Motion Type Projet, la typographie animée

Quand le motion design rencontre le travail typographique, c’est « Motion Type Project ». Un projet collaboratif mené par le graphiste Ho Ting-An, de la National Chiao Tung University de Taïwan. L’idée de se projet est de réunir des experts de la langue chinoise, et de créer des idéogrammes chinois animées. Le graphiste taïwanais bientôt diplômé, explique la difficulté d’un tel exercice pour des lettrages orientaux.

Pour suivre Motion Type Project :
Site web : http://motiontypeproject.com
Instagram : @motion_type_project
Behance : Ting-An Ho

Comment le workshop est-il né ?
Depuis son avènement, le motion design joue un rôle important dans la diffusion de l’information, par la publicité par exemple. Tandis que dans la narration visuelle, la majorité des textes dans le motion design est basé sur l’alphabet romain, avec beaucoup moins de réalisations basées sur la langue orientale. Alors j’ai commencé à traiter les signes chinois il y a environ un an.

D’où viennent les différents acteurs de ce projet ?
Certains d’entre eux sont des graphistes, des motion designers, des calligraphes, des typographes et linguistes. Ils sont étudiants ou professeurs diplômés dans les universités taïwanaises et chinoises pour nous assurer que nous ne négligeons aucun élément dans le traitement des mots. Ce sont des experts de la langue chinoise.

Comment concevez-vous la typographie?
La conception d’une typographie chinoise est bien différente des lettrages occidentaux. La principale différence réside dans la structure. Les caractères chinois sont des logogrammes, présentant une phrase ou un mot dans un pictogramme. Par exemple, « 東 », « 大 », « 木 » s’appelle « Vertical Symmetric Frame Type », « 國 », « 口 », « 回 », « 囧 », « 圓 » se nomme « Box Square Frame Type ». Je dois procéder étape par étape, et analyser la construction de certaines formes de mots. Et puisque les calligraphies traditionnelles ont été écrites à l’encre et la brosse orientales ; les traits, les serifs, les lignes de base et les structures sont spécifiques. J’ai conçu chaque animation appropriée au type de structure des logogrammes, correspondant aussi à la signification des mots.

Comment bougent les caractères ?
Les caractères chinois sont basés sur des pictogrammes composés de plusieurs traits individuels. Ces traits peuvent tourbillonner et rebondir pour former une composition mobile. Le projet demande à ces caractères de vivre dans une série de graphiques animés, par une structure mouvante préalablement établie.

Vous ne dessinez pas toute une famille typographique mais un caractère par typographie.
Il y a la question de la quantité. Étant donné que chaque police chinoise a plus de 60 000 caractères, il faut généralement des années et des dizaines de personnes pour développer une nouvelle police de caractères complète. Dans ce projet, il y a une animation pour un logogramme, dessinée par un graphiste.

Mettre les lettres en mouvements c’est aussi montrer la le geste de l’écriture avant sa forme figée ; une volonté de rendre hommage à la calligraphie ?
Non, je n’avais pas l’intention de rendre hommage au geste de la calligraphie par les nouvelles technologies. Ce n’est pas que je ne veux pas, mais la plupart des motion designers qui utilisent le chinois sont déjà en train de le faire. En revanche on remarque de plus en plus de travail typographique chinoise aujourd’hui, bien que l’exercice soit long et difficile.

Propos recueillis par Florian Bulou-Fezard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

28/01 – Conférence en ligne du Signe : «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire

Dans le cadre de son cycle de conférences pour l’accompagnement des artistes, Le Signe vous propose d’assister en Facebook Live à la conférence «Pour des réseaux de solidarité» par l’Atelier Téméraire. «L’Atelier Téméraire est un collectif de graphistes-artistes à visages multiples. Une multitude oscillante. Dans cette multitude, nous tentons de…

20/01 – Conférence en ligne du Signe : «Petit vadémécum de l’activité de graphiste professionnel-le: un métier au croisement des savoirs»

Première conférence en ligne pour Le Signe – Centre national du graphisme en cette rentrée. Grégory Jérôme, responsable Formation continue Informations juridiques pour les artistes à le Haute Ecole des Arts du Rhin, intervient ce mercredi 20 janvier à 18h30 sur la page facebook du Signe pour une conférence intitulée…

16/01 – 25/02 – Exposition « Tout un film ! » au Drawing Lab

Pensée avec l’aide de la Cinémathèque, l’exposition « Tout un film ! » fait le lien entre dessin et cinéma. Durant un mois, le Drawing Lab présente une série de storyboards issue des collections de la Cinémathèque, des artistes et leurs galeries. Les liens entre graphie et cinématographie se dévoilent de façons…

20/01 – Journée d’étude : « Aux marges de l’imprimé, l’imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l’imprimé, 1840-1940 »

« Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit…

7/01 > 23/01 – Photo Saint-Germain

La 10ème édition de Photo Saint Germain réunit comme à l’accoutumée une sélection de musées, centres culturels, galeries et librairies pour un parcours photographique. Entre rencontres, projections, signatures et visites d’ateliers, la déambulation dans le quartier mythique de la rive gauche parisienne donne l’occasion d’appréhender les tendances de la photographie…

16/12 – « Écologie des villes », une conférence d’Audrey et Myr Muratet au Signe suivie du lancement du livre « Paris Nord »

À l’occasion de sa ré-ouverture au public, le Signe inaugure l’exposition du photographe Myr Muratet «Zone de Confort», prévue initialement en novembre. Dans un premier temps, vous pourrez assister à la conférence «Écologie des villes», de l’écologue Audrey Muratet et de l’artiste. Cette conférence sera suivie du lancement de l’ouvrage…

Feed

Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe,…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…

Quelles nouveautés pour les applications Adobe en 2021 ?

D’Illustrator sur Ipad aux Neural Filters de Photoshop, les annonces faites lors d’Adobe MAX démontrent une tendance déjà à l’oeuvre depuis plusieurs années chez Adobe : celle de l’effacement des contraintes techniques, pour une plus grande autonomie face aux outils de création. Exacerbée par Adobe Sensei, l’IA développée par l’entreprise…

Fedrigoni regroupe tous ses papiers dans la Paper Box

La célèbre marque italienne de papier créatif Fedrigoni vient tout juste de lancer sa Paper Box, un catalogue contenant l’ensemble des papiers créatifs de la marque. Présentée dans le cadre de la Packaging Première Collection, un événement sur deux jours (29 et 30 octobre) consacré au packaging de luxe au…