Sónar 25 ans, ça se fête !

On ne présente plus le festival de musique électronique et d’arts numériques barcelonais Sónar, qui a su, au fil des années, se positionner comme un emblème de la culture électro sur la scène internationale. Pour célébrer ses 25 ans, les étudiants en 3e année de l’Undergraduate Degree in Graphic Design, Motion Graphics & Video d’iedbarcelona.info ont conçu une publication commémorative sous la direction d’Albert Estruch. Le co-fondateur et directeur de création de Querida Studio, agence de design multidisciplinaire à l’origine du magazine Perdiz, revient sur la genèse du projet.

Pouvez-vous nous parler du contexte dans lequel a été conçu le projet éditorial des 25 ans du Festival Sónar ?
Il s’agit d’un projet tutoré intensif, intitulé « Editorial Project and Interactive Communication ». À travers une approche pratique et un suivi individuel, notre objectif était de développer avec les étudiants un projet éditorial complet, depuis la conceptualisation jusqu’à la production de l’objet. Le contenu du programme et le brief étaient conçus en commun au sein de l’agence. Sónar étant l’un de nos festival préféré, nous avons profité de la célébration de ses 25 ans cette année, pour proposer aux élèves de concevoir un livre commémoratif.
J’enseigne ce cours en anglais à une classe d’environ vingt élèves internationaux. Cette année la classe était notamment composée d’étudiants d’Amérique Latine, de Russie, des États-Unis, du Royaume Unis, du monde entier en somme, un peu comme à l’ONU.

Concrètement, quels étaient les prérequis de cet exercice ?

Le brief était assez ouvert pour permettre aux étudiants d’expérimenter autours des aspects du projet qui attiraient le plus leur attention. Pour les guider, nous avons fourni les textes de la publication et établi quelques critères formels, dont le nombre de pages et les dimensions, ici 17 × 24, soit le même format que la revue Apartamento. Nous avons défini des typologies de rubriques standards, avec un nombre minimum de pages et laissé une section libre, où l’étudiant avait carte blanche pour développer une idée en lien avec le festival. Jili Ana Jennerjahn dans son projet « Sónar Waves », a par exemple interprété visuellement des morceaux de musique électronique, à partir du programme de modélisation et d’animation Cinéma 4D. Elle a ensuite imprimé sur papier les formes créées pour la publication.



Jili Ana Jennerjahn, « Sónar Waves »

Comment les équipes du festival Sónar ont-elles reçu cette initiative ?

Dès le départ, l’équipe a été très réceptive. Je connaissais personnellement Georgia Taglietti, responsable PR et relations internationales du festival.
Elle a donné une conférence de 3 heures en début de semestre, pour aider les élèves à comprendre la trajectoire et la philosophie du festival. Les étudiants ont pu poser leurs questions. Certains connaissant plus le festival que d’autres, ce fut donc une manière de faire démarrer tous les élèves sur une base de connaissances communes.

Comment avez-vous accompagné les étudiants sur ce projet ?
Nous avons commencé par des sessions générales, puis nous sommes allés progressivement vers un enseignement personnalisé. Nous avons dédié une séance à l’exposition de nos références et notamment au travail de Bureau Borsche, Jop Van Bennekom, Fortunato Depero, ou Lernert & Sander. C’est important d’éduquer l’œil. Au delà du design graphique et du design éditorial, nous avons partagé avec les étudiants des travaux visuels très variées, comme des vidéos ou des œuvres d’arts, qui font partis de nos références, mais ne sont pas toujours consultables sur internet. L’idée était de les inciter à se rendre sur les expositions, les marchés aux puces, à chercher l’inspiration dans le quotidien, ce qui implique d’être réceptif à ce qui les entoure.

Quelle était la principale difficulté rencontrée dans cet exercice ?

