle de Cherbourg. C’est un espace d’expression plastique pour personnes mentalement déficientes. L’atelier est animé par Romuald Reutimann (auteur de bande-dessinées), qui propose deux fois par semaine des séances où les participants peuvent dessiner, peindre et faire du collage. Les travaux réalisés sont d’une qualité incroyable et méritent d’être largement relayés. Nous avions découvert cet atelier par le biais d’une exposition de la revue Collection et depuis nous travaillons avec Romuald pour éditer les productions de la Passerelle. Il s’agira d’une nouvelle collection de brochures périodiques. Nous travaillons en ce moment même sur le numéro 0. Le lancement du #1 est prévu pour le second trimestre 2017, avec normalement une exposition-vente à Paris !

Éditions FP&CF :
editionsfpcf.com
Facebook
Instagram
Twitter
Mail : [email protected]

Par Erwan Le Roch et Nicolas Roche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

12/03 > 02/04 – Post-scriptum : Ep.01 à Nancy

« La Galerie NaMiMa de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, en partenariat avec Le Signe, Centre National du Graphisme de Chaumont accueille Post-scriptum : Ep.01 une exposition d’affiches et d’objets graphiques contemporains. Au-delà d’une collection graphique témoignant d’écritures singulières, cet évènement s’engage à révéler les histoires et éclaircir les…

19/03 > 21/03 – Colloque international « In-Between : pour une hybridation des pratiques artistiques et nouvelles pédagogies »

Un « In-Between » se définit comme un entre-deux, un espace interstitiel entre deux composantes, une jonction. C’est en partant de ce postulat sur l’existence d’espaces de cet acabit que le colloque ‘In-between » propose d’explorer ce qui fait l’hybridation, l’échange et la transdisciplinarité entre les arts, l’architecture et le design ainsi que…

26/3 > 36/4 – Amandine Urruty présente « Made in the dark »

La galerie Dorothy Circus accueille l’exposition Made In The Dark d’Amandine urruty du 26 mars au 26 avril. À travers 10 œuvres rassemblées ensemble pour la première fois, l’artiste française rebondit sur le thème de l’année de l’espace d’exposition : « The Year of Love ». L’occasion pour la prodige du dessin de nous livrer sur papier une vision ambigue de l’amour, entre…

Flux

Les chaises au fil du temps : de 1800 à nos jours

Une chaise n’est pas un simple objet. À travers sa forme, son look et ses fonctions, elle raconte une époque. L’assise est marquante, sait attirer l’attention, se faire irrésistible. La formidable collection de chaises du Vitra Design Museum en témoigne et le musée à fonds privés en partage une partie dans…

Suivez la 10e édition des Puces Typos directement en ligne

Les Puces Typo, salon annuel de la typographie et de l’édition indépendante, fêtent leurs dix ans. Traditionnellement organisées le temps d’une journée au Campus Fonderie de l’Image, école de design graphique et numérique en alternance et à temps plein située à Bagnolet, les Puces Typo se déroulent cette année entièrement en…

Ressources

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…

Illustrator sur iPad en version Beta pour une poignée de chanceux

Actuellement une poignée d’utilisateurs ont la chance de pouvoir tester une version d’Illustrator sur leur iPad. En effet d’après des messages sur les réseaux sociaux, Adobe lance depuis quelques jours des invitations à une version Beta de l’application. Avec Illustrator sur iPad, la firme américaine poursuit le travail d’adaptation de…