Oripeau diffuse le graphisme dans l’espace public

L’affichage dans l’espace public est rarement gratuit. Mis à part les graffeurs, qui outrepassent les règles pour le bonheur des uns, le malheur des autres et l’indifférence de certains, l’affichage dans l’espace public est toujours réglementé. Certains acteurs locaux (mairies, associations…) tentent malgré cela de faire vivre un vieux principe, celui de l’art pour tous. En investissant les façades d’immeubles, les places et autres espaces visuellement impactants, ils détournent quelques instants l’attention des citadins vers l’art ou le graphisme. C’est notamment le cas de l’association Oripeau, qui depuis 4 ans, a installé deux panneaux d’affichage, un à Nantes sur la façade du Trempolino, l’autre à Montréal aux abords du Bâtiment 7.

Partant du constat que notre espace public visuel est saturé d’images publicitaires ou informatives, le collectif s’établit sur un principe simple et gratuit : mettre du visuel dans la rue, juste pour le plaisir des yeux. Tous les six mois, ses membres lancent un appel à participations afin de sélectionner les oeuvres qui s’afficheront sur les panneaux pour le semestre à venir, au rythme d’une image par semaine.

Afin de favoriser l’éclectisme cher à Oripeau, les critères de sélection restent très ouverts. Les visuels doivent être en noir et blanc, aux dimensions de 175 x 91 cm pour Nantes et 72 x 36 pouce pour Montréal. Les images peuvent aussi bien être des photos, du graphisme, de la typographie, que de l’illustration ou de l’expérimentation.

Aujourd’hui, Oripeau compte plus de 240 participations, en provenance de 145 contributeurs de 25 nationalités différentes. Parmi eux, Jérémy Landes de Studio Triple a affiché plusieurs de ses créations typographiques, Benoît Bodhuin y a dévoilé ses fontes Pickle et Brutal, Paul d’Orlando a réalisé une création sur mesure intitulée Grosse Bourrasque

Si vous n’êtes pas sur Nantes ou Montréal, nous vous invitons à jeter un coup d’oeil à la page Instagram d’Oripeau, leur page Facebook ou leur site Internet.

Paul d’Orlando
Jean-François Flamey
Carolina Festa
Atelier la Casse
La forêt – Laurent Millet
Studio des formes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

04/03 – Typographie et jeu-vidéo, comment en faire un mariage réussi ?

Aujourd’hui, chaque jeu-vidéo représente un travail colossal et rien n’est laissé au hasard. Du gameplay au motion design, ce sont des compétences multiples et diverses qui sont sollicitées. Parmi eux, les designers graphiques ont fort à faire, tant les nombreuses informations présentes dans un jeu-vidéo nécessitent différentes organisations et mises…

Feed

Time Book, des serre-livres comme specimen typographique

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître ce mois-ci et disponible en pré-commande ici jusqu’au 15 mars, nous publions un extrait de notre rubrique « Concours ». Projet issu du Type Directors Club #66TIME BOOK Quinsay Design, Hangzhou Située dans la ville de Hangzhou, non loin de Shanghai, Quinsay est une agence…

Ressources

PERGRAPHICA® lance Catching Feels, un nouveau Lookbook présentant ses papiers premium

Pour tous les créatifs, le lancement d’un nouveau lookbook est un évènement. Ces ouvrages servent à présenter l’ensemble de leurs réalisations et permettent aussi de démontrer les qualités d’impression et d’ennoblissement des papiers utilisés. Un lookbook est donc en définitive une véritable vitrine pour les directeurs artistiques, les maisons d’édition…