Les étapes d’impression de la Manufacture d’Histoire Deux-Ponts

Depuis 1935, la Manufacture d’Histoires Deux-Ponts s’est spécialisée en fabrication créative. Perpétuant les valeurs nobles liées au respect des traditions, elle est la seule imprimerie à regrouper l’ensemble des métiers et savoir-faire de la chaîne graphique au sein de ses ateliers : création, photogravure, retouches, techniques d’impression (offset, offset UV, sérigraphie, typographie, numérique, flexographie), l’ensemble du brochage et de la reliure, de nombreuses techniques d’ennoblissement (dorure, à chaud, galbée, sur tranche, découpes, gaufrage, …)

Deux-Ponts est l’éditeur et l’imprimeur exclusif de Étapes, il nous semble de ce fait intéressant d’apporter un éclairage sur une étape de la réalisation d’un magazine. C’est pourquoi, nous avons interrogé Renaud Caillat, le directeur général de cette Manufacture au sujet de l’édition :

http://etapes.com/system/51521/large/1462979146.JPG

Pouvez-vous nous présenter votre manufacture ?

Renaud Caillat : En 1935, André Caillat, 23 ans, créé l’Imprimerie de la Manufacture d’Histoires Deux-Ponts, au cœur des Alpes, après des débuts d’apprenti dans une imprimerie grenobloise. Son fils, Michel Caillat, entre à l’Imprimerie en 1953. Aujourd’hui, le Président-Directeur Général et le Directeur Général sont les petits-fils, Laurent et Renaud Caillat. L’Imprimerie se situe maintenant à Bresson, à quelques minutes de Grenoble.

Les préoccupations de La Manufacture se tournent vers le client, et ses équipes concentrent tous leurs efforts et leur attention pour améliorer leur savoir-faire et rester à la pointe de l’innovation. La Manufacture a investi dans les meilleurs outils de production afin d’obtenir les techniques les plus performantes en matière de prépresse, d’impression et de finition et également dans la formation de ses opérateurs. Pour aller sans cesse vers le beau, la qualité optimale. L’excellence.

Qu’est-ce que pour vous l’excellence française dans le savoir-faire de l’édition ?

Depuis le 27 décembre 2012, la Manufacture d’Histoires Deux-Ponts a rejoint des maisons de talent dans le cadre du label « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Des entreprises uniques, qui savent réconcilier la tradition et l’innovation, le savoir-faire et la création, le travail et la passion, le patrimoine et l’avenir, le local et l’international…

Le label d’État « Entreprise du Patrimoine Vivant » est une marque de reconnaissance du ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. l’EPV valorise un certain respect de notre métier et authentifie notre aptitude à l’exception. Compétences nobles – du marquage sur tranche à la reliure – choix des meilleurs papiers, diversité des techniques d’impression – offset traditionnel, UV, ou numérique, nous avons créé une palette d’effets pour sublimer les histoires de nos clients et révéler leur image. Une véritable force aujourd’hui concrétisée.


http://etapes.com/system/51522/large/1462979160.JPG

Suite à la réception du BAT d’Étapes : quelles sont les principales étapes de conception à mettre en place ?

Voici les différentes étapes : réception des fichiers au prépresse, mise en conformité de ces derniers, gravage des plaques, envoi des plaques aux ateliers, calages des plaques, impression, coupe, pliage, façonnage, conditionnement, gestions des expéditions. La Manufacture gère l’ensemble des ces étapes au sein de son atelier.

Y a-t-il des problématiques ou des contraintes à prendre en compte ?

Il faut toujours prendre en compte la première demande client qui est de respecter son rétroplanning et sa deadline pour l’impression et l’expédition. Un magazine, comme beaucoup d’autres, ne peut pas se permettre de recevoir ses produits en retard. À cela s’ajoute la charge de travail de notre atelier ; ainsi notre chef planning ajuste jour après jour les plannings pour répondre aux demandes clients.

Du côté technique du magazine, nous tentons d’éviter au maximum les changements de pagination ou de quantité après avoir valider la commande. Si cela est tout de même amené à arriver, nous sommes en lien constant avec vos équipes pour trouver une solution adéquate. Également, nous validons le plus tôt possible les adresses d’expédition, afin d’anticiper les planning transporteurs. Ce qui est appréciable, c’est que la Manufacture collabore depuis longtemps avec Étapes et que notre relation tout comme les impressions des magazines sont une machine parfaitement huilée qui fonctionne très bien !

Comment se compose l’équipe technique et quelle relation entretient-elle avec les graphistes en charge du numéro ?

Notre organisation est basée sur un interlocuteur unique, la chef de projet d’Etapes. Sont rôle est de réunir les informations nécessaire au bon déroulement de la production de la prise de commande à la facturation.

La relation avec les graphistes fait partie des compétences de la chef de projet. Elle entretient de très bons rapports avec les graphistes en charge du numéro car il faut pouvoir échanger de manière efficiente en cas de changements. Si techniquement le graphiste a un besoin spécifique, technique ou esthétique, le chef de projet demandera à un spécialiste Manufacture Deux-Ponts d’appeler et de se mettre en relation en connaissance de cause. La Manufacture reste donc toujours à l’écoute, c’est ainsi que nous concevons nos rapports avec nos clients.

Pourriez-vous nous parler de votre politique environnementale dans votre processus productif ?

Travailler sur la durée, se préoccuper de l’homme et de ses conditions de travail, respecter et faire respecter les normes, agir par des actions concrètes en faveur de l’environnement, tels sont les axes sur lesquels s’inscrivent au quotidien la Manufacture d’Histoires Deux-Ponts, ses dirigeants et ses salariés.

Résultat d’une démarche de fond, la Manufacture fut la première imprimerie à être certifiée ISO 14 001 ; un engagement concret, depuis 2004. Labellisés Imprim’Vert, nous avons été un acteur régional fort au démarrage de ce projet avec la Chambre de Commerce, convaincus de la portée économiquement viable de cette action en faveur de l’environnement, et de la nécessité d’un tel engagement dans nos métiers.

Les 13000 m² d’ateliers sont gérés intelligemment en free-cooling, pour éviter les calories perdues en hiver comme stopper les climatisations l’été en renouvelant l’air de l’usine dès lors que la température extérieure retombe en dessous de celle intérieure. Les systèmes d’aspiration sont équipés de dépoussiéreurs pour recycler l’air extrait, et donc garder les calories. Un système de récupération des courants résiduels a également été mis en place pour optimiser les systèmes d’éclairage.

Les tris sélectifs sont en place et tous les déchets recyclables sont revalorisés, jusque dans les bureaux. Pour les déchets « ultimes », nous contrôlons les filières d’élimination et poussons progressivement tous nos fournisseurs à diminuer et gérer leurs déchets. Des recherches se font au quotidien afin d’innover dans la recherche de nouveaux produits. Toutes nos encres sont élaborées à partir de matières premières végétales renouvelables. Un travail permanent sur la réduction de la gâche est aussi mené pour baisser toujours plus la consommation de papier à travail de production égal. Dans cette même logique, nous ne travaillons qu’avec des papetiers gérant durablement et intelligemment leurs forêts (Labels PEFC et FSC), en proposant des supports 100% recyclés.

La Manufacture est labellisée ISO 14001, ISO 9001, REACH, COULEUR ISO 12647.2, PAPIER PEFC / FSC, IMPRIM’VERT.

Quelle sera selon vous l’évolution future de la presse papier et de l’édition ?

Ce sont des métiers dans leur globalité en décroissance. Nous pensons que la consommation de papier va décroître, mais augmentée en valeur ajoutée. L’avenir est sur la valeur ajoutée et sur la créativité. Les personnes qui utiliseront le papier auront obligatoirement une réflexion émotionnelle.

Et le papier en soi va devenir un média de luxe. Les gens feront moins d’édition, mais ils le feront mieux ; nous revaloriserons des métiers comme la dorure, la lithographie, la typographie…

Idem pour la presse papier, qui devra obligatoirement prendre le virage du numérique et réalisera un tirage papier plus faible en conséquence. Toutefois, il faudra alors se tourner vers le concept « d’éditions limitées », de « hors série », disponibles uniquement sur papier et à très forte valeur ajoutée.

Propos recueillis par Nicolas Roche.

Pour en savoir davantage :
www.deux-ponts.fr
Facebook
Linkedin

Coordonnées :
Mél : [email protected]
5 rue des Condamines 38320 BRESSON // +33 (0)4 38 24 14 24
22 rue de Marignan 75008 Paris // +(0)1 45 63 43 15
685, chemin de Césargues, 74380 Cranves-Sales/Genève // +33 (0)6 47 23 92 22
11 Mercer Street, NY 10013, New-York // +33 (0)4 38 24 14 24

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

design indaba

Top news

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici