Pour PPAF Éditions, les textes et les images s’imbriquent

En 2012 Adrien et Julien créent PPAF, Première Pression À Froid, une maison de micro-édition qui s’organise comme un atelier expérimental. Avec deux créations par an, ils prennent le temps de s’interroger sur l’articulation texte-image dans un livre en tant qu’objet à parcourir. L’un a fait les Beaux-Arts d’Angers en peinture et gravure, l’autre Louis Lumière en photographie.

Facebook : PPAFeditions
Site Internet : www.ppafeditions.fr/

« Combien Combine » est une édition grand format qui s’organise par double pages allant de paire ; d’un côté le mot, de l’autre sa représentation. Sur les deux pages suivantes, pareil, on trouve l’anagramme du mot précédent et son dessin. Comme outils d’écriture et de dessin, ils conçoivent un tampon : le « modulographe ». Ils répondent de concert.


Qu’est-ce que le « modulographe » ?
Tout est parti du démembrement du caractère. Nous décomposons les lettres à notre manière. Celles-ci sont facilement reconnaissables par le cerveau parce qu’elles correspondent à des formes élémentaires, nommées géon et protolettre. Les protolettres sont des formes géométriques qui nous permettent à la fois de lire n’importe quelles formes dans la nature et en même temps des lettres. Et c’est la jonction entre les lettres et l’image qui nous intéresse. On ne veut pas faire uniquement de la typographie, on veut aussi dessiner avec ces modules. Nous avons fait trois tampons, avec trois formes différentes, à la fois abstraites et rationnelles que nous mettons entre les mains de tous.


Vous en avez fait une typographie ?
Des caractères ont été créés, ce ne sont pas que des tampons. Une typographie est générée à partir du modulographe, une numérisation à partir du geste de l’homme. Donc il y a trois types de tampons, trois familles de typo : une rond, une carré, une triangle. Avec les tampons carrés on a cherché à faire des minuscules aussi, mais c’était plus compliqué, car les caractères sont plus étroits. L’objectif maintenant ça serait de faire un vrai travail de typographe en créant un vrai fichier avec des minuscules, de la ponctuation complète, les espaces.

« Combien Combine » confronte typographie et illustrations avec ces mêmes modules. Comment choisir les mots ?
L’idée c’était d’avoir un imagier avec une contrainte poétique : l’anagramme. Les doubles pages marchent par paire. On retrouve « mutinerie » et sa représentation sur une double pages et l’autre double page « minuterie » avec son dessin. C’est tout simple, on combine des formes géométriques élémentaires et à la fois on combine des lettres. On arrive à une lecture de plusieurs degrés : le lecteur tourne les pages.

Vous pouvez définir ces plusieurs degrés ?
Ce sont des livres où il faut faire l’effort, dans lesquels les gens doivent s’installer. L’enjeu est d’intriguer et susciter la curiosité, tout en mettant des contraintes à l’intérieur qui poussent les gens à tourner les pages, sans vraiment comprendre. C’est comme disait, Christian Bruel [auteur et éditeur de littérature jeunesse], « des livres à doubles détentes » : à partir de la page 26 tu comprends la page 2.


Il y a un rythme dans la lecture même ?
L’intérêt de mettre les gens dans une telle démarche est qu’ils ne saisissent pas le sens tout de suite. Le livre est un objet global fait de strates et donc de plusieurs niveaux de lectures. C’est aussi l’approche que nous avons du livre.

Comment vous parcourez un livre ?
Quand tu prends le livre, tu considères la matière que tu as dans les mains et tu te demandes pourquoi ça a été fait comme ça. Tu décèles rapidement si ça a un sens ou si ça n’en a pas par rapport à ce qu’il y a à l’intérieur. Le moment ou il y a un vrai plaisir c’est quand tu dis « ah oui je comprends pourquoi c’est fait de cette manière ».

Comment cela se traduit-il dans votre création ?
Dans « Specimen », un manuel vendu avec un modulographe, on montre les possibles du tampon, après c’est à l’utilisateur de laisser libre court à son imagination. La couverture a un pelliculage soft-touch, c’est tout simple quand tu le touches et il y a un certain plaisir d’avoir l’objet entre les mains, et tu comprends que la couverture a une matière qui rappelle celle du tampon. Et ce qui a fait sens c’est le lien entre la perception et l’intellectualisation de l’objet.


Votre avis sur le livre ?
Le livre est un beau vecteur artistique : il se transmet toujours et on peut toujours relire d’un angle différent : mettre dans les mains d’un diffuseur qui va le vendre à un libraire, qui va le vendre à des personnes, des personnes qui vont le lire et qui vont peut-être le prêter à d’autres personnes. Le choix revient au libraire de mettre un même livre en section jeunesse, graphisme ou typographie, et il se passe la même chose quand on expose en salons.

Votre définition du graphisme ?
Quand on s’intéresse à la fois à la poésie et au graphisme, on cherche à bouleverser le système. On définit un système, puis on le met dans les mains de quelqu’un d’autre qui va le décliner, en faire quelque chose. Et ça si ce n’est pas du graphisme !

Propos recueillis par Florian Bulou-Fezard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…