Sarah Boris : “J’aime quand les choses sont claires et immédiates”

Si cette année on l’a vue à la Fête du graphisme et à une Saison Graphique au Havre, c’est à Londres que Sarah Boris a posé ses valises depuis la fin de ses études. Après avoir travaillé avec de nombreuses organisations artistiques et maisons d’édition, la graphiste française est désormais entièrement à son compte. Elle évoque pour étapes: son parcours, son approche et sa vie outre-Manche.

Pouvez-vous décrire votre parcours en quelques mots ?

J’ai fait une MANAA à Olivier de Serres puis un DMA en typographie à Estienne. J’ai decidé de faire un Master en Graphisme à Londres dont j’ai été diplômée en décembre 2004. Après quelques postes en freelance j’ai obtenu le poste de graphiste au Barbican Centre, un grand centre d’art, d’expositions, de musique, danse et theatre à Londres. J’y suis restée deux ans et demi. J’ai ensuite obtenu le poste de designer / DA à l’Institut d’Art Contemporain de Londres pour qui j’ai fait une nouvelle identité visuelle en 2009. En 2010, j’ai commencé à travailler à temps partiel pour l’institut d’art (deux jours par semaines) et j’ai en parallèle enseigné dans le graphisme dans un lycée au Sud de Londres puis à l’Université d’Art de Londres (UAL) au London College of Communication un jour par semaine. Pendant ce temps j’ai également travaillé pour diverses organisations artistiques, musées et galeries privées (Tate, Architecture Foundation, Gasworks, South London Gallery, Fedrigoni et la DA et redesign de Hotshoe Magazine etc) et aussi pour des artistes tels que Noémie Goudal (photographe française), Adam Broomberg et Oliver Chanarin. En 2012, j’ai pris le poste de design manager à Phaidon et j’ai plus tard été promue directrice artistique associée. J’ai quitté Phaidon fin février 2015 et je me suis installée à mon compte. Je viens de terminer un livre pour Phaidon en freelance (la monographie de JR) et j’assure la direction artistique et le design pour la Photographers’ Gallery à Londres.

Vous avez étudié à Estienne, puis avez pris la direction de l’Angleterre, y a-t-il une raison particulière à cette traversée de la manche ?

Je suis née à Londres, mes parents sont partis six mois après ma naissance donc je ne connaissais pas grand chose de ce pays ni de cette ville. J’ai toujours eu la curiosité de venir découvrir ma ville de naissance et j’ai eu la chance de passer un baccalauréat international (Lycée de Sèvres) et j’aimais beaucoup l’approche pédagogique et la méthodologie des professeurs anglais. Ça m’a donc d’autant plus attirée pour poursuivre mes études en Angleterre. Je suis restée après, ayant trouvé mon ‘dream job’ là bas, sans ça je serais peut-être rentrée en France.

Quand avez-vous décidé de vous lancer en Freelance ? Quel a été votre premier client ?

Je fais du freelance depuis longtemps – mais je suis réellement lancée en freelance à temps plein depuis Février 2015. J’ai décidé de me mettre à mon compte afin de poursuivre des projets personnels et d’avoir plus de temps pour faire les choses que j’aime et de passer du temps avec les gens que j’aime.

Mon tout premier client en freelance remonte il y a plus d’une dizaine d’années et je crois bien que c’est l’ONG, AFDI (Agriculteurs français et développement international).

Pensez-vous que Londres est une ville plus facile pour les designers graphiques indépendants ?

Je ne peux pas juger si Londres est plus facile sachant que j’y suis depuis douze ans, c’est donc difficile pour moi de comparer avec Paris par exemple. J’ai entendu dire qu’en France pour les marchés publics, les graphistes sont soumis à des appels d’offre souvent peu rémunérés. À Londres, je ne suis pas confrontée à ça, les gens me contactent parce qu’ils connaissent déjà mon travail ou par recommendation. Pour autant, ça n’est pas facile – il faut énormément travailler et toujours maintenir un bon rapport avec les commanditaires, tout le monde se connaît. Tous les designers graphiques indépendants que je connais à Londres travaillent énormément, donc, je ne pense pas qu’on puisse parler de facilité, même pour les plus talentueux.

