Pierre Brault raconte la réalisation de l’identité visuelle de Rock en Seine

En octobre dernier, nous (étapes:) profitions de notre nouveau voisinage avec l’agence Babel pour lancer conjointement un grand appel à candidatures. Le but de l’opération : trouver la perle rare à même de réaliser l’affiche 2018 de Rock en Seine. Après avoir épluché 1300 portfolios et rencontré de nombreux designers, le choix s’est porté sur le talentueux Pierre Brault.

Le jeune diplômé de Penninghen, remarqué à maintes reprises pour ses installations en plexiglas, s’est donc frotté à cette tâche, aussi difficile que prestigieuse, de créer une affiche pour un évènement grand public. Presque un an s’est écoulé entre l’amorce du projet et l’évènement qui vient de s’achever. Nous avons donc demandé à l’intéressé de nous raconter comment il a vécu cette expérience.

Suivre Pierre Brault :
Site internet : pierre-brault.com
Instagram : @pierre.brault

Une fois sélectionné pour réaliser l’identité visuelle de Rock en Seine, quel brief t’a été donné ?

Une fois sélectionné, Rock en Seine et l’agence Babel se sont mis d’accord pour que le thème de cette année soit les « fans » au sens large. Partant du constat que le festival était avant tout un moment de fête rendu possible par le public qui se déplace pour ses artistes préférés. L’idée de ce thème était une façon de les remercier et de leur rendre honneur!

J’ai alors eu deux semaines pour faire des propositions et esquisses sur ce thème. Pour garder ce côté Rock, je voulais une affiche « coup de poing », un visuel avec un impact fort qui incarnerait l’emblème de cette édition 2018.

J’ai alors proposé l’idée du cri du fan qui soutient son artiste à travers la foule par le chant de ses paroles et des messages d’amour. Le premier visuel représentait une bouche en plexiglas déstructurée. Les vibrations du cri étaient représentées par une palette de 4 couleurs.


Proposition d’affiche non retenue

Quel était le calendrier de production ? Peux-tu nous rappeler les grandes phases de ce projet ?

J’ai commencé le projet Rock en Seine en janvier. Mon idée de départ était de faire une communication à 360° en proposant également du contenu pour les réseaux sociaux.
J’ai tout de suite proposé une interprétation du logo Rock en Seine dans un style solaire. J’ai réalisé une maquette en volume sur le principe de l’anamorphose. À partir de cette installation, nous avons pu avoir une multitude de photos colorées qui ont servit de charte graphique tout au long de la communication de cette édition. Nous avons pu également faire une vidéo à partir de cette installation afin d’annoncer les premiers noms présents à Rock en Seine 2018.

En Février j’ai commencé la création de l’affiche avec le cri et, au mois de mars, nous avons effectué des prises de vues et des tests de mise en page. Ce travail s’est fait avec l’agence Babel, notamment Delphine Bommelaer (Directrice de création et Stéphane Bidel (Directeur de création contenus). Isabelle Dray, Directrice de Projets, était là pour encadrer ce projet afin de respecter le calendrier.

Finalement, en Avril, le concept de l’affiche a changé, j’ai alors dû tout reprendre de zéro en laissant tomber le thème des Fans, pour repartir sur un nouveau visuel, celui de la montgolfière.


Comment composer avec les aller-retours clients lorsque l’on travaille une matière (le plexiglas) ?

C’est toujours la difficulté que je recontre. Je ne réalise pas de 3D avant de faire l’installation, il est alors difficile de s’imaginer le rendu final.
Afin que le client puisse se projeter au mieux dans le rendu final, je réalise des 2D à l’ordinateur et j’ai toujours un nuancier de plexiglas que je montre au client pour qu’il puisse voir les couleurs en vrai.
À l’avenir, je souhaite me perfectionner en 3D pour que le rendu soit au plus proche des installations finales.

Quelle a été la phase la plus difficile de ce projet ?

La phase la plus difficile de ce projet a été en avril, quand j’ai du reprendre de 0 l’affiche. J’ai dû abandonné l’idée du cri car la bouche se rapprochait trop du logo des Rollings Stones…

De mon côté, j’étais satisfait du résultat mais le client ne voulait pas prendre ce risque. J’ai alors eu une semaine pour trouver une nouvelle idée, faire le montage et prendre les photos de l’installation.

L’idée de la Montgolfière a remplacé celle de la bouche, afin de mettre en avant l’espace du festival. Le Parc de saint cloud et son ambiance solaire, un envol vers la musique.

Quelle a été la phase la plus excitante ?

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est la collaboration avec l’agence Babel. Ils ont tout mis en œuvre pour que je travaille dans les meilleures conditions. J’ai d’ailleurs fait de belles rencontres, comme Zawé un stagiaire qui m’a aidé à réaliser les prises de vues et le tournage vidéo. Encore un grand MERCI !

http://etapes.com/system/99347/large/1535374960.JPG

Que retiens-tu de ce projet pour la suite ?

Ce projet m’a donné envie de travailler avec des artistes dans la musique. J’ai pu le faire récemment avec le rappeur S.Pri Noir et prochainement ave L’impératrice.
Rock en Seine est aussi une opportunité pour moi de proposer des collaborations à des artistes comme Justice ou encore Die Antwoord. Je remercie donc l’agence Babel et Rock en seine pour leur confiance et leur soutien dans ce projet !! 🙂

Par Charles Loyer

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

design indaba

Top news

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici