Samuel Eckert : narrateur de formes, dessinateur de mots

Cet après-midi d’avril, le soleil tape aux Grands Voisins. Les premiers rayons chauds de la saison ont eu raison des plus assidus. Les ateliers sont vides… la terrasse de la Lingerie affiche complet. C’est d’ailleurs ici que l’on retrouve Samuel Eckert. Le jeune illustrateur parisien nous y a donné rendez-vous. Pas question de prétexter la météo clémente pour s’y attarder. Juste le temps d’un café en deux gorgées, puis nous prenons la direction du studio qui lui est alloué.

Depuis quelques mois, c’est dans ces quelques mètres carrés que Samuel Eckert officie. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas trainé pour investir l’espace. Affiches aux murs, étagères remplies de bombes de peinture, des flyers ici et là, un pot de pinceaux, une plante et un fer à repasser, aucun doute, on est dans l’antre d’un illustrateur, un peu touche à tout. En effet, ce graphiste de formation essaye de porter un regard singulier sur notre monde et s’affranchit au maximum de la contrainte du support pour se focaliser sur les idées. Une approche qu’il cherche à appliquer aussi bien dans la commande, la pédagogie et l’expérimentation.

Pour suivre le travail de Samuel Eckert
Site web : http://samueleckert.com
Instagram : @samueleckert
Tumblr : S.Eckert

Peux-tu te présenter et nous rappeler ton parcours ?

Je suis illustrateur et graphiste. J’ai commencé mes études par un CAP de monture en bronze à l’École Boulle. Comme j’étais plus doué pour le dessin qu’au maniement de la forge, j’ai changé de cursus pour m’orienter vers une prépa en Arts Appliqués. À ce moment là, j’ai pris conscience que j’appréciais les métiers de l’image. J’ai donc poursuivi à l’école Intuit.Lab, en licence de design graphique avec option illustration. Parallèlement, je travaillais dans plusieurs librairies où j’ai pu rencontrer beaucoup de gens chouettes.
Après cette licence, je me suis envolé au Canada pour un stage à l’agence Bleuoutremer. J’y étais venu pour faire du design graphique, mais finalement, j’ai surtout fait des photos et du dessin, ce qui m’a conduit à rencontrer un galériste et faire ma première exposition.
De retour à Paris, j’ai enchainé sur un master en identité visuelle et image de marque, en alternance au sein de l’agence TBWA Paris. J’ai ensuite monté une agence avec Camille et quand j’ai eu de plus gros clients en illustration, je me suis focalisé sur cette pratique. J’ai aussi une maison d’édition, Limo, avec laquelle je fais des partenariats avec des studios et des agences.


Dans ta bio tu indiques être myope depuis l’âge de deux ans… À partir de quand le virus de l’illustration t’a pris ?

J’ai la chance d’avoir des parents qui travaillent dans la musique, donc très sensibles à la culture. Mon père vient de Strasbourg. Très jeune, il m’a confronté à l’art alsacien. Quand j’étais petit, j’allais souvent au Musée Tomi Ungerer. Je me suis toujours intéressé aux images et à l’art, mais ce n’est qu’après ma formation à Boulle, que j’ai compris que je pouvais en faire un métier.

Tu as fait pas mal de choses, comment définis-tu ton métier aujourd’hui ?

Je gagne ma vie en tant qu’illustrateur, alors quand on me demande ce que je fais, je dis de l’illustration. J’aimerais bien dire que je suis artiste, mais la majorité de mon emploi du temps est pris par mon métier d’illustrateur.

Quel est ton rapport à la commande ?

Pour moi la commande est très importante. Tu es dans l’échange avec l’autre. J’aime bien m’exprimer avec mes dessins, en faire des affiches, des expos ou simplement les poster sur instagram, mais je prends aussi énormément de plaisir à travailler avec quelqu’un qui me fait confiance dans le monde de la communication.


Est ce que tu suis le même processus pour la commande et ton travail personnel ?

Quand c’est du perso, j’ai deux manières de travailler. Soit, je pars d’une esquisse puisée dans un de mes carnets de croquis. Soit, je pars d’une idée et j’essaie de la décliner en série. Pour un client, je fais un peu pareil.
Par exemple, pour le projet à demi-mots, réalisé dans le cadre d’une expo, je suis parti de l’idée qu’une simple boule peut être vue comme une forme capable de créer de la narration. À travers cette idée, j’ai décliné des visuels dans lesquels l’image avait un lien avec les mots : « lendemain de fête », « esprit d’équipe »… À chaque péripétie, la boule raconte quelque chose. Ce principe de série me plait. Il permet de faire naître une idée et d’en faire émerger une histoire.

Quel est ton rapport avec la langue, les jeux de mots ? C’est de l’ordre du spontané ? du réfléchi ?

