LU, 1846 – 1957 : un siècle d’innovation à la loupe

Fidèle à sa ligne originelle, le Château des Ducs de Bretagne, Musée d’Histoire de Nantes, continue son exploration du passé de la ville. À partir du 27 juin, il accueille une exposition sur le plus célèbre biscuitier de France, Lefèvre-Utile, plus connu sous le nom de LU.
Bien plus qu’une simple entreprise de biscuit, LU aura traversé plusieurs âges du capitalisme et anticipé dès la fin du 19e siècle, l’importance de la communication visuelle et de la création d’une image de marque. En se concentrant sur la période 1846 – 1957, l’exposition propose un regard sur les stratégies de cet industriel incontournable du paysage français.


De la boulangerie à l’usine

Fondée en 1846 par Jean-Romain Lefèvre à la suite de son mariage avec Pauline-Isabelle Utile, l’entreprise s’installe d’abord dans une petite boulangerie, « À la Renomée », en centre-ville de Nantes. En 1882, leur fils, Louis Lefèvre-Utile, industrialise la production et transforme la biscuiterie en une usine moderne. Installée sur les bords de la Loire, face au Château des Ducs de Bretagne, elle ne cessera de s’agrandir pour devenir dès le début du 19e siècle, une des plus importante de la ville.


Dès qu’il reprend l’entreprise familiale, Louis Lefèvre-Utile comprend que c’est la forme même du biscuit qui fera l’identité de LU. Il ne se trompe pas en créant en 1986, un classique, le Petit-Beurre LU. Supervisées par Louis lui même, ces innovations esthetico-boulangère mèneront à des collaborations avec plusieurs artistes de l’époque, cela afin de répondre au mieux aux goûts et modes de cette fin du 19e siècle. Avant toutes choses, la stratégie de LU est marquée par une approche exigeante et qualitative, adaptée à une clientèle fortunée et à contre courant de la tendance à la démocratisation du marché qui s’opère à ce moment.


Le packaging comme outil commercial

En parallèle de ces innovations sur le produit lui même, LU développe un sens aigu du packaging. À cette époque, les sacs en papier destinés aux produits vendus en vrac disparaissent au profit des boîtes en carton et en métal. Louis Lefèvre-Utile comprend immédiatement l’utilité de ces nouveaux supports. Outre un interêt industriel qui lui permet de rationaliser davantage la production et d’améliorer la diffusion de ses produits, il perçoit un aspect marketing, disant lui même que « pour susciter la gourmandise, rien de tel que de séduire l’œil ». Les premiers emballages créés, bien que de facture classique, arborent des bandeaux rouge vermillon et bleu cobalt qui leur permettent de se démarquer sur les étals. Dès 1887, LU développe les boîtes cubiques dites « tines ». Leurs 4 faces arborent de magnifiques illustrations et de superbes lettrages à la main. Une fois de plus, Louis Lefèvre-Utile fait appel à de nombreux artistes pour réaliser ces dessins, dont le plus célèbre est certainement Alfons Mucha, graphiste, illustrateur et fer de lance de l’art nouveau.


Les stratégies de diffusion

Pour aller plus en avant dans sa stratégie visant à la séduction des classes les plus aisées, Louis Lefèvre-Utile lance de vastes opérations de diffusion. La boutique d’origine, dans le centre-ville de Nantes, devient alors la vitrine de l’entreprise en se parant d’éléments ostentatoires et luxueux. On y vient pour voir, sentir et in finé, acheter. LU se place ainsi en précurseur d’une certaine forme de marketing expérientiel, concept qui ne verra réellement le jour qu’un siècle plus tard. Point d’orgue de cette stratégie, le pavillon LU bâti pour l’exposition universelle de 1900 est un coup de maître. Réalisé par l’architecte Auguste Bluysen, il prend l’allure d’un phare en forme de boîte « tine ». Fort de cette réussite, LU se servira d’images du pavillon pour ses communications, en faisant ainsi un emblème de l’entreprise. La firme nantaise réitérera l’expérience lors de l’exposition universelle de 1937, cette fois-ci dans un style Art déco.


L’après guerre et la refonte de l’identité

Au sortir de la guerre, le monde entre dans une nouvelle ère commerciale. Campagnes publicitaires et packaging sont désormais différenciés. Avec le développement des supérettes (et plus tard des supermarchés) les produits doivent être directement identifiables, c’est l’avènement du logo. Reprise par le petit fils de Louis, Patrick Lefèvre-Utile, l’entreprise se lance alors dans une redéfinition de son image de marque en s’octroyant les services du publicitaire André Maurus et du créateur de la bouteille de Coca-Cola, le designer Raymond Loewy. En 1957, ce dernier modernise le logo et le graphisme des emballages LU grâce à un design plus épuré, fin et élancé. Dès lors, l’entreprise entame une nouvelle phase de son existence en s’inscrivant davantage dans l’esprit commercial de son temps.