Y a-t-il eu un travail qui a particulièrement marqué votre parcours ? Pourquoi ?

Un des travaux qui a particulièrement marqué mon parcours est le design de l’identité visuelle pour l’Institut d’Art Contemporain. C’est extrêmement rare qu’un graphiste ‘interne’ se voit confier une telle commande avec un accord unanime en interne entre les équipes de direction, communication et les commissaires d’exposition. Cela fait partie des commandes les plus prestigieuses (de mon point de vue) et des studios très connus sont habituellement mandatés pour réaliser ce genre de projet – ceci s’inscrit aussi dans une logique de capacité, de temps et de ressources car les équipes internes sont souvent petites et de ce fait, elles ne peuvent pas jongler sur les différents projets du moment, ainsi qu’un projet aussi gros, de nouvelle identité visuelle. Ce travail a marqué mon parcours notamment parce que l’identité est, encore aujourd’hui, reconnue et, que 6 ans plus tard, elle est toujours en application, ce qui est relativement rare et une belle démonstration de son succès.

Vous prônez une approche “Less is More” ? Qu’apporte pour vous la simplicité graphique et quelles sont vos influences ?

J’aime quand les choses sont claires et immédiates, accessibles. Pour moi la simplicité c’est une forme d’authenticité, de dialogue sans détour et sans camouflage, un véhicule pour la compréhension et la lecture du message.

J’ai des influences variées qui comptent aussi bien les créations psychédéliques de Hapshash and the Coloured Coat, mais aussi Ikko Tanaka, Herb Lubalin, Josef Müller-Brockmann, Bridget Riley, le pop art pour en citer quelques unes.

Comment jonglez-vous entre travaux de commande, projets personnels et enseignements ? Et comment faites vous le lien entre ces différentes activités ?

Je n’enseigne plus pour l’instant. J’ai donné une conférence récemment å Leeds dans une Université et j’ai été jury dans plusieurs compétitions de graphisme. Je souhaite me concentrer sur le développement de ma pratique, de mes projets et de collaborations et profiter de mon temps libre pour mettre en place mon atelier / studio. Je n’exclus pas la possibilité d’enseigner à nouveau dans le futur en France, en Angleterre ou ailleurs.

Pouvez-vous nous citer quelques endroits à Londres qui nourrissent votre inspiration ?

J’aime beaucoup la galerie Raven Row dans l’Epst de Londres, la Photographers’ Gallery près d’Oxford Circus, Tate Modern, le Barbican pour son architecture et ses trottoirs aériens, Hampstead Heath et Regents Canal pour déconnecter et pour terminer je suis une fan inconditionnelle du East London Printmakers ou j’ai fait deux résidences en sérigraphie et dont je sors a chaque fois très inspirée du fait des rencontres, des horizons et pratiques très diverses des artistes y travaillant.

Quels sont vos activités favorites à côté de votre profession ?

J’aime lire, marcher, peindre, bricoler, sérigraphier, voyager, manger.

Pouvez-vous nous dire vos lectures du moment ?

Je lis Exercice de style de Raymond Queneau et je lis Ne Jamais Faire Confiance à un chef Italien Trop Mince de Massimo Bottura, publié par Phaidon.

Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ?

Un grand atelier / espace de création, une maison, des vacances, beaucoup de bonheur, des résidences graphiques et artistiques, de belles commandes, de belles rencontres et découverte, des surprises 🙂

http://sarahboris.com

instagram et twitter : @sarahboris_LDN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 21 au 27 août 2022 → Rencontres internationales de Lure – La Chancellerie (Lurs-en-Provence)

La 70e édition des Rencontres de Lure porte sur la thématique des générations humaines, techniques et (typo)graphiques. Passage de la photocomposition à la Publication Assistée par Ordinateur, apparition de la typographie variable, dialogue entre le web et le print… Voici quelques-unes des thématiques développées par les conférencier·ères. La chercheuse et…

Les 27 et 28 août 2022 → Paréidolie ‣ Salon international du dessin contemporain – Château de Servières (Marseille)

