Motion Motion étapes

Motion Motion : Le festival de motion design pour tous

Né de l’initiative de l’Association des Motion Designers Français, le festival Nantais Motion Motion revient le 18 mai prochain à Stereolux. Conforté par la montée en puissance du motion design dans le monde de la communication et du graphisme, le festival semble aujourd’hui assuré de la pertinence de son positionnement et de sa programmation. Celle-ci réunira une fois de plus les grands noms de la discipline et les studios innovants pour une journée de conférences, d’ateliers, de projections et de concerts. Nous nous sommes entretenus avec Clément Perron, programmateur de Motion Motion, afin qu’il nous éclaire sur la mouture 2019 du festival et l’état de la discipline aujourd’hui.

Motion Motion etapes


Bonjour, pouvez-vous vous présenter et présenter Motion Motion ?

Bonjour, Clément Perron, gérant du studio de motion design Doze, passionné d’arts numériques et programmateur des œuvres et concerts du festival Motion Motion. Motion Motion revient le 18 Mai à Stereolux pour sa 3ème édition, afin de proposer à nouveau une journée entièrement dédiée au motion design. Plus grand, plus long, plus international et toujours en mouvement, Motion Motion se dévoile cette année à travers des œuvres, conférences, rencontres, projections, ateliers enfant et des concerts dans une ambiance conviviale, favorable à la découverte et la rencontre. Entièrement gratuit, Motion Motion est l’unique festival de motion design s’adressant à un large public, l’occasion pour tous de découvrir toutes les facettes de la discipline : 3D, 2D, animation traditionnelle, stop motion, etc.

Quelle a été la volonté à l’initiative de la création de Motion Motion ?

La genèse du festival Motion Motion part d’une ambition simple : pouvoir expliquer à notre grand-mère la passion qui nous sert de métier et être enfin tranquille en repas de famille. Plus sérieusement, je pense que c’est cette envie de montrer au plus grand nombre que le motion design n’a pas pour seule vocation d’être un objet publicitaire proche d’un powerpoint au service des marques. Notre métier à souffert de cette image alors qu’il est bien plus passionnant que cela et nous avions envie de le faire savoir au plus grand nombre. Nantes est une ville idéale pour organiser cette journée, vivier de motion designers de talent et d’infrastructures dédiées au numérique, il n’a pas été compliqué de réunir tous les ingrédients pour concocter ce joli moment.

Motion Motion étapes
©fersen sherkannCLACK

Pouvez-vous nous en dire plus sur cette édition ?

Cette édition, comme les précédentes, n’a pas de fil conducteur fort, notre envie est de proposer la vision la plus large possible de la discipline. Même si cela sera peut-être amené à changer dans le futur, c’est aujourd’hui la diversité qui prime pour permettre aux curieux comme aux experts, de picorer à leur convenance et d’être touchés à coup sûr par l’une de nos propositions. Cette année encore, les 9 œuvres sont présentées en avant-première pour le festival, c’est une grande fierté de programmer des artistes qui créent des pièces sur mesure pour nous. Guillaume Marmin présentera par exemple « Anger & Hope », métaphore abstraite du mythe de la boîte de Pandore ou Benjamin Bardou qui nous livrera sa vision désincarnée de la ville de Nantes à travers son œuvre « La forme d’une ville ». Côté conférences, même recette : un format court de 20 minutes sur des sujets très divers mais peu techniques afin de ne perdre personne. Nous accueillerons entre autres Henri Poulain de la chaîne Youtube Data Gueule, qui viendra pour nous parler du motion design au profit de l’engagement, ou encore la légende Dan Perri, qui reviendra sur 40 ans de carrière dans la création de génériques de films, comme le tout premier Star Wars, rien que ça. Nous retrouverons bien sûr comme chaque année un atelier pour enfants, des stands formation pour orienter les étudiants, un moment de partage à l’apéro entre professionnels, amateurs et curieux, le Motion Motion Awards qui récompense le meilleur motion design français de l’année et des “motion concerts” au nombre de 3 avec notamment le projet « Shiro » de Nonotak, qui viendra ouvrir le bal dès 20h30. Nouveauté cette année, un After au Ferrailleur de minuit à 3h30 pour prolonger la journée et permettre aux couche-tard de profiter de 3 concerts audio-visuels supplémentaires.

