María Díaz Perera, entre illustrations musicales et albums pour enfants

étapes et gràffica tirent les portraits de créatifs de la scène espagnole ou française. Gràffica interviewe María Díaz Perera pour savoir ce que signifie être une jeune illustratrice indépendante et quelles sont les opportunités offertes aux jeunes talents en Espagne.
Jeune artiste chanceuse, se consacre au quotidien à l’illustration. Née dans une petite ville du nord de l’Espagne, à Gijón, elle découvre qu’il n’y a rien de plus beau que d’écouter les Beatles et de dessiner. Ayant laissé le graphisme, pour se consacrer entièrement à ce qu’elle a toujours voulu faire, elle continue aujourd’hui d’écouter les Beatles et capture la beauté du monde, transformant des choses simples en illustrations magiques, colorées et délicates.

Autoportrait

María, comment as-tu réussi à transformer ta passion en travail ?Je m’y suis engouffrée sans savoir ce que cela pourrait donner. Mais en réalité, ce n’était pas tout à fait comme ça. Pendant les années où j’ai travaillé dans le design, j’ai beaucoup appris sur la façon de traiter avec les clients ou sur toutes les choses nécessaires comme la budgétisation ou la préparation de factures. Cela m’a beaucoup aidée à acquérir une organisation de travail. Et le reste est venu avec le travail quotidien. Au début, j’ai accepté des missions qui ne m’excitaient pas trop, mais plus tard, j’ai commencé à être plus sélective et à travailler sur des projets qui correspondant davantage à ce que je fais. Et quelque chose de très important est aussi de travailler sur des projets personnels. Je n’ai pas toujours suffisamment de temps à cet effet, mais c’est quelque chose que j’essaie de changer.

« Devenir illustratrice uniquement a été une décision très difficile à prendre, car je ne savais pas par où commencer ni si je pouvais vraiment en vivre, mais petit à petit, avec le travail quotidien, je suis arrivée jusqu’à aujourd’hui et je me sens vraiment chanceuse de pouvoir gagner ma vie en dessinant »

Qu’est-ce que ça fait d’être une jeune illustratrice indépendante ? Pour moi, c’est un très beau métier, mais aussi très dur parfois. Je pense que c’est une chance de pouvoir travailler sur ce que j’aime, je me sens très reconnaissante pour cela. Mais j’ai du aussi apprendre à ne pas me décourager, à faire preuve de patience lorsque les choses ne fonctionnent pas comme je le voulais sur le papier, à équilibrer les heures de travail acharné avec d’autres moments plus faibles, à rester constante et à trouver du temps pour mes projets personnels…

Comment cherches-tu et trouves-tu des clients et des commandes ? J’avoue que c’est quelque chose qui me coûte encore beaucoup. Je pense que je devrais y consacrer plus d’attention. De temps en temps, j’essaie de mettre à jour mon portfolio et d’envoyer des propositions à des éditeurs ou des agences auxquelles je pense pouvoir adapter mon travail, mais il est très difficile pour moi de démarcher. C’est pour cette raison que j’ai travaillé avec une agence d’illustration pendant un certain temps, ce qui a grandement facilité les choses.

En tant que freelance quels conseils donnerais-tu à d’autres jeunes talents pour la promotion de leur travail ? Mon conseil est de travailler, dessiner, être cohérent et préparer un bon portfolio avec les quelques travaux les plus proches du chemin qu’ils souhaitent suivre. Publier ce portfolio sur Internet et le diffuser sur les réseaux ou sur les différentes plates-formes que nous avons est très utile. Et être patient.

En tant qu’illustratrice indépendante, quelles perspectives et opportunités as-tu en Espagne ?Au début, la plupart de mes clients venaient d’ici, mais avec le temps, je me suis trouvée dans la nécessité de rechercher des commandes en dehors de l’Espagne. En ce moment, je travaille sur quelques très beaux projets ici et j’en suis très heureuse, mais, en général, la plupart de mes missions viennent de l’extérieur.

Selon toi, dans quel état se trouve le secteur de l’illustration en Espagne ? Il existe un nombre impressionnant de professionnels dans notre pays. Chaque jour, je vois des gens avec beaucoup de talent. Mais je pense que souvent, notre travail n’est pas aussi bien payé qu’il devrait être, ou, même si vous le faites depuis de nombreuses années, il y a des gens qui pensent que c’est un passe-temps et ne le valorisent pas. Nous luttons pour changer cela, mais, bien sûr, nous sommes nombreux à devoir rechercher des clients en dehors de l’Espagne pour survivre dans la profession.«

Comment décrirais-tu ton style ? Comment l’as-tu développé ou explores-tu encore ton chemin ? Quelles sont tes influences ?Je ne saurais pas bien définir mon style, car au cours des années, j’ai beaucoup expérimenté et je constate une évolution quelque peu chaotique dans mon travail. Je suis encore dans un processus de recherche et je pense que c’est quelque chose qui m’arrivera toujours, car j’ai besoin de m’amuser lorsque je dessine, je ne peux donc pas m’empêcher de pratiquer avec de nouvelles formes, textures, techniques et palettes de couleurs. Changer, essayer, enquêter et voir ce qui se passe. Bien que vous puissiez trouver quelque chose en commun dans mes illustrations, je pense que je suis assez polyvalente. Au début, je pensais que c’était quelque chose de négatif, que je devrais me définir moi-même à un moment donné, mais maintenant, je n’accorde pas tant d’importance à cela.

Comment la musique — et plus spécifiquement ton groupe favori, les Beatles — influence ta vision de illlustration ? Est-ce que la musique te sert comme inspiration ou support de travail ?La musique a toujours été très importante dans mon processus créatif. Cela m’aide à travailler, à me concentrer et à me vider l’esprit. C’est une très forte source d’inspiration, qui m’aide à créer des images, à réfléchir. Et puis, comme je suis aussi très mythomane ?, je suis très amusée de faire des portraits des personnages que j’admire comme un petit hommage.

Parmi les artistes nationaux – et internationaux – lesquels t’inspirent ? Il y en a beaucoup, et de registres différents : Sam Kalda, Jody Hewgill, Ana Juan, Marta Altés, Thomas Campi, Ana Sender, Julia Sardá… Pour en citer quelques uns. Mais je puise ausi l’inspiration dans la peinture, la photo, le cinéma…

Quel projet ou quelle mission a été le ou la plus difficile ? L’un des défis les plus difficiles pour moi a été une commande pour une campagne de publicité il ya quelques années. C’était la première fois que je travaillais en tant que pigiste dans une grande agence et sur un projet très important. Je voulais donc très bien faire . J’avais peur de travailler avec une agence aussi puissante. Je pensais que ce serait beaucoup plus compliqué à résoudre, car nous avions très peu de temps. Mais le projet a été coordonné par une merveilleuse équipe qui m’a beaucoup aidée à faire tout le travail dans un court laps de temps. Malgré le stress, l’expérience a été très positive.

Peux-tu nous parler de ton projet favori ?J’ai une série de musiciens que j’aime beaucoup, même s’ils ont déjà quelques années. Ensuite, j’ai toujours tendance à être plus satisfaire des projets les plus récents, par exemple, le dernier album pour enfants que j’ai illustré pour la maison d’édition Impronta, pour lequel ils m’ont laissée beaucoup de liberté et pour lequel j’ai eu le temps d’expérimenter et de faire quelque chose de différent.

Comment est-ce de concevoir des livres et des albums pour enfant ? J’aime beaucoup. Parfois, préparer de nombreuses esquisses, changer et jeter des choses est un long processus, mais en général, je trouve cela très amusant. Il est également vrai que la plupart du temps, j’ai eu une grande liberté de création, ce qui facilite beaucoup les choses. Il y a des histoires avec lesquelles je suis plus connectée que d’autres, et cela se voit également dans le résultat final, mais, en général, je considère la conception comme un jeu et j’apprécie vraiment le processus.

Quel est ton rêve ultime en tant qu’illustratrice ? Pouvoir continuer à vivre de mon travail et surtout l’apprécier. Si des commissions intéressantes arrivent en chemin, c’est bien, mais pour moi, l’important est d’être heureux avec ce que je fais et de pouvoir profiter de chaque petit projet.

