Lucas Donaud « Un groupe a besoin d’une identité autant musicale que visuelle pour exister »

Mis en lumière grâce au très prometteur Paris Psyché Fest puis présenté dans notre sélection de pochettes de disques et d’affiches de festivals dans le <http://etapes.com/etapes-226>étapes: 226 (spécial musique), le travail de Lucas Donaud nous a immédiatement transportés dans les chimères cosmiques du psychédélisme avec des pochettes de disques où couleurs et formes dialoguent à la perfection. Une sorte de joyeux psychotrope dont on ne se lasse pas.

Lucas Donaud vit désormais à Londres où il travaille principalement avec des labels de musique (Burger Records, Ayo Silver, Sony Music, Because Music), avec des groupes de garage psyché et des festivals (Signal Festival, Paris Psyché Fest, Outta Mind Festival). Lui-même activiste dans la scène musicale psyché avec son groupe Strange Hands, Lucas donne à la pochette de disque et à l’affiche le statut qu’elles méritent : celui de véritables oeuvres d’art.
Premier rapport immédiat à un album, l’artwork est pour Lucas l’aboutissement d’une recherche d’expression et de composition. Du collage à la photographie, son esthétique kaélodoscopique invite à une expérience visuelle unique et témoigne du pouvoir de l’image dans l’expérience musicale.

Nous avons discuté image et musique avec lui.


Peux-tu nous parler un peu de ton parcours. Tu vis actuellement à Londres, quelles sont les raisons qui t’ont poussé à t’y installer?

J’ai quitté Bordeaux il y a 5 ans juste après mes études d’arts graphiques. Travailler dans une agence de pub ou de graphisme
ne m’intéressait pas vraiment, je voulais travailler sur des pochettes de disques mais je ne me voyais pas faire ça à Bordeaux, trop petite ville et il fallait que je vois d’autres choses. L’idée de bouger à Paris ne me convenait pas, j’avais envie de partir de France.
J’étais allé deux ou trois fois à Londres et c’était une ville qui me plaisait; beaucoup de choses s’y passent musicalement et culturellement,
un mois après la fin de mes études j’y habitais.

La musique occupe une place très importante dans ton travail, comment collabores-tu avec les groupes et artistes ?

J’ai commencé à travailler sur des affiches de concerts et des pochettes de disques pour mon groupe Strange Hands.
On a joué avec pas mal de groupes français et internationaux avec qui je suis resté en contact. Les collaborations sont venues assez naturellement, certains groupes avec qui on avait joué m’ont contacté pour me demander de bosser sur leur prochaine pochette et vice-versa. D’autres collaborations sont venues directement de groupes que je ne connaissais pas forcément.

En général, je demande au groupe si il a une idée de ce qu’il veut, ne veut pas, et surtout je demande à ce que l’on m’envoie les morceaux que la pochette représentera. Il est indispensable pour moi de travailler en écoutant la musique du groupe en question, c’est pour cela que j’évite, tant que possible, de travailler sur des pochettes avec des groupes que moi-même je n’écouterai pas. Si la musique d’un groupe ne m’est pas évocatrice, travailler sur leur pochette me sera difficile dans le sens où j’aurai du mal à cerner leurs envies, ce qui ne sera bénéfique pour personne…

Une fois la direction visuelle générale établie avec le groupe, j’entame une grosse phase de recherche d’images utilisant principalement de vieux magazines. Quand je tiens une ou plusieurs pistes qui me plaisent je leur en fait part. J’essaie de communiquer un maximum avec le groupe pour que l’on soit sur la même longueur d’ondes et que le résultat plaise autant au groupe qu’à moi.

De quelle manière le graphisme et la culture visuelle de manière générale nourrissent l’expérience musicale selon toi ?

Un groupe a besoin d’une identité autant musicale que visuelle pour exister.
C’est d’autant plus vrai avec les groupes psyché où l’expérience sensorielle est clé, l’aspect visuel et audio sont vraiment complémentaires, ça dépasse l’idée de l’identité, c’est aller plus loin en reproduisant visuellement le son et vice-versa.
Par exemple l’ambience créée par les liquid light shows des 60’s comme ceux du The Joshua Light Show faisait vraiment partie intégrante de l’expérience musicale pendant un concert, ce genre d’effet plonge le spectateur dans une ambiance propre à la musique jouée en temps réel.


Quelles sont tes influences/inspirations ?

J’ai découvert le psyché/garage vers 16 ans. J’ai commencé à aller voir des concerts et à m’intéresser en profondeur à cette culture.
C’est à ce moment là que j’ai découvert les affiches de Robert Fried, David Singer, Wes Wilson et les films de Jodorowsky et Keneth Anger.
J’avais l’impression de découvrir quelque chose de vrai et novateur dans le sens où ça s’écartait totalement de ce que j’avais l’habitude de voir ou d’entendre. Je continue à écouter ce genre de musique, de vieux et nouveaux groupes et j’essaie d’aller voir le plus de concerts possible, de films, d’expositions, l’inspiration peut être puisée n’importe où.

Tu fais des affiches de festivals, des pochettes de disques, (+ …) Avec quels types de supports te sens-tu le plus à l’aise ?

Les pochettes de disques vinyl, les LP plus particulièrement sont pour moi un excellent support.
Le travail de composition sur un format carré me plait beaucoup et travailler sur un disque est un travail très complet qui va du design de la pochette, en passant par les étiquettes, l’insert et la couleur du vinyl lui-même.

J’aime l’idée que l’objet procure des émotions visuelles et auditives ainsi que “les contraintes” lièes à l’aspect matériel: le son du vinyl va vieillir, sa pochette aussi. Le travail d’affiche est quelque chose de plus temporel à mes yeux, une fois que le festival ou le concert en question est passé, l’affiche peut tomber dans l’oubli alors qu’un disque et son utilisation perdureront dans le temps.

Une pochette de disque incroyable ?

Mark Ashton – Solo et 10CC – Sheet Music. Designés par Hipgnosis Studio (Storm Thorgerson, Aubrey Powell, et Peter Christopherson).


http://lucasdonaud.com/fr/

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…