Le salon international du dessin contemporain, Paréidolie, revient à Marseille pour une neuvième édition. Il réunit 14 galeries françaises et européennes. Une programmation associée, incluant plusieurs cartes blanches, est à découvrir. Un espace au sein du salon est dédié au dessin vidéographique. Enfin, le travail du duo d’artistes Magali Daniaux…

Jusqu’au 15 janvier 2023 → Unidentified Flying Object (UFO), performer l’architecture – Frac Centre-Val de Loire (Orléans)

Le Frac Centre-Val de Loire organise une exposition monographique présentant les œuvres du groupe d’architectes italiens UFO. Investissant différents champs d’expression comme le design, la bande-dessinée, l’architecture ou encore le cinéma, UFO imagine des créations au service d’une contre communication politique. Créé en 1967, ce mouvement de design radical, faisant…

Du 15 juillet au 11 décembre 2022 → Triennale de Milan – Milan

La 23e exposition internationale de la Triennale de Milan « Inconnus inconnus. Une introduction aux mystères » est placée sous le commissariat d’Ersilia Vaudo, astrophysicienne, et de Francis Kéré, architecte. Elle est dédiée à notre part d’ignorance, avec des sujets qui vont de l’évolution des villes à celle des océans,…

Du 7 juillet au 8 janvier 2022 → Nanda Vigo, l’espace intérieur – Musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux (Bordeaux)

Le musée des Arts décoratifs et du Design de Bordeaux consacre une exposition immersive à Nanda Vigo. Plusieurs environnements et installations historiques, démolis pour la plupart, sont reconstitués et mêlent verre, aluminium, miroir ou encore néons. Est aussi présentée, la série d’objets iconiques que sont les sculptures géométriques de l’artiste,…

Feed

Pour une philosophie visuelle avec Ruida Si

Designer graphique et illustratrice diplômée de l’école Conte et de Musashino Art University, Ruida Si publie aux éditions Lars Müller Publishers “Visual Philosophy. Thoughts on I and We”. Tentative de penser graphiquement la manière dont se déploie la vie et dont est structuré notre monde, l’ouvrage explore les possibilités de…

Trois plateformes de recherche en design

La recherche en design a la caractéristique d’être interdisciplinaire. Elle mêle une approche contemporaine du design – théorique et pratique – aux sciences humaines et sociales. Développée dans les universités, les écoles ou de manière indépendante, la recherche en design se diffuse de façon classique à travers des revues de…

Les 37 sélectionné·es du Marché d’objets graphiques

Le Marché d’objets graphiques d’étapes: a lieu les 3 et 4 septembre à la Cité Fertile de Pantin. 37 designers, studios, créateurs, créatrices et éditions ont été sélectionné·es pour participer à cet événement. Ils et elles proposent à la vente des objets graphiques de toutes sortes : céramiques, impressions, objets…

Roxane Jubert et la typographie sur France Culture

La graphiste et typographe Roxane Jubert intervient dans l’émission “Sans oser demander” sur France Culture. Diplômée d’un doctorat en histoire de l’art de la Sorbonne, elle a étudié la typographie à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, l’ANRT et à l’école Estienne. Elle est chercheuse et enseigne à l’École nationale…

Ressources

Trois plateformes de recherche en design

La recherche en design a la caractéristique d’être interdisciplinaire. Elle mêle une approche contemporaine du design – théorique et pratique – aux sciences humaines et sociales. Développée dans les universités, les écoles ou de manière indépendante, la recherche en design se diffuse de façon classique à travers des revues de…

Roxane Jubert et la typographie sur France Culture

La graphiste et typographe Roxane Jubert intervient dans l’émission “Sans oser demander” sur France Culture. Diplômée d’un doctorat en histoire de l’art de la Sorbonne, elle a étudié la typographie à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, l’ANRT et à l’école Estienne. Elle est chercheuse et enseigne à l’École nationale…

Le design indiscipliné avec le podcast Dessin Dessein

Le trente-deuxième épisode du podcast portant sur le design “Dessin Dessein” vient de paraître. Créé par Laure Choquer en 2019, “Dessin Dessein” donne la parole à différents designers, chercheur·euses ou encore enseignant·es et interroge le design comme champ interdisciplinaire, mêlant sciences et sciences humaines. Fondé en 2019 par Laure Choquer,…