C’est très spontané. J’aime bien m’amuser avec les mots. D’ailleurs, je préfère utiliser les termes de « jeux de langages », plus que « jeux de mots ». La langue française permet de jouer avec les notions de degrés. Je trouve très important de considérer que l’on peut comprendre des choses de manières différentes en fonction de la manière dont on les regarde. Tourner la tête à gauche, à droite, en haut, en bas, amène toujours de nouvelles idées. C’est valable pour les mots comme pour l’image.

Peux tu nous parler de ta résidence artistique avec l’association La Source

J’ai eu la chance l’an dernier de faire une résidence artistique de trois mois avec l’association La Source, montée par Gérard Garouste. Au cours de cette période, j’ai fais trois ateliers avec des enfants et j’ai trouvé cette expérience très enrichissante. Nous travaillions sur la micro narration, sur comment synthétiser une idée. Avec les enfants, c’était génial, car le problème de ces petites choses, c’est qu’ils sont capables de te parler pendant 10 minutes pour te raconter qu’ils ont trouvé une balle rouge dans le jardin. Le but était de leur faire découvrir l’esprit de synthèse et de leur faire résumer, en trois cases, une phrase comme « Paul donne le ballon à Fanny ». Il s’est vraiment produit quelque chose, quand il se sont rendus compte qu’une histoire pouvait être aussi simple.


Est-ce que ce genre d’expérience permet de mieux comprendre comment le public lit les images ?

Oui bien sur. Il y a des histoires que les enfant racontaient sans bulle, sans mots. En les voyant, certaines personnes comprenaient autre chose que l’idée initiale. Dans chaque image, se cache, plein de langages, de mondes différents. Ce qui est amusant, c’est que tu peux mettre dix personnes dans une pièce avec une image, à la sortie, tu auras dix histoires différentes. Et il ne s’agit pas d’interpréter une œuvre mais d’obtenir des narrations différentes à partir d’une même structure narrative. La force d’un écrivain va être de raconter une histoire en 600 pages, celle de notre métier c’est de la suggérer en une seule image.

Quelle est l’objectif final de ce travail ?

Apprendre aux enfants à dessiner, ça ne m’intéresse pas, en revanche, je trouve bien de leur apporter l’idée que, en étant créatif, on peut raconter des choses et en faire un métier.



À voir ton atelier, on voit que tu es du genre touche-à-tout. As-tu des supports de prédilection ?

Je me fiche totalement du support. Mon support de prédilection, c’est le dessin. Je me sers beaucoup de mes carnets de croquis et j’apprécie particulièrement la peinture murale, le graffiti. Pourquoi ? Parce que souvent, un mur se partage, il y a un dialogue, un échange, et le fait d’être dehors à l’extérieur, ça fait du bien.
De manière générale, je considère qu’une image si elle marche, elle fonctionne partout. J’aime bien joué avec le format. De faire évoluer un visuel, d’une petite édition à un mur, d’un mur à la peau, de la peau à un vase…

Tu fonctionnes bien avec cette pluridisciplinarité ?

En France les gens aiment bien pouvoir t’identifier à un univers, c’est un peu cloisonné. J’aurais pu faire que de l’illustration, mais j’aime bien aller sur plusieurs terrains. Il y a quand même une cohérence dans mon travail. Quelque soit le support, je raconte toujours à peu près la même chose, c’est à dire la plupart du temps des conneries. C’est un jeu, mais j’essaie de bien y jouer.

Quels est ton rapport aux réseaux sociaux ?

Je suis à fond dedans, j’ai commencé avec un myspace à 14 ans et depuis je suis un geek de première. C’est aussi cette présence sur Internet qui permet de n’avoir aucun client qui se ressemble.

Quelles choses as-tu envie de faire ?

J’ai envie de tout faire, autant des grands murs où je m’éclate en temps qu’artiste, que de bosser pour la communication d’un festival ou de faire de l’édition, de la direction artistique. Les Workshops aussi sont une bonne chose, car l’enseignement est un exercice qui me taraude depuis un moment.

Quelques projets tirés du portfolio de Samuel Eckert

Solo Show – À demi-mots

« Quand la forme devient le fond, C’est qu’on est plus très loin. »
À demi-mots est une série de petites histoires qui mettent en scène les péripéties d’une petite boule. Exposition aux grand voisins à Paris – Mars 2017

De la montagne – Hors Piste

« Hors Piste », ​​​​​​​pochette pour le groupe français « De la Montagne ».
Travail comprenant la direction artistique, la peinture la photographie et la vidéo.

Wallpainting – Jamy

Extrait du projet « JAMY », une série auto-initiée de peintures murales mélangeant le graffiti, l’illustration, la narration, les formes et les couleurs.

Asos blank canvas – summer 2016

Commande de la marque Asos lors de l’opération « Asos blank canvas « , une invitation lancée aux étudiants à développer leur créativité sur un tote bag. 10 éditions limitées accompagne cette démarche, dont celui-ci conçu par Samuel Eckert.

