Rosmarie Tissi, Grand Prix Design Suisse 2018

Née en 1937, Rosmarie Tissi grandit dans un milieu de musiciens. Elle suit un apprentissage de graphiste chez Siegfried Odermatt, graphiste autodidacte réputé, à Zurich et travaille dix ans pour différentes entreprises. Elle fonde en 1968 avec son maître d’apprentissage l’atelier commun O&T. Son œuvre graphique se distingue par un style techniquement pur, mais non dogmatique. La manière d’intégrer la typographie peut être considérée comme un élément marquant de son style, même si elle s’est régulièrement écartée de la voie linéaire du style suisse. La graphiste est également connue pour son goût du voyage qui l’a entraînée dans 70 pays, par soif de découverte ou pour animer des ateliers et des conférences auprès d’instituts et d’universités réputés. Après avoir emporté de nombreuses distinctions et récompenses, elle a reçu en 2018 le Grand Prix Design Suisse.

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez reçu le grand prix ?

J’ai dis « mais je n’ai pas postulé ! ». En fait quelqu’un propose votre nom et le jury étudie votre travail. Parfois, vous pensez que vous n’êtes pas si reconnue ou estimée, alors j’étais très heureuse.

Vous êtes entrées à l’AGI en 1974, aujourd’hui l’association comporte
environ 6 fois plus d’hommes que de femmes. Vous avez débuté
votre carrière dans un milieu principalement masculin…
Comment envisagiez-vous cela ?

Honnêtement, je n’y ai jamais vraiment prêté attention. En cours nous étions seulement 2 filles. Plus tard, dans les ateliers que j’ai co-animé, j’ai eu l’impression de voir de plus en plus de femmes. Ensuite, celles-ci disparaissent … je ne sais pas si elles arrêtent ou ce qu’elles font. Les femmes me paraissent toutefois meilleures, elles sont plus sensibles et plus engagées, car elles ont plus à défendre. Les garçons étaient moins attentifs à mes conseils. Professionnellement, les hommes et les femmes ne sont pas estimés pareil, je crois que les hommes obtiennent plus facilement des commandes…

Avez vous été formé à un certain graphisme et avez-vous eu la sensation d’appartenir à une génération de concepteurs qui préfigurerait un vocabulaire visuel spécifique, à savoir le style dit ‘international’ ?

Je ne me considère pas comme appartenant au style suisse. Je le trouve trop rigide et trop froid… Je n’ai jamais utilisé la Helvetica. Je passais seulement deux jours par semaine à l’école, étant en apprentissage le reste du temps. (RosMarie a été apprenti à Winterthur et au coté de Siegfried Odermatt). Au sein de mon école, la Kunstgewerbeschule Zürich, Joseph Muller-Brockman a formé de nombreuses personnes … qui ont donc eu toutes le même style.

Rosmarie Tossi prend la suite d’Odermatt pour concevoir les poster Serenaden, une manifestation culturelle axée sur la musique, à Zurich. Elle transcrit l’univers musical en signes graphiques, dans une composition qui emprunte à la synesthésie, telle que Kandinsky l’a expérimentée.

Dès lors, quelles étaient vos influences ?

Je regardais vers l’Amérique ou l’Italie avec par exemple Gene Federico, George Tscherny, Franco Grignani…

Vous composiez à la main, et l’ordinateur est arrivé… 
Comment l’avez vous intégré ? Pensez-vous que ces nouvelles technologies, associées aujourd’hui aux canaux de diffusion tels les réseaux sociaux, ont pu uniformiser le design graphique ?

Mon partenaire et moi travaillions ensemble mais chacun avait ses propres clients. Il était contre, mais finalement j’ai dis « il m’en faut un ! ». C’était difficile mais quand même plus rapide, et il y a plus de possibilités. Je pense que les différentes scènes graphiques préservent leurs identités. Je pourrai toujours trouver des éléments propres à un pays dans les productions graphiques. Le Japon par exemple garde son style unique.

Regardez-vous le design graphique actuel et qu’en pensez vous ?

Je suis plus ou moins, je suis parfois un peu déçue. Lorsque je débutais, je pensais simplement à être satisfaite de mon travail et à ce que le client le soit aussi. J’étais peut-être naïve, mais je travaillais pour trouver une solution. Le fait qu’un projet fonctionne, qu’il soit imprimé et visible dans l’espace public, était déjà bien pour moi. Aujourd’hui, j’ai l’impression que certains jeunes graphistes recherchent la notoriété. L’autre jour, j’ai vu un poster par quelqu’un de pas très connu, je me suis dis je devrais l’appeler et lui dire que c’est bien, c’était un nouveau style, quelque chose de rafraichissant. Aujourd’hui, certaines idées viennent de vraiment trop loin.. Si tu as besoin d’une explication pour comprendre le projet ou le message, ce n’est pas du bon graphisme. Parfois, je vois des choses compliquées dans la typographie, des enchevêtrements difficiles à lire… Je pense que certains suivent la tendance, ce que je fuyais pour ma part.

