Retour sur deux jours au festival Scopitone

Scopitone, le festival nantais dédié aux arts numériques avait lieu du 19 au 23 septembre dernier. étapes: s’y rendait afin de voir, écouter et prendre le pouls de cette ville remuée par l’art. Résumé de deux jours de pérégrinations dans un immense terrain de jeu.

C’est en arrivant à Nantes que l’on se rend compte de l’intelligence de programmer un festival d’arts numériques dans une ville au patrimoine aussi éclatant. Entre le centre ville, qui présente avec ostentation ses richesses d’antan et l’île de Nantes qui tente de réhabiliter son passé industriel, il ne manque pas de lieux spectaculaires pour faire naître l’osmose entre l’ancien et le nouveau, l’immuable du décor et l’éphémère de la situation.

Au centre de la cour du château des Ducs de Bretagne se tient le dôme qui servira de théâtre aux performances immersives proposées en collaboration avec la société des arts technologiques de Montréal. C’est dans cette confrontation que l’on se rend compte à quel point l’homme a su tirer parti de ses illusions. Le dôme a beau paraître minuscule, il est comme une boite ouverte vers une infinité de possibles. En s’allongeant en son centre on pressent immédiatement l’étrangeté des sensations qui vont naître en nous. La performance commence et les perspectives s’ouvrent. Les lignes et les formes se déplacent, ouvrant ainsi d’immenses puits sans fonds, comme des trous noir qui se dilatent et avalent la lumière. Une chorégraphie s’opère entre des lumières hystériques et une musique hachée, sensorielle, plus proche des expérimentations sonores de Squarepusher que d’une quelconque plénitude New Age. Que ce soit pour Interpolate ou Versus, les deux performances auxquelles nous avons assisté, le sentiment de perte de contrôle fut le même, jouissif et dérangeant. Les différences étaient principalement esthétiques. Interpolate se concentrait sur des formes plus diverses permettant de matérialiser le son, Versus simulait un univers de formes géométriques qui ouvrait sans cesse de nouvelles portes.

Au coeur de l’île de Nantes, terrain d’expérimentations urbanistiques de grande ampleur, se dressent les Nefs. Ces vielles halles industrielles accueillent en leur sein Stereolux, vaste complexe dédié à la musique, où avait lieu les nuits électro. Sorte de Roland Garros de la musique électronique, les têtes de série que sont Nina Kravitz, Luke Slater, Miss Kittin & The Hacker ou Max Cooper venaient se disputer la couronne. Parmi les outsiders, Kedr Livanskiy, une jeune russe de 28 ans (ça ne s’invente pas) a failli rafler la mise avec un live à peine maîtrisé mais à l’énorme supplément d’âme, apportant un peu de sincérité à un genre (la dance music) qui se cantonne bien souvent à sa stricte fonctionnalité. Mention spéciale également à Deena Abdelwahed qui utilise merveilleusement les possibilités rythmiques et les textures offertes par les musiques traditionnelles arabes en les distillant dans la musique club du futur. Le public était également au rendez-vous et les Nefs fourmillaient jusque tard dans la nuit, offrant la preuve de la vitalité de la jeunesse nantaise et de la pertinence de la programmation.

C’est au terme de ces deux jours, quand l’on ressort de ce maelström sensoriel, que l’on se rend compte que Scopitone est bien plus qu’un simple festival. La pluridisciplinarité proposée met tout nos sens en éveil et la technologie y est utilisée non pas comme une fin, mais comme une passerelle vers des zones insoupçonnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

12/03 > 02/04 – Post-scriptum : Ep.01 à Nancy

« La Galerie NaMiMa de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, en partenariat avec Le Signe, Centre National du Graphisme de Chaumont accueille Post-scriptum : Ep.01 une exposition d’affiches et d’objets graphiques contemporains. Au-delà d’une collection graphique témoignant d’écritures singulières, cet évènement s’engage à révéler les histoires et éclaircir les…

19/03 > 21/03 – Colloque international « In-Between : pour une hybridation des pratiques artistiques et nouvelles pédagogies »

Un « In-Between » se définit comme un entre-deux, un espace interstitiel entre deux composantes, une jonction. C’est en partant de ce postulat sur l’existence d’espaces de cet acabit que le colloque ‘In-between » propose d’explorer ce qui fait l’hybridation, l’échange et la transdisciplinarité entre les arts, l’architecture et le design ainsi que…

26/3 > 36/4 – Amandine Urruty présente « Made in the dark »

La galerie Dorothy Circus accueille l’exposition Made In The Dark d’Amandine urruty du 26 mars au 26 avril. À travers 10 œuvres rassemblées ensemble pour la première fois, l’artiste française rebondit sur le thème de l’année de l’espace d’exposition : « The Year of Love ». L’occasion pour la prodige du dessin de nous livrer sur papier une vision ambigue de l’amour, entre…

Flux

Les chaises au fil du temps : de 1800 à nos jours

Une chaise n’est pas un simple objet. À travers sa forme, son look et ses fonctions, elle raconte une époque. L’assise est marquante, sait attirer l’attention, se faire irrésistible. La formidable collection de chaises du Vitra Design Museum en témoigne et le musée à fonds privés en partage une partie dans…

Suivez la 10e édition des Puces Typos directement en ligne

Les Puces Typo, salon annuel de la typographie et de l’édition indépendante, fêtent leurs dix ans. Traditionnellement organisées le temps d’une journée au Campus Fonderie de l’Image, école de design graphique et numérique en alternance et à temps plein située à Bagnolet, les Puces Typo se déroulent cette année entièrement en…

Ressources

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…

Illustrator sur iPad en version Beta pour une poignée de chanceux

Actuellement une poignée d’utilisateurs ont la chance de pouvoir tester une version d’Illustrator sur leur iPad. En effet d’après des messages sur les réseaux sociaux, Adobe lance depuis quelques jours des invitations à une version Beta de l’application. Avec Illustrator sur iPad, la firme américaine poursuit le travail d’adaptation de…