Le festival semble avoir une fréquentation exponentielle, de quoi est-ce le marqueur selon vous ?

En effet, avec nos 2300 visiteurs dès la première édition et 3200 visiteurs l’an passé, nous sommes les premiers surpris de l’engouement du public pour la discipline. Je pense que l’on peut dégager trois grandes raisons à cela. D’abord un festival avec une programmation si large – expos, concerts, projections, qui plus est gratuit – attire forcément les curieux créatifs de la région. Ensuite de plus en plus de formations dédiées au motion design ouvrent chaque année en France et font découvrir la pratique à de nombreux étudiants avides d’apprendre et de rencontrer les professionnels du secteur. Mais l’autre marqueur fort est la communauté autour du métier qui est de plus en plus forte. Le motion design est un métier de freelance et donc souvent solitaire, toutes les occasions sont bonnes pour se retrouver afin d’échanger et se nourrir les uns les autres. On a tendance à dire que l’on est une grande famille, nous nous connaissons tous.

Beaucoup de personnes confondent motion design et animation. Quelles sont les différences essentielles à retenir entre ces deux disciplines selon vous ?

Cf. ITW de Matthieu Colombel « L’émancipation du motion design, graphisme en mouvement »

De plus en plus, les studios de motion design se dirigent vers des techniques héritées de l’animation avec un grand “A”. Il n’est pas rare de voir des films de motion design entièrement animés par des animateurs traditionnels. On peut effectivement se demander au fond où se trouve la frontière tant les techniques et les outils se sont confondus au fil du  temps. Mais la différence fondamentale entre un film de motion et un film d’animation réside dans la narration. Le motion raconte certes des histoires, peut véhiculer des sentiments mais s’affranchit complètement de la grammaire cinématographique. C’est un moyen d’expression graphique avant tout.

Motion Motion étapes
©fersen sherkann – CLACK

Comment se porte aujourd’hui le motion design en France ?

Le motion design en France et dans le monde en général ne semble jamais s’être aussi bien porté. Les canaux de distribution de ce type de médias se multiplient, le métier commence à être respecté en tant qu’art à part entière et par conséquent les projets sont de plus en plus nombreux. La profession n’est pas stable pour autant. Les freelances, de plus en plus nombreux, prennent une grande partie du marché mais, depuis cette année, rejoignent peu à peu les annonceurs. Les studios en mal de projets, dû à leurs petites forces commerciales, rejoignent quant à eux les grands groupes internationaux. Les métiers de la communication semblent en pleine mutation et j’aime à croire que les annonceurs vont s’éloigner petit à petit des agences globales, pour confier directement leurs projets aux studios qui restent les meilleurs artisans de leurs métiers.

Comment voyez-vous le futur du motion design ?

Difficile d’imaginer le futur du motion design, le métier touche à tellement de disciplines telles que l’animation traditionnelle, le son, le compositing, le film d’animation 3D, qu’on ne sait pas quelles seront ses frontières demain. La réalité virtuelle, la réalité augmentée, la stéréoscopie pour les films en relief, l’hologramme… Toutes ces technologies de demain que l’on voit distribuées peu à peu au grand public vont impacter fortement notre métier. Mais quelles que soient les innovations conceptuelles ou technologiques, le cœur de notre métier reste la métaphore graphique en mouvement peu importe l’outil ou le support. Le festival a donc encore de très longues années devant lui et comptez sur nous pour vous tenir informés.

Motion Motion, à Stereolux, Nantes.
Le samedi 18 mai 2019.
Plus d’informations sur le site de
Motion Motion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…