Studio 6 Lettres : rencontre avec un jeune peintre en lettres

Bâton de peintre dans une main, pinceau dans l’autre, Julien Raout est en plein exercice lorsque nous le rencontrons pour la première fois rue des Petites Écuries, au Garage Central. Il ne lui reste plus que quelques heures pour terminer son chantier. Le métier qu’il exerce, peintre en lettre, réclame du temps et beaucoup de concentration. Malgré la fatigue, cet amoureux des lettres ne se lasse jamais d’exercer sa passion et ne regrette pas d’avoir délaissé son boulot de maquettiste dans un magazine pour s’y consacrer exclusivement. À seulement 28 ans, Julien est plus que jamais dans l’air du temps et a cette magnifique chance de faire revivre un savoir-faire et une profession artisanale très en vogue à la fin du XIXe siècle.

Il suffit de parcourir des photos de cette époque, pour se rendre compte que le Paris d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celui d’hier. Les rues populaires, ornées d’enseignes peintes à la main affichaient fièrement les activités de ses commerçants. Épicieries, bottiers ou encore quincailleries foisonnaient à chaque coins de rue et les lettres personnalisées en devanture permettaient de les distinguer. Moins onéreux, le plastique a très vite pris le dessus, a standardisé la production d’enseigne, tout en négligeant l’effort créatif. 30 ans après, les artères des villes ont perdu de leur saveur et bien souvent en négligeant la superbe architecture.

Heureusement, avec son studio 6 lettres, Julien Raout fait partie de la poignée de peintres en lettres qui ont décidé de ne pas baisser les bras et qui reste persuadée que la profession a de l’avenir. Bien lui en a pris, puisque en seulement quelques mois d’exercice, il a vu son carnet de commandes s’agrandir à vitesse grand V. Boutique Hôtel, devanture de restaurants, ou encore projets décoratifs, les clients se bousculent pour solliciter ses services. Un succès mérité, mais cet ancien des Beaux Arts de Nancy, trouve avant tout son bonheur dans le fait d’enfiler son tablier chaque matin pour offrir de belles lettres au regard des passants.

Site internet : http://6lettres.com/
Instagram : https://www.instagram.com/6lettres

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

J’ai 28 ans et je vis à Montreuil à côté de Paris. J’ai fait mes études à l’École des Beaux Arts de Nancy dont je suis sorti avec un DNSEP en communication. J’exerce aujourd’hui le métier de peintre en lettres dans des domaines variés comme l’enseigne, la décoration, la publicité, la culture ou le graphisme.


Qu’est-ce qui t’a décidé à devenir peintre en lettres ? Y a-t-il des personnes qui t’ont particulièrement inspiré ?

À mon arrivée sur Paris, j’ai travaillé comme maquettiste pour un magazine. Je passais alors mes journées derrière un écran. Très vite, la liberté que j’avais connue à l’école me manquait, notamment le travail manuel, la confrontation à la matière, sortir du virtuel… Un jour, j’ai découvert le travail d’un jeune peintre en lettres et cette discipline s’est imposée à moi. Depuis, je suis très influencé par les « maîtres internationaux » en la matière : Pierre Tardif, Mike Meyer, David A. Smith… mais aussi par le travail des anciens peintres en lettres français, moins médiatisés mais tout aussi remarquables.

Comment tu t’es formé à cette discipline ?

Ce sont le graffiti et le tag qui m’ont d’abord initiés au lettrage. Cette pratique m’a appris les bases de la lettre : structures, déformations, variations des styles… en peignant des mots sur tout type de supports et dans toute situation. Puis mon passage aux Beaux Arts m’a permis entre autre d’acquérir des notions en graphic design, un investissement personnel de rigueur, mais surtout cela m’a permis d’entreprendre un travail personnel avec un regard plus large et être plus engagé dans une démarche. Malheureusement le dessin de caractères n’était pas enseigné lors de mes études, ni la peinture en lettres. Cependant, ce cursus m’a permis de me lancer en autodidacte. J’ai cherché à me procurer le matériel adéquat et je me suis beaucoup entrainé.


