Mois d’Echirolles 2018 spécial Pologne : le programme

Le mois du Graphisme débute ! Les 17 et 18 novembre, le week-end inaugural sera résolument polonais, avec la présentation des expositions en présence de certains graphistes de Cracovie, Varsovie, et des commissaires et chefs d’orchestre de cette manifestation : Justyna Jędrysek, Michel Bouvet et l’équipe de son atelier, Alain Le Quernec, Diego Zaccharia et l’équipe du Centre du graphisme… La programmation riche définit l’escapade en Dauphiné comme un incontournable de cette fin d’année, pour les amateurs et professionnels du graphisme, comme pour les curieux de la culture polonaise.

La grande expo : l’Affiche Polonaise : 1952-2018 Une révolution graphique se déploiera dans les 3 salles du Centre du graphisme. Dans un ordre chronologique, elle embrase l’histoire du graphisme polonais : de la période dite de l’école Polonaise avec Cieslewicz, Tomaszeski à aujourd’hui.
Jusqu’au 31 mars

Merci Henryk ! Hommage à Henryk Tomaszewski est commissionnée par Alain Le Quernec. En 1971, ce dernier, graphiste autodidacte, décide de rejoindre l’atelier de Henryk Tomaszewski à Varsovie. Cette période de formation préfigurera sa brillante carrière d’affichiste. Comme les élèves de Tomaszewski, il reconnait en celui-ci un maître qui mêle charisme, autorité artistique et pédagogie.
Jusqu’au 31 janvier

Andrzej Munk, Jerzy Kawalerowicz et Wojciech Has et bien sûr Wajda : de la même manière qu’on parle d’une école polonaise dans le secteur graphisme, on évoque également parfois une école polonaise dans le secteur du cinéma. La censure communiste est idéologique et laisse la liberté aux choix artistiques. L’agence d’État Film Polski distribue les films nationaux et soviétiques. La Centrala Wynajmu Filmow, elle, diffuse les films étrangers, dont les affiches originales sont interdites. Les graphistes saisissent l’occasion pour laisser cours à leur art. Au détour des affiches de Pologne. Le Cinéma à l’affiche, se révélera un Truffaut, un Hitchcock et tant d’autres films à reconnaitre.
Jusqu’au 31 janvier

L’affiche est la première expression d’une représentation culturelle, une invitation lancée au public. Peintres et artistes s’emparent du support, ce qui leur permet de continuer à s’exprimer et à gagner leur vie. Malgré un contexte idéologique tendu dans les années 50 à 80, les affiches de théâtre, d’opéra s’épanouissent. Libérés de la contrainte commerciale, les affichistes laissent courir leur imagination et profitent des histoires de MacBeth, Roméo et Juliette ou Ubu Roi pour injecter dans leurs créations des doubles lectures. La dérision, la surprise et l’humour sont de mise, comme pour les posters pour les spectacles de jazz et de cirque. Rafal Oblinski, Andrzej Pagowski, Rafal Oblinski, toujours le dessin en tête, caricaturent et jouent des lettres et des couleurs. Les trois expositions Pouvoir et passion – l’affiche de théâtre et d’opéra, Jazz et Cyrk racontent cette profusion graphique.
Jusqu’au 31 janvier

Comme pour le Mois du graphisme consacré au Japon (2016) ou à l’Amérique latine (2012), les élèves d’une vingtaine d’écoles supérieures d’arts et design ou de beaux-arts sont invités à penser une création en résonance avec le thème annuel. Ils ont conçu pour cette édition 2018 des affiches ou des films d’animation sur le thème du cirque, réunis dans l’expo 20 sur 20.
Jusqu’au 31 janvier

Ewa Maruszewska, ancienne élève d’Henryk Tomaszewski, met En Scène le portrait en proposant des ateliers graphiques et artistiques sur ce thème.

Avec Cinéma.s à l’affiche, le graphisme polonais s’expose aux citadins en s’affichant hors les murs. Des posters de films (français notamment) orneront le fronton des Pathé Échirolles, ou seront présentés dans le hall du Pathé Chavant de Grenoble.
Jusqu’au 21 décembre
Une semaine sera consacrée à la diffusion de films polonais.
7 au 13 janvier

Le programme s’enrichit aussi d’ateliers et de visites guidées. Découvrez le ici.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…