Print Van Paris : entre sérigraphie, bonne humeur et créativité

À Paris, nombreux sont les endroits insoupçonnables que l’on peut découvrir au détour d’un carrefour, au coin d’une rue. Dans le 11ème, à deux pas du boulevard Voltaire, se trouve un petit studio fraîchement rénové par Oschon Wespi-Tschopp, devenu le pied à terre du Print Van Paris. Pour son ouverture, la galerie accueille les œuvres de Margaux Carpentier, jeune illustratrice et peintre basée à Londres, à l’univers contrasté et spirituel parfois très allégorique.

Cela fait quelques années que l’on peut apercevoir le camion de sérigraphie éphémère dans les rues de Paris. Le concept est simple : à la manière d’un vendeur de glaces ambulant, Oschon amène la sérigraphie aux gens, en leur proposant d’imprimer eux-mêmes le motif de leur choix sur un objet (tee-shirt, tote-bag, affiche…), avant de repartir avec cette édition limitée. Oschon raconte : « L’idée c’est vraiment de travailler avec des artistes différents, au début c’était vraiment une collaboration dévelopée pour chaque emplacement.  » Il amène ainsi l’atelier directement au public, en choisissant des endroits improbables.


©Lisa Darrault

Les deux créatifs se rencontrent à Londres, où ils ont effectué leurs études (Margaux en Arts Appliqués, Oschon en Graphisme), notamment grâce au Print Club de Londres, véritable plaque tournante dans le monde de l’illustration :  » à l’époque il y avait beaucoup de gens qui venaient là pour leurs projets en sortant des études, ça faisait une petite communauté. » Oschon raconte : « c’est là-bas que j’ai commencé la sérigraphie, et le design graphique. J’avais mon atelier à côté de Printclub aussi, et il y avait un italien qui réparait les camions à glaces pas loin, et je me suis dit tiens il y a peut-être un truc à faire avec les couleurs, les formes, vives, joyeuses, ce que ça dégage… » C’est ainsi qu’est née l’idée, qu’il a mise en application plusieurs années après, à Paris.


©Lisa Darrault

Mais avec le temps, le petit camion a besoin d’évoluer : « c’était vraiment marrant ! Mais au bout d’un moment on a envie de pousser plus loin les échanges avec les artistes, de vraiment travailler avec eux. Sous ce format, ça restait un peu restrictif, le choix des couleurs, d’une impression, et d’un motif pas très technique… Du coup on a cherché un espace plus fixe, pour poser les choses. On garde comme fil rouge les éditions limitées, mais il n’y a vraiment pas d’idée commerciale derrière, c’est plutôt pour découvrir des mondes et des imaginaires différents. »


©Lisa Darrault

Oschon aquiert donc la galerie, pour en faire un espace de partage et de créativité avant tout : « on va pouvoir y faire des ateliers plus poussés. Les gens qui viennent ne vont pas seulement voir une expo, mais aussi y participer, ou au moins voir et comprendre comment ça a été fait, les processus qu’il y a derrière. » Cette démarche de démystification de la sérigraphie est significative, et rend le lieu très accessible, toujours dans l’esprit du camion. En plus de celui-ci, le Print Van s’est aussi muni d’une petite charrette de glacier, qui permet de couvrir des événements ou des privatisations. « On garde toujours ce côté éphémère, et là c’est vraiment un petit mélange, à la fois de travail dans l’espace et l’exposition dans l’espace de travail. »


©Print Van Paris

Le studio de création, de collaborations et d’impression s’accorde aux non initiés et la rend accessible en montrant le procédé, très manuel, en présence de professionnels. En plus des expositions, Oschon propose des ateliers sous forme d’afterwork, le jeudi soir : « c’est marrant, c’est une bonne ambiance ici. J’ai commencé le jeudi soir, beers and print, 2h-2h30 ça a bien marché, du coup on va garder ce système d’afterwork, et le week-end aussi. Là on fera des ateliers de 6 personnes, deux fois (un le matin et un l’après-midi) sinon l’espace devient vite trop petit. »


©Print Van Paris

Le soir de l’inauguration, ils imprimaient des sacs en direct pour montrer aux gens le processus. L’espace, peint en blanc, est fait pour accueillir les œuvres des artistes qui y seront exposés : il se prête aux couleurs et aux formes de celles-ci. Ainsi, la première exposition accueille les créatures colorées et expressives propres à l’imaginaire de Margaux Carpentier : La vie secrète des êtres. Réalisés pour la galerie, les tableaux sont des histoires, comme l’explique Margaux : « ce ne sont que des choses nouvelles. J’ai tout créé pour l’expo autour d’un thème plus ou moins vague. En fait chaque print a une histoire bien à elle, qui explore les différents moments de la vie, c’est plus ou moins métaphorique, il y en a qui sont simples, et d’autres un peu plus oniriques et compliqués. »


©Print Van Paris

Chaque œuvre est en effet accompagnée d’un petit texte qui permet au visiteur d’assembler les pièces du puzzle, et d’en saisir la signification : « dans ma tête chaque dessin a une histoire, des références bien précises derrière, et je brode chaque illustration autour de ça. » La dessinatrice lit beaucoup. Son travail est influencé par des textes, des poèmes, des chansons, et à travers ses production, ont décèle l’importance qu’ils ont pour elle : « mes œuvres sont des histoires. Je dis souvent que je suis plus attachée aux mots et aux histoires qu’aux images finalement, c’est un peu bizarre… Donc j’aime bien raconter vraiment des histoires avec mes images. »


©Print Van Paris

La jeune artiste dont c’était la deuxième exposition est aussi sur d’autres projets : elle doit imaginer la scénographie pour une boutique d’objets mexicains et guatemaltèques, dans le cadre du salon d’exposition Maison & Objet. Les décors, en cartons recyclés, accueilleront les personnages qu’elle imagine pour mettre en scène une sorte de petite histoire. Elle dessine aussi pour Djeco, les loisirs créatifs et pour enfants, qui font souvent appel à des illustrateurs, et avec le zoo de Londres, depuis deux ans. Elle dote ce parc d’une identité réalisée à la main. Scénographie en 2D cette fois, elle peint beaucoup de fresques, sur des murs, des objets…

Exposition La vie Secrète des Êtres, de Margaux Carpentier,
Jusqu’au 29 juin,
À l’atelier Print Van Paris,
20ter Rue Basfroi, 75011 Paris

Par Lisa Darrault

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…