Lorenz Boegli invente l’impression RVB

Lorenz Boegli, fondateur de l’Atelier für Siedbruck et fin spécialiste de la sérigraphie, dit avoir réussi à imprimer en RVB, des tonalités métalliques pourtant réservée aux voitures. Il explique, ton sur ton, ses intentions graphiques et ses secrets de fabrication.

Tel des bulles de savon qui changent de couleurs selon l’angle de vue, Lorenz Boegli inclut dans ses sérigraphies les encres iridescentes. Le rendu est beau puisqu’il offre des effets métalliques aux couleurs variables, mais techniquement il faut être aguerri.

En quoi consiste l’impression de couleur RVB-Bl ?
C’est complétement l’inverse de l’impression CMJN. On utilise un papier noir et on imprime en Rouge-Vert-Bleu et la superposition des trois couleurs ça fait du blanc. Pour les impressions en blanc, j’utilise un argent nacré, l’important n’étant pas les couleurs mais bien les lumières. Ce ne sont pas des gammes RVB comme on connait sur l’écran, car l’écran n’offre pas l’iridescence.

Comment faites-vous votre encre ?
Je commande des pigments iridescents de la gamme Spectraval, de la marque allemande Merck. Ce sont des pigments normalement mélangés à des matières plastiques ou teint dans la masse, pour peindre voitures ou bâtiments. L’effet est métallique. Je les fais moi même avec un vernis transparent. On peut dire que le résultat est une encre iridescente transparente, deux fonctions complémentaires.

Qu’apporte l’iridescente des encres à votre travail ?
On joue avec la transparence de l’encre et l’opacité des pigments ; l’explication est sur le reflet. On imprime des reflets colorés de la lumière, ce n’est pas des encres de couleurs. Les pigments sont opaques sur fond noir mais ils restent mélangeables à la superposition. Quand j’imprime les deux encres l’une sur l’autre, ça fait une troisième couleur.

La sérigraphie est-elle la technique la plus adapté ?
C’est un savoir-faire qui offre l’épaisseur qu’il faut à ces encres pour se superposer, et créer des couleurs par additivité. Cette épaisseur permet une réelle surface, et donc la réflexion. Avec la sérigraphie, la réflexion est de 100%, quand elle n’atteint pas les 25 avec la flexographie. Mais cela a aussi de grosses difficultés techniques. Les pigments que j’utilise ont un diamètre relativement gros, donc vous avez besoin de prendre des mailles larges pour que les encres passent au travers. Je résumerais mon secret ainsi : de gros pigments avec une trame fine.

Est-ce possible aujourd’hui en impression off-set ?
Non, techniquement il faudrait des têtes d’impressions plus grandes et cela ne se fait pas. Pas encore du moins. L’offset a 20 fois moins d’épaisseur, et il n’y a pas de réflexion de la lumière.

Comment travaille-t-on avec des photographes ou graphistes pour qui cette impression est neuve ?
Les photographes et les graphistes souhaitent lentement créer un espace pour l’impression couleur en RVB-Bl, et les résultats restent relativement métalliques. Un graphiste ou un photographe prête une image non séparée, et je m’occupe de la séparation RVB. Une fois la séparation faite, je fais en sorte que cela coïncide avec les contraintes techniques de l’impression.

Lorenz Boegli et son équipe cherche de nouvelles techniques de mise en œuvre, dans leur atelier suisse, pour imprimer sur tout types de surfaces.

Propos recueillis par Florian Bulou-Fezard

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…

Les portraits typographiés de Sam Rodriguez

Le terrain de jeu de Sam Rodriguez s’étend sur toute la ville de San José en Californie. Fort de ses expérimentations en studio, il sait révéler au public le meilleur de ses portraits. Sur les visages, courent et s’implantent comme de nouveaux traits, des lettres hybrides et fluctuantes. Reflets des…

design indaba

Top news

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…