Le plus gros défi dans ce type de projet est d’appréhender l’objet éditorial d’un point de vu conceptuel et de choisir un thème à partir duquel développer toute la publication, et ce, bien avant de réfléchir au design ou à la maquette. À ce sujet, l’exemple de Debi Hasky est intéressant. Au moment d’esquisser le projet à la main, l’étudiante, qui est originaire de Miami a fait une erreur d’accent. Le mot « Sónar » est devenu « Soñar » qui signifie rêver en espagnol. Nous avons trouvé l’idée intéressante et à partir de cet accident, elle a développé le concept du rêve tout au long de la publication, avec différentes traductions formelles. Le résultat, très expérimental, présentait des morceaux de textes désordonnés, et des superpositions d’images qui généraient des motifs abstraits, très oniriques.

Selon quels critères avez-vous évalué le projet ?
Je me suis avant tout intéressé à la progression de l’élève. Il y a eu plusieurs rendus au cours du semestre. Je compare les premiers rendus au résultat final. Ce qui m’intéresse, c’est de voir l’évolution incroyable entre les deux. Nous sommes globalement très contents du résultat et réfléchissons déjà à une nouvelle idée pour l’année prochaine.

Propos recueillis par Astrid Fedel.


L’Undergraduate Degree en Design Graphique prépare les étudiants à concevoir et programmer des solutions de communication visuelle sur une large diversité de supports, dans les domaines du branding, de la publicite, du design editorial, de la signalétique, de l’interface web et dans d’autres disciplines impliquant les innovations technologiques.

iedbarcelona.es

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    News

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains modernes et les processus de sociabilisation en Afrique, autour de la nourriture et la vie dans et en dehors de chez soi. La réflexion menée par les créatifs les a conduit à designer une série d’objets ayant pour thème le « salon urbain ». Chaque objet y a une fonction spécifique censée…

    Casio et le studio Ghibli célèbrent les 30 ans de Kiki la petite sorcière

    Kiki la petite sorcière a 30 ans. C’est un anniversaire qui se doit d’être fêté, et ça, Casio l’a bien compris. En collaboration avec le studio Ghibli, la célèbre marque de montres sort pour l’occasion une édition hommage. Sur un écran bleu nuit se détache le duo culte : Kiki et son acolyte Jiji. Film à succès avec plus de deux millions d’entrées lors de sa diffusion au Japon, c’est là-bas que la montre anniversaire sera vendue au prix de 126€.

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé pour les petits comme pour les grands, des illustrations de livres (les Trois Brigands, Rufus…) ou des scènes érotiques, également conçu des affiches prônant la tolérance, la paix ou la liberté de la presse. Il a inspiré de nombreux dessinateurs et graphistes. Merci pour tout Tomi Ungerer ! image de…

    Emballages graphiques du studio Caterina Bianchini

    Si l’habit ne fait pas le moine, les design des boites cadeaux de la marque britannique Selfridges & Co nous en font en tout cas douter. Le studio Caterina Bianchini a fait d’un simple emballage de Noël un vrai objet de design. Ayant déjà travaillé pour Levi’s, Reebok, Diesel et Lush, le studio n’a eut de cesse de proposer d’audacieux graphismes. Il réitère l’expérience avec ces 4 illustrations colorées et géométriques et font de ces emballages cadeaux, un présent de plus.

    Flux

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…

    Au revoir à Tomi Ungerer

    Tomi Ungerer s’est éteint le 9 février dernier, à Cork où vit une partie de sa famille. Né à Strasbourg, il a produit des dessins par milliers, dont certains sont aujourd’hui exposés dans un musée qui lui est dédié, et qui se trouve dans la capitale alsacienne. Il a esquissé…

  • Top news

    Design Indaba x IKEA

    Design Indaba x IKEA

    Preuve de l’émulation générée par  le festival Design Indaba, la collaboration née il y a deux ans au Cap entre IKEA et un groupe de créatifs africains, sera dévoilée lors de la prochaine édition du festival. Överallt, « tout le monde » en suédois, est une collection inspirée par les rituels urbains…

    Les sorties graphiques de février #2

    Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. F.A.M.E, Film and Music Experience, à la Gaité Lyrique En cette fin de semaine et pendant tout le week-end, la Gaité Lyrique met cinéma et musique à l’honneur avec…

    Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

    Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier…