Talents en Action : kitsch et mysticisme avec la graphiste polonaise Natalia Pawlak


Talents en Action part à la rencontre de la jeune génération de créatifs français et les disciplines du design graphique. Une rubrique en partenariat avec Adobe. Retrouvez les travaux de Natalia Pawlak dans le n°258 d’étapes:.


Avec ses couleurs clinquantes en dégradés, ses références à la pop culture ou au mysticisme, les affiches de Natalia Pawlak se situent du côté du kitsch, voir du mauvais goût assumé. Mais au-delà, l’usage peu conventionnel de la typographie et des formes abstraites font l’audace de ses compositions. À chaque affiche, la graphiste polonaise surprend et esquisse un univers où la maîtrise flirte avec l’amusement, le figuratif avec l’abstrait, le réel avec le rêve.


Bonjour Natalia, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous ?

Je suis une graphiste polonaise dont les principaux intérêts sont l’illustration, le branding et le design éditorial. J’ai étudié le graphisme à l’Université des Beaux-Arts de Poznań. J’y suis allée sans aucune idée de ce qu’était le graphisme – j’aimais simplement dessiner et avant cela, je n’avais jamais utilisé de logiciel de graphisme. En y repensant, je ne sais pas ce que j’avais en tête. J’aurais pu au moins m’y essayer avant de décider de l’étudier, mais après tout, cela s’est avéré être une très bonne décision !

Conception éditoriale, illustration et goodies pour Forbidden Fruit Club, 2018


Comment vos idées naissent-elles en général ?

Je pense qu’observer est un facteur très important pour trouver des idées. En regardant le monde qui vous entoure, que ce soit un magazine de mode ou une vieille peinture, beaucoup de choses peuvent vous amener à une bonne idée. J’essaie aussi d’écrire tout ce qui concerne un projet, de faire une sorte de carte mentale. Certaines associations peuvent être vraiment utiles ! De plus, de nombreuses idées me viennent par hasard.


Vous utilisez des couleurs brillantes, clinquantes, d’où vient cette attraction?

Je suis comme une pie, j’aime toutes les choses brillantes et clinquantes !

Dans une interview, vous avez dit que vous étiez une « grande fan du mauvais goût ». Qu’est ce qui vous intéresse dans le mauvais goût ?

Le concept de beauté, et de ce qui devrait être autorisé et interdit dans certains espaces, a toujours été ambigu pour moi. J’aime terriblement les choses kitsch, comme par exemple de vieilles enseignes polonaises faites avec des lettres découpées laides et un dégradé en arrière-plan. C’est un régal pour mes yeux !


Votre travail semble avoir évolué de l’illustration vers un design graphique plus amusant et étrange. Avec vos propres mots, comment décririez-vous cette évolution et quelles en sont les causes?

En tant que graphiste, je suis en constante évolution. Je fais ce qui m’intéresse au moment où je le fais. De plus, je m’ennuie assez