Sónar 25 ans, ça se fête !

On ne présente plus le festival de musique électronique et d’arts numériques barcelonais Sónar, qui a su, au fil des années, se positionner comme un emblème de la culture électro sur la scène internationale. Pour célébrer ses 25 ans, les étudiants en 3e année de l’Undergraduate Degree in Graphic Design, Motion Graphics & Video d’iedbarcelona.info ont conçu une publication commémorative sous la direction d’Albert Estruch. Le co-fondateur et directeur de création de Querida Studio, agence de design multidisciplinaire à l’origine du magazine Perdiz, revient sur la genèse du projet.

Pouvez-vous nous parler du contexte dans lequel a été conçu le projet éditorial des 25 ans du Festival Sónar ?
Il s’agit d’un projet tutoré intensif, intitulé « Editorial Project and Interactive Communication ». À travers une approche pratique et un suivi individuel, notre objectif était de développer avec les étudiants un projet éditorial complet, depuis la conceptualisation jusqu’à la production de l’objet. Le contenu du programme et le brief étaient conçus en commun au sein de l’agence. Sónar étant l’un de nos festival préféré, nous avons profité de la célébration de ses 25 ans cette année, pour proposer aux élèves de concevoir un livre commémoratif.
J’enseigne ce cours en anglais à une classe d’environ vingt élèves internationaux. Cette année la classe était notamment composée d’étudiants d’Amérique Latine, de Russie, des États-Unis, du Royaume Unis, du monde entier en somme, un peu comme à l’ONU.

Concrètement, quels étaient les prérequis de cet exercice ?

Le brief était assez ouvert pour permettre aux étudiants d’expérimenter autours des aspects du projet qui attiraient le plus leur attention. Pour les guider, nous avons fourni les textes de la publication et établi quelques critères formels, dont le nombre de pages et les dimensions, ici 17 × 24, soit le même format que la revue Apartamento. Nous avons défini des typologies de rubriques standards, avec un nombre minimum de pages et laissé une section libre, où l’étudiant avait carte blanche pour développer une idée en lien avec le festival. Jili Ana Jennerjahn dans son projet « Sónar Waves », a par exemple interprété visuellement des morceaux de musique électronique, à partir du programme de modélisation et d’animation Cinéma 4D. Elle a ensuite imprimé sur papier les formes créées pour la publication.



Jili Ana Jennerjahn, « Sónar Waves »

Comment les équipes du festival Sónar ont-elles reçu cette initiative ?

Dès le départ, l’équipe a été très réceptive. Je connaissais personnellement Georgia Taglietti, responsable PR et relations internationales du festival.
Elle a donné une conférence de 3 heures en début de semestre, pour aider les élèves à comprendre la trajectoire et la philosophie du festival. Les étudiants ont pu poser leurs questions. Certains connaissant plus le festival que d’autres, ce fut donc une manière de faire démarrer tous les élèves sur une base de connaissances communes.

Comment avez-vous accompagné les étudiants sur ce projet ?
Nous avons commencé par des sessions générales, puis nous sommes allés progressivement vers un enseignement personnalisé. Nous avons dédié une séance à l’exposition de nos références et notamment au travail de Bureau Borsche, Jop Van Bennekom, Fortunato Depero, ou Lernert & Sander. C’est important d’éduquer l’œil. Au delà du design graphique et du design éditorial, nous avons partagé avec les étudiants des travaux visuels très variées, comme des vidéos ou des œuvres d’arts, qui font partis de nos références, mais ne sont pas toujours consultables sur internet. L’idée était de les inciter à se rendre sur les expositions, les marchés aux puces, à chercher l’inspiration dans le quotidien, ce qui implique d’être réceptif à ce qui les entoure.

Quelle était la principale difficulté rencontrée dans cet exercice ?

Le plus gros défi dans ce type de projet est d’appréhender l’objet éditorial d’un point de vu conceptuel et de choisir un thème à partir duquel développer toute la publication, et ce, bien avant de réfléchir au design ou à la maquette. À ce sujet, l’exemple de Debi Hasky est intéressant. Au moment d’esquisser le projet à la main, l’étudiante, qui est originaire de Miami a fait une erreur d’accent. Le mot « Sónar » est devenu « Soñar » qui signifie rêver en espagnol. Nous avons trouvé l’idée intéressante et à partir de cet accident, elle a développé le concept du rêve tout au long de la publication, avec différentes traductions formelles. Le résultat, très expérimental, présentait des morceaux de textes désordonnés, et des superpositions d’images qui généraient des motifs abstraits, très oniriques.

Selon quels critères avez-vous évalué le projet ?
Je me suis avant tout intéressé à la progression de l’élève. Il y a eu plusieurs rendus au cours du semestre. Je compare les premiers rendus au résultat final. Ce qui m’intéresse, c’est de voir l’évolution incroyable entre les deux. Nous sommes globalement très contents du résultat et réfléchissons déjà à une nouvelle idée pour l’année prochaine.

Propos recueillis par Astrid Fedel.


L’Undergraduate Degree en Design Graphique prépare les étudiants à concevoir et programmer des solutions de communication visuelle sur une large diversité de supports, dans les domaines du branding, de la publicite, du design editorial, de la signalétique, de l’interface web et dans d’autres disciplines impliquant les innovations technologiques.

iedbarcelona.es

design indaba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…

Les portraits typographiés de Sam Rodriguez

Le terrain de jeu de Sam Rodriguez s’étend sur toute la ville de San José en Californie. Fort de ses expérimentations en studio, il sait révéler au public le meilleur de ses portraits. Sur les visages, courent et s’implantent comme de nouveaux traits, des lettres hybrides et fluctuantes. Reflets des…

design indaba

Top news

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…

Ariel Sun illustration applat

L’ombre et la lumière dans les illustrations d’Ariel Sun

Les illustrations d’Ariel Sun font collaborer couleurs, lumière crue et ombres franches. Minimaliste dans l’âme, elle aime offrir des espaces assez aérés pour laisser l’imagination les compléter. Ses environnements colorés fonctionnent comme de doux instants à vivre et à se projeter. Suivre le travail d’Ariel Sun : ici

Eunkyoung Son rejoue les scènes de cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son rejoue le cinéma

L’illustratrice Eunkyoung Son réinterprète les plus iconiques scènes de cinéma. Sa palette est chaude et son coup de pinceau précis. De Call Me By Your Name à Thelma et Louise en passant par Roman Holiday, les scènes sont reconnaissables entre mille. Sa touche réaliste contraste avec les larges aplats de…