Affiche pour une exposition au PRATT (New York). Rosemari Tissi associe les bandes noires et blanches, propres à la designer textile Annie Albers, le T (à l’horizontal) de son nom de famille, et la géométrie de la graphiste Lustig Cohen

Retrouvez également une sélection de projets plébiscités par les Swiss Design Awards dans le étapes 248 (mars-avril).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

> 20/10 – Les étudiants de l’école de Condé exposent à la Fondation Le Corbusier

Encore une dizaine de jours pour contempler le travail des étudiants de l’école de Condé à la Fondation Le Corbusier. Baptisée « La Maison La Roche en trompe-l’œil », l’exposition présente 18 photographies produites par les élèves en 3e année du Bachelor Photographie et image animée. Cette collaboration est le résultat d’un workshop entre les deux institutions sur le thème de la photographie et l’architecture. Les étudiants ont varié les traitements, du grand format argentique au numérique couleur pour répondre aux questions : « Comment photographier un lieu aussi emblématique que la Maison La Roche en se l’appropriant sans trahir…

Festival figuré.e création graphiques éditions indépendantes

19 > 20/10 – Festival figuré.e #2

Après une session de printemps, le festival figuré.e refait surface à Toulouse le temps d’un weekend. Le 19 et 20 octobre, rendez-vous à l’Espace Bonnefoy pour l’exposition des réalisations produites lors des ateliers du mois de mai, organisés par le Collectif Pépite avec de nombreux collectifs indépendants. Ces deux journées s’articulent donc autour d’un parcours foisonnant de créations graphiques en tout genre. La cinquantaine de collectifs, artistes et éditeurs.trices viennent également nourrir un marché de l’édition indépendante avec leurs dernières productions sorties des presses. Tables rondes et conférences viennent agrémenter l’animation de ce weekend pour une touche plus sérieuse. L’occasion…

12/10 – Comment naissent les couvertures de romans par Manon Bucciarelli

Spécialisée dans la conception de couvertures de romans, la graphiste Manon Bucciarelli viendra échanger lors d’une table ronde organisée à la Librairie Les Jours Heureux  à Rosny-sous-Bois. Forte de son expérience pour différentes maisons d’édition telles que Nil, Anne Carrière, Fayard, ou 10/18, Manon Bucciarelli viendra discuter des étapes, contraintes et enjeux liés à la conception d’une couverture de roman. samedi 12 octobre de 18h30 à 20:30Librairie Les Jours Heureux9 rue du Général Leclerc, 93110 Rosny-sous-BoisEvent FBwww.manonbucciarelli.com / @manonbucciarelli

Immersive art festival

18 > 24/10 – Immersive Art Festival

Pendant les vacances de la Toussaint, l’Atelier des Lumières accueille l’Immersive Art Festival. L’idée est d’inviter des collectifs artistiques à animer l’espace, avec des créations taillées sur mesure pour la pièce. Au total 11 collectifs français et internationaux jouent cette compétition qui s’étale sur 6 soirées. > Spectrelab (France)> Paul Mignot (France)> Les Vandales (France)> Hki (France)> Superbien (France)> Cokau Lab (France)> Ouchhh (Turquie)> Nohlab (Turquie)> Void (Turquie)> Create (Belgique)> Algorithm (Irlande)> Special Guest 2019 (hors compétition) : Cutback  Chaque création est choisie à la fois par un jury de professionnels et par les visiteurs. L’Immersive Art Festival se clôture par…

Flux

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Le garde-manger du web et du design #49

Chaque début de semaine, le garde-manger propose une sélection de liens autour du graphisme et du design. © Illustration de couverture : Tyler Dale Dans sa série consacrée aux grands noms du graphisme et du design, Graphéine revient sur l’incroyable travail de Paul Rand. L’illustratrice Malika Favre fait l’objet d’un…

étapes: 251 spécial typographie

Ressources

icônes gratuites icons8 web design

Des icônes gratuites pour les projets de web design

Le site Icons8 met à disposition des internautes une bibliothèque de 91 000 icônes gratuites. En noir et blanc, couleurs, ou animées, il y en a pour tous les goûts. Faute de budget, de temps ou simplement par raison, chaque détail d’un projet ne nécessite pas des créations originales. Le…

Mise à jour typo avec le Typodarium 2020

Une dose quotidienne de typographie est toujours la bienvenue pour booster son énergie graphique. En 2020, Lars Harmsen de Slanted et l’éditeur Verlag Hermann Schmidt ne dérogent pas à leur désormais tradition du calendrier typographique. Dans cette nouvelle édition du Typodarium, on découvre chaque jour une nouvelle police de caractères.…

Pantone présente 294 nouvelles couleurs

En matière de couleurs, Pantone fait office de référence. Chaque nouveauté est pour les graphistes, la possibilité d’imaginer de nouvelles associations pour leurs projets imprimés. En ce début septembre, la célèbre marque présente sa collection de couleurs la plus complète. 294 couleurs sont ajoutées à son Matching System, portant le…