Outings project ou comment les personnages des peintures se font la malle

Imaginé et initié par l’artiste Julien de Casabianca, Outings Project se situe à la croisée du street art et de l’exposition d’art, à ceci près que l’exposition investit l’espace public, qu’elle est participative, mondiale et atemporelle. Le projet invite tout un chacun à prendre en photo le portrait d’un illustre inconnu immortalisé sur une toile, à l’imprimer, l’extraire de son décors, et enfin à l’apposer quelque part sur un mur de la ville à la rencontre des badauds, des pressés, des flâneurs, des touristes, des joggeurs ou encore des promeneurs du dimanche… Depuis son lancement en août 2014, Outings project s’est peu à peu importé partout dans le monde : d’abord Paris, puis Londres, Bastia, Gdansk, Rome, New York, Riga… En emmenant les œuvres d’art du musée vers la rue, Julien de Casabianca propose de les voir d’un nouvel œil mais surtout de se réapproprier notre patrimoine culturel.

?time=1428935810

De retour d’une tournée de collage aux États-Unis, dans six villes, de La Nouvelle-Orléans à New York, Julien nous raconte…

Combien d’images essayez-vous de poser quand vous entreprenez un voyage dans une ville ?
Nous stickons un peu moins d’une dizaine de personnages par ville, pour obtenir au final une vingtaine de photos. Car l’œuvre est constituée d’une partie éphémère, le collage, et d’une partie pérenne, la photographie de l’installation dans la rue, photo qui fait à sont tour l’objet d’expositions.

Comment cela s’est-il passé durant votre voyage aux États-Unis ?
Notre process s’apparente quasiment à une chasse. Nous marchons d’abord dans les allées des musées à la recherche de personnages que nous voulons faire s’évader. Il faut se projeter dans une histoire à vivre ensemble avec lui ! Ensuite dans la rue nous sommes à la recherche des murs qui peuvent constituer une scénographie puissante. Nous recherchons plus particulièrement des quartiers défavorisés, où la présence de l’art et de la beauté est une nécessité. Mais les espaces urbains diffèrent fondamentalement. Entre Los Angeles et Riga c’est le jour et la nuit, aux USA les quartiers défavorisés sont investis de homeless et de drogués perdus et errants, à Riga ils sont vides. La rencontre avec les gens du quartier n’est pas là même. À Gdansk nous avons collé avec les équipes du musée et des habitants, qui ont choisi eux mêmes les emplacements. À Los Angeles, nous avons été pris sur le fait par la police municipale, qui a voulu nous faire retirer celui que nous venions de coller. Mais devant la réaction des habitants qui nous ont soutenu avec véhémence, la police a finalement cédé et a même pris une photo qu’elle a publiée sur Instagram !

Outings : faut-il le prendre au premier degré (promenade en extérieur) ou est-ce que vous aimez l’ambiguïté que recèle ce terme ? Quel est le sens que vous investissez dans ce mot et dans votre projet de façon plus générale ?
Oui, il y a un double-sens. Outings c’est certes à la fois l’acte de faire sortir des personnages du musée, les mettre dehors, mais c’est inviter ces personnages anonymes à redevenir des gens parmi des gens, normalisés par leur réintégration dans la banalité, ré-inclus dans le tout venant, libérés d’un cadre étouffant, au sens strict, un cadre doré, et un château aux mœurs extrêmement codifiées, et nous les invitons à une puissante libération, en ce sens, même si on leur force un peu la main, il y a tout d’un outing… Ils se montrent enfin tels qu’ils sont vraiment, sans la mascarade du paraître. Et leur soulagement saute aux yeux !

Pouvez-vous nous raconter la genèse du projet ? Quelles évolutions avez-vous dû apporter après vous être confronté à la rue ?
Outings est né d’un geste artistique d’abord pris au second degré, de la volonté cocasse de libérer une princesse d’un château, Mademoiselle Rivière, de Ingres, emprisonnée au Louvre, que nous avons libérée en la collant dans la rue. Peinte à 13 ans, morte à 14 ans, elle n’a rien vu de la vie, on voulait lui montrer le monde. Et la puissance du personnage ainsi offert dans la rue nous a saisie. On a découvert le regard des habitants du quartiers, enchantés, qui s’avançaient doucement, hésitaient à la toucher, remerciaient de la beauté. Nous voulions montrer une nouvelle réalité à Mademoiselle Rivière et c’est elle qui nous a ouvert les yeux sur l’impact d’œuvre qu’elle retrouvait soudain, alors qu’elle dormait dans un coin, loin du peuple. Il y avait l’évidence d’une réappropriation possible. Et le geste est tellement simple qu’il est à la portée de tout un chacun : prendre une photo dans un musée avec son mobile, imprimé chez l’imprimeur du coin, puis des ciseaux et un peu de colle, un vieux mur, et le tour est joué. Et des dizaines de personnes le font actuellement dans le monde. Et on ne peut pas se rater, c’est systématiquement beau ! C’est une réappropriation du geste artistique par des gens qui n’en ont aucune maitrise et qui ne se positionnaient que comme spectateurs de l’art.

http://www.outings-project.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

11/7 > 1/11 – Anja Kaiser, Undisciplined toolkit. Design graphique et féminisme au Centre National du Graphisme Le Signe

La chercheuse et designer graphique féministe Anja Kaiser est à l’honneur tout l’été au Signe, Centre National du Graphisme. Par sa pratique elle soutient des projets et des commanditaires féministes et émancipateurs. En abordant le féminisme d’un point de vue historique et politique, la jeune femme entend questionner les représentations…

Waterfalls, une exposition en ligne de Thomas Danthony

Avec sa nouvelle exposition Waterfalls, Thomas Danthony nous invite dans une nouvelle sorte d’évasion virtuelle. En effet, dans ce parcours en ligne, il présente une série méditative sur les chutes d’eau, phénomène naturel qu’il observe, en tentant de capturer la beauté dans la surprise. Par leur verticalité, les chûtes d’eau…

1/07 > 29/08 – Joan Cornellà, Paris Solo Show à la Galerie Arts Factory

Le dessinateur de bande dessinée et illustrateur barcelonais Joan Cornellà a la gâchette facile quand il s’agit l’humour noir. Après une invasion des réseaux sociaux, plusieurs bandes dessinées et travaux éditoriaux, l’espagnol continue dans sa lancée et piétine avec jubilation le politiquement correct. Racisme, pauvreté, handicap, maladies, mutilation, Cornellà se…

01/07 > 23/09 – Rêves à la SLOW Galerie

Du 1er juillet au 23 septembre, la SLOW Galerie réunit 60 illustrateurs pour « Rêves », une exposition d’illustrations réalisées pendant le confinement. Les 60 personnalités qui s’y expriment sont autant de point de vue, d’esthétiques, de sensibilités, de désirs, de rêves en somme. La pratique du dessin a été pour ces…

Flux

Le festival des Chatons d’or dévoile le palmarès de son édition 2020

Chaque année depuis 9 ans ans, le festival des Chatons d’or dévoile et récompense une nouvelle portée de contenus inspirants, avec l’ambition de faire émerger les idées et les talents. Dans un contexte de crise sanitaire, où toutes les composantes de notre société sont remises en cause, la manifestation s’est…

Ressources

Typologie, un nuancier de la typo française

Afin de mettre en avant la diversité et la singularité de la création de caractères française, le studio recto verso lance Typolgie, un nuancier de la typo. L’idée de reprendre ce format familier des graphistes est plutôt originale et bien trouvée pour mettre l’accent sur une discipline qui foisonne de…

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…