Sur les réseaux sociaux, tu fais la chasse aux lettres ou aux enseignes, comment réutilises-tu cette collecte ?

C’est formidable de parcourir les routes et de pouvoir confronter ma pratique avec ce qui a été. Au début cette collecte m’amusait mais très vite je me suis aperçu que cela enrichissait ma pratique. Aujourd’hui, l’accumulation de ces photos peut s’apparenter à l’archivage d’un passé fragile. Je trouve qu’Instagram est la plateforme idéale pour partager cet inventaire.

« la lettre peinte vit, ses petites irrégularités lui donnent une âme »

Est-ce que peintre en lettres est redevenu un métier moderne ? Comment envisages-tu l’avenir de cette profession ? Quel est l’état actuel de la demande ?

Le métier de peintre en lettres a quasiment disparu avec l’arrivée de l’informatique et des traceurs vinyle dans les années 70-80 mais je crois qu’il revient sur le devant de la scène. Cela s’inscrit dans une démarche globale : un besoin d’authenticité et de vrais échanges humains, de rencontres. Les autocollants sont de plus en plus boudés car ils sont trop lisses, trop parfaits et donc impersonnels. Au contraire, la lettre peinte vit, ses petites irrégularités lui donnent une âme. L’enseigne représente une part importante de l’identité d’un lieu à ne pas négliger. Je suis convaincu que ce retour aux sources n’est pas qu’un effet de mode mais qu’il est là pour durer. Toutefois, la réalisation de ce type de travail fait à la main requiert un investissement financier plus important que le vinyle, or tous les clients ne sont pas encore prêts à sauter le pas.


Comment résumerais-tu les principales étapes d’un projet, de la création à l’application.

Tout commence par une étape de réflexion avec le client afin d’appréhender le projet. Lorsque c’est possible, je préfère me rendre sur le lieu afin de rencontrer les personnes et de me rendre compte de l’espace. Ceci me permet d’adapter au mieux mon lettrage. Soit le client a déjà une idée précise, soit je lui propose des pistes crayonnées que nous affinons ensemble. Une fois le rendu validé, démarre l’étape de réalisation.

Peux-tu nous parler des principales techniques que tu utilises ? Y a-t-il des réalisations dont tu souhaites nous parler en particulier ?

Il est possible de dessiner les lettres directement sur le support sans préparation préalable ou bien de partir d’un modèle déjà dessiné. Puis à l’aide d’un bâton de peintre qui me sert de support, je peins les lettres entièrement à la main, sans pochoir ni autocollant. La peinture à l’avantage d’adhérer sur tous les types de supports. Je suis aussi adepte du verre églomisé, c’est une technique de peinture ou de dorure réalisée sous le verre. Les matériaux sont variés : feuilles d’or jaune ou blanc, feuilles de cuivre, etc… et leur rendu peut être mat ou brillant comme un miroir. Associés aux lettrages, cela amène des possibilités multiples.

Tu fais également des projet persos qui s’apparentent au street art, cela permet-il de nourrir ton travail, dans un sens comme dans l’autre ?

Il nous arrive parfois avec Tristan Kerr de peindre un grand lettrage à l’ancienne sur le bord du canal de l’Ourcq à Bobigny. Cela s’apparente à du street art parce qu’on utilise des bombes aérosol mais c’est surtout le moyen pour nous de réaliser un projet commun sans contrainte et gratuit.

Quelles sont les choses que tu aimerais explorer ?

Il me reste une quantité de choses infinie à explorer dans le domaine de la lettre peinte et de la dorure. Je suis très attaché au lettrage manuscrit et à sa spontanéité, parfois proche de la calligraphie que j’aimerais expérimenter davantage.

Un conseil à donner aux personnes qui souhaitent se lancer dans la peinture en lettres ?

La pratique est la clé ! C’est à force de s’entraîner que l’on parvient à des résultats satisfaisants.

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Des idées, des projets et de belles rencontres !

Propos et photos recueillis par Charles Loyer

Quelques projets du studio 6 lettres :

FIAC

Courtesy Honor Fraser Gallery, 2015. Fiac officielle, Paris.

Holiday café

Dorure brillante – 2016, Paris 16e

Les Viandes du Champs de Mars

Peinture acrylique et aérosol, 2015, Paris 7e


Projet Personnel :


Six : Verre églomisé, dorure deux teintes mat et brillante, 2016


_ Nothing last forever : Peinture acrylique et aérosol, 2014, Bobigny

Tinta

Verre églomisé, dorure deux teintes mat et brillante, 2016, Strasbourg

Jump

Mark as read (esc)
About this conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En bref...

Une poupée Barbie à l’effigie de l’alter égo de David Bowie

Après la déception suscité par le traitement, entre autres de whitewashing, de la poupée Frida Kahlo, Mattel, la marque aux Barbies, continue de surfer sur les représentations des grandes icônes culturelles. Cette fois-ci, elle rejoue les codes vestimentaires du messager des étoiles, Ziggy Stardust, l’alter égo de David Bowie à l’occasion des 50 ans de Space Oddity et au prix de 50$. C’est dès l’année 1971 que David Bowie a endossé le rôle de son personnage Ziggy Stardust, une star du futur venue de l’espace, qu’il développe dans son concept-album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From…

Coca-cola fait du neuf avec du vieux

Revenir au look de ses débuts, c’est le choix effectué par la marque iconique pour accompagner le lancement de sa nouvelle collection de mixers. Plus de 100 ans plus tard, Signature Mixers fait un bon en arrière pour offrir une seconde vie au design de la bouteille du type Hutchinson, introduite en 1894 par Joe Biedenharn. Ce travail de branding a été mené avec l’aide de l’agence Dragon Rouge et tend à séduire le monde de la mixologie avec cette nouvelle gamme de produits. L’étiquette sobre, met en avant les propriétés de chacun des breuvages. Le set design autour de…

Exposez vos affiches au festival Graphic Matters

Le festival international consacré au graphisme Graphic Matters lance un appel à projet et vous invite à concevoir une affiche sur un sujet qui vous tient à coeur. Des thèmes les plus complexes aux plus légers, l’affiche doit se faire comprendre en un clin d’oeil et dès 3 mètres de distance. Pour la première fois, Graphic Matters autorise aussi les affiches animées. Les gagnants seront exposés durant le festival du 20 septembre au 27 octobre à Breda, aux Pays-Bas. Soumettez vos posters ici avant le 11 août 2019.

Paris Plages, Helo Birdie et Kiblind dressent le tableau

Les vacances ne sont pas pour tout de suite, mais grâce Kiblind, on est en droit de rêver d’une journée pépouze sur un transat sur les charmants bord de Seine. Pour la troisième année consécutive, l’agence créative signe l’identité visuelle de Paris Plages. Après Simon Roussin, puis Malika Favre en 2018, ils confient les illustrations à Helo Birdie (Joanne Ho). Une saga estivale qu’on ne se lasse pas de regarder.

Flux

Des animaux et un homme

Patrick Cabral alias @darkgravity a le don pour apprivoiser les animaux sauvages avec sa paire de ciseaux. En s’intéressant à la faune, le designer s’empare d’un sujet grand public, mais le rend précieux par la délicatesse de sa mise en forme. Ces sculptures en papier découpé sont tout simplement somptueuses.

Ressources

Comment retrouver une typographie à partir d’une image ?

Au détour d’une rue, sur un sticker ou encore dans un générique de film, un caractère typographique retient parfois notre attention. Pour les graphistes, en retrouver l’origine peut être une véritable obsession. D’autant qu’aujourd’hui, avec le foisonnement des polices d’écriture, la mission est parfois difficile. Heureusement, plusieurs outils peuvent vous…

Faites de nouvelles expériences avec l’encre

Voici une nouveauté de Pyramyd Éditions qui devrait plaire aux créatifs qui aiment explorer toutes les possibilités offertes par la matière. L’ouvrage Faites de nouvelles expériences avec l’encre propose au lecteur un éventail de conseils et techniques pour repousser les limites de l’encre. « Du choix des pinceaux à l’utilisation de…