Après avoir entre vos mains l’album pour enfants illustré par vous ou après avoir vu vos illustrations sur les écrans de Callao Cinemas, comment percevez-vous la valeur de votre talent et de votre travail ? C’est très excitant de voir un livre publié par vous ou de voir votre travail exposé de manière significative comme dans Callao Cinemas, en particulier lorsque vous recevez des commentaires de personnes et que vous voyez que cela les a atteints d’une certaine manière. Ce sont des choses qui vous encouragent à continuer à travailler. Mais d’habitude je ne m’arrête pas beaucoup dans ces moments-là. Je pense toujours à ou travaille sur ce qui suit, même si ce sont des projets plus petits, mais pour lesquels je m’implique tout autant. «

Propos recueillis par Gràffica. Traduit de l’espagnol par S. Thiriet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

14/01 > 01/03 – Signal Bis par Julien Lelièvre et Jean-Baptiste Levée (Production Type) à la Maison de la Culture d’Amiens

Initiée par la Maison de la Culture d’Amiens dans le cadre du Festival Amiens Europe, l’exposition Signal Bis présente parallèlement les travaux de la fonderie Production Type et ceux du graphiste et photographe Julien Lelièvre, en s’articulant autour du projet « Art d’autoroute ». Édité par Building Books l’ouvrage Art d’Autoroute rend visible l’esthétique déconsidérée des autoroutes françaises avec le recensement en image des œuvres d’art présentes aux abords du  réseau routier.  La conception de l’ouvrage s’est accompagnée de la création d’un caractère spécifique, le Signal, développé par la fonderie Production Type. Les équipes de Jean Baptiste levée se sont ainsi penchées sur l’édition et la modernisation  de la…

4/2 – journée d’études « Design & Sécrétions – Vers de nouveaux rituels » à l’EESAB Rennes

À l’initiative de Tony Côme, historien du design, l’EESAB Rennes propose de réunir designers, artistes et anthropologues autour d’une journée d’études sur le thème « Design & Sécrétions – Vers de nouveaux rituels ». C’est du propre. « Pendant des décennies, les designers semblent avoir travaillé pour des usagers dont les corps jamais ne devaient sécréter. Grâce aux “pulsairs” et autres brise-soleil conçus par Le Corbusier, les chemises du Modulor ne risquaient pas, elles, d’être auréolées. Josephine, la femme américaine moyenne inventée par Henry Dreyfuss, n’était pas inquiète de son aménorrhée. Embarqués très tôt dans la course vers le confort, les designers –…

7 > 12/1 – Tout ce temps j’ai cherché

Du 7 au 12 janvier, l’artiste et illustratrice Pauline Furman présente ses dernières réalisations personnelles dans une exposition à la galerie Au Médicis. C’est un véritable écrin de velours que propose la jeune parisienne, qui a fait de cette matière textile, le support de ces expérimentations visuelles. Ses œuvres, douces et oniriques, révèlent des compositions abstraites. Elles se dessinent dans l’assemblage des couleurs et les propriétés de cette matière singulière, d’évoluer avec la lumière. Infos Pratiques : Date : Du 7 au 12 janvier Lieu : Galerie Au Médicis, 5 rue de Médicis, 75006 Paris Lien web : http://bit.ly/2rQ2bOB

7 > 8/12 – Air Poster #7 à la galerie Au Roi

Chaque année depuis 7 ans, une poignée de studios de graphisme se rassemble autour du projet Air Poster. Une exposition d’affiches sérigraphiées et expérimentales en carte blanche. Cette année, les deux jours d’affichage se déroulent à la Galerie au Roi. 15 studios européens ont créé des affiches inédites :—Akatre Studio — Atelier trois — Badesaison — Cheeri paris — Christophe Renard — Des Signes — Gaël Etienne — Gr20paris — Les Graphiquants — Irradie — Studio Julia — Pilote paris — Schultzschultz — Studio triple — Undo-Redo Impression : Lézard Graphique Infos pratiques : Date : du 7 au 8…

Flux

Ressources

Comment bien foirer sa carrière de créatif

Réussir ou foirer sa carrière, à vous de choisir. Pendant tout le mois de décembre, l’illustrateur Mike Stefanini a convié 24 professionnels de la création à délivrer leur meilleur conseil pour surtout ne pas atteindre ses objectifs. Jérémie Claeys, Geneviève Gauckler, Aurélien Jeanney, Joe La Pompe, Cruschiform ou encore Jack…