L’exposition LU, 1846 -1957, un siècle d’innovation propose donc bien plus qu’une simple retrospective. Dotée de plus de 450 objets, dont de nombreux originaux, elle s’attache à montrer la créativité et l’innovation qui caractérisent LU. En présentant ainsi l’entreprise visionnaire – à bien des égards – de la famille Lefèvre-Utile, elle met en regard l’histoire de la publicité et des stratégies commerciales avec celle du design graphique.

Pour en savoir plus sur l’exposition

LU, 1846 -1957, un siècle d’innovation
Du 27 juin 2020 au 3 janvier 2021,
Château des ducs de Bretagne – musée d’histoire de Nantes
4, place Marc Elder – 44000 Nantes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

19 & 20/09 – Le Mobilier National et la Manufacture des Gobelins s’ouvrent au public pour les journées du patrimoine

Comme chaque année, ce troisième week-end de septembre est celui des journées du patrimoine. L’évènement donne l’occasion de visiter des lieux emblématiques habituellement fermés au public. C’est justement le cas du Mobilier National et des Gobelins, qui recèlent des trésors du design et de l’artisanat français. Ce week-end, vous pourrez…

17/09 > 17/10 – Lignes de Julien Gachadoat à la galerie Métavilla

L’artiste bordelais Julien Gachadoat explore les possibilités du dessin génératif en créant des oeuvres produites par des algorithmes, laissant également une grande place au hasard et à l’imprévu. En mêlant formes géométriques et répétitions spatiales il travaille à l’émergence de formes abstraites. Il développe lui même ses propres outils en…

14/09 > 18/09 – SWISS DESIGN AWARDS 2020 FAILURE IS NOT AN OPTION?

Les Swiss Design Awards proposent cette année, en conséquence de l’annulation de l’exposition et du concours due au COVID-19, un programme alternatif sur le thème « Failure is not an Option?“, qui permettra aux participants du concours et aux expert.e.s du domaine du design de partager leurs impressions et leurs connaissances…

08/09 > 29/10 – Lucy + Jorge Orta au Drawing Lab

Officiant depuis le début des années 1990, le duo Lucy + Jorge Orta a déjà fait l’objet de nombreuses expositions monographiques dans le monde entier. Leur pratique du dessin, à la croisée de l’ornementation et de la critique sociale et environnementale, dévoile une sensibilité et une acuité pour les questions…

2 > 20/9 – Chair de graphisme – Esquisses de signes actuels

Le Centre Tignous d’Art Contemporain à Montreuil accueille pour la rentrée « Chair de graphisme – Esquisses de signes actuels », une exposition impulsée par la commissaire Valérie Voyer. L’occasion de présenter les travaux de recherches, si important mais habituellement invisibles, de 5 acteurs du graphisme : Thomas Brosset, Helmo, Le PasQueBeau, Melody Lu…

05/09 > 12/09 – Marianne Guedin à la co.galerie

« Pour sa première exposition de la rentrée, la co.galerie décide de s’offrir une Serre Plastique où nos plantes, parfois seules pendant nos vacances prolongées pourront ici s’épanouir, se rafraichir, se rencontrer, s’amuser. C’est aussi la nature de l’été qui se prolonge à travers un nouvel environnement urbain où le plastique…

19/09 – Motion Plus Design au théâtre du Gymnase

Version parisienne d’un évènement qui se déroule également à Tokyo et Los Angeles, Motion Plus Design réunit les afficionados du genre pour une journée de conférences. Pour cette édition 2020, les organisateurs ont aligné une programmation 100% française. De la légende Etienne Robial, graphiste à l’origine de l’habillage télévisuel et…

Flux

Le Maintenant Festival vient de dévoiler sa programmation

Du 2 au 11 octobre, Rennes accueillera la vingtième édition du Maintenant Festival, évènement dédié à l’art, la musique et aux nouvelles technologies. Pendant 10 jours, la ville bretonne sera rythmée par des expositions, des concerts, des conférences qui feront la part belle au numérique et à la dimension expérientielle…

L’appel à candidature pour les Puces de l’Illu #8 est lancé

Le Campus Fonderie de l’Image, organisme de formation en design graphique et numérique situé à Bagnolet, vient tout juste de lancer l’appel à candidature pour la 8e édition des Puces de l’Illu. L’évènement aura lieu les 5 & 6 décembre prochains. Depuis 8 ans, il met en avant la diversité…

100 places à gagner pour les expositions du Centre Pompidou

Le jeu-concours est terminé. En cette rentrée qui voit la ré-ouverture de nombreux musées, étapes: vous fait gagner 100 billets pour les expositions du Centre Pompidou. Au nombre de 5 par gagnant.es, les places sont valables jusqu’au 20 janvier 2021. Pour tenter de gagner, il suffit d’envoyer un mail à…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…