Portrait de couverture : © Tictail

Photos et propos recueillis par Charles Loyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

J&E - Atelier Do It ! - étapes:

Do It ! Les ateliers design du Centre Pompidou

Avis aux designers en herbe, le Centre Pompidou, via son Fab-Lab pour néophytes La Fabrique, propose une série d’ateliers de design, Do It ! Une fois par mois, un designer vous apprend à utiliser la découpe laser ou l’impression 3D pour créer des objets atypiques. Quelles possibilités sont permises par ces nouveaux outils de fabrication ? Comment un designer se les approprie ? Voici les questions qui ont motivé la création des ateliers Do It ! À la fois pédagogiques, ludiques et créatifs, ces workshops sont l’occasion parfaite pour appréhender le design contemporain. Ils font entrer l’utilisateur dans le processus…

JPO Campus Fonderie de L'image étapes:

Une Journée Portes Ouvertes spéciale anniversaire, le samedi 23 mars, pour les 30 ans du Campus Fonderie de l’Image

2019 est une année importante pour le Campus Fonderie de l’Image. L’école de design graphique et numérique de Bagnolet fête cette année sa 30ème année d’existence. Cette longévité s’appuie sur des valeurs et une histoire forte, que sont l’inclusivité, l’éco-responsabilité & l’accessibilité aux études supérieures et au monde professionnel. Elles font d’elle une école unique en son genre. Le 23 mars, elle organise ses journées portes ouvertes, l’occasion de réaffirmer son modèle et présenter ses nouveautés pédagogiques, parmi lesquelles une formation dédiée à l’illustration. Éthique et modernité au centre de l’enseignement Fin des années 80, le Campus Fonderie de l’Image nait…

L’architecte John Pawson invite à une nouvelle pause

Le festival Design Indaba, porté par la devise « a better world through creativity », s’est déroulé à Cape Town du 27 février au 1er mars dernier. L’équipe d’étapes: y était et vous propose une sélection de projets, témoignant de la profusion créative et de l’éclectisme de l’évènement. L’architecte John Pawson a conçu plusieurs espaces de contemplation, par exemple le monastère de Nový Dvinr en République Tchèque et l’église Saint-Moritz, en Bavière. Un nouveau lieu dédié à la contemplation À Design Indaba, l’anglais dévoile son projet le plus récent, également dédié à la méditation : la Wooden Chapel. C’est l’une des sept…

Art Paris Art Fair

Art Paris revient au Grand Palais du 4 au 7 avril

Depuis plus de 20 ans, Art Paris s’installe sous la verrière du Grand Palais pour 3 jours dédiés à l’art moderne et contemporain. Plus de 150 galeries seront présentes du 4 au 7 avril et vous donneront à voir l’essentiel de l’art, de 1950 à nos jours. La force d’Art Paris, et ce qui fait sa singularité par rapport aux autres foires d’art contemporain, est qu’elle se concentre en partie sur certains pans moins médiatisés de la création. Ainsi l’art émergent international y est fortement représenté. Des galeries provenant de 20 pays y tiendront un stand, dont beaucoup de territoires…

Flux

Alexander-Coggin étapes:

Le garde-manger du web et du design #40

Chaque début de semaine, le garde-manger propose une sélection de liens autour du graphisme et du design. © Photo de couverture d’Alexander Coggin Quand les enfants designent leur propre publicité ciblée Le worshop Bushwick Analytica est au carrefour du projet d’art et du support éducationnel. Toutes les semaines, des enfants de…

Cristina Daura étapes:

Pause Insta : nos 5 recommandations du vendredi

Sur Instagram, on trouve tout, n’importe quoi, et aussi des belles choses ! Créatifs, graphistes, designers, et photographes de tous horizons partagent sur le réseau social leurs travaux et leurs inspirations. Cristina Daura L’illustratrice Cristina Daura travaille les couleurs vives, toujours restreintes au nombre de 3 ou 5, et les scènes…

Les Sorties Graphiques de mars #2

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Computer Grrrls, à la Gaité Lyrique L’exposition « Computer Grrrls » s’installe à la Gaité Lyrique du 14 mars au 14 juillet. Par un prisme cyber-féministe, elle replace la femme dans l’histoire de…

Ressources

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Select Object : le détourage sur Photoshop facilité

Parler de détourage aux graphistes stagiaires en agence, vous comprendrez à leur tête qu’il s’agit d’un travail laborieux. Surtout quand la retouche est demandée à la dernière minute. La solution miracle se fait espérer depuis longtemps et jusqu’à aujourd’hui, les promesses de rendre la tache moins fastidieuse ne furent qu’à…

Des mockups aboutis et gratuits

Pour pouvoir offrir rapidement des mises en situation de son travail à un client, avoir recours à des mockups se fait de plus en plus. Le site The Mockup Club est une plateforme participative sur lequel on trouve ce type de ressources gratuitement et dont le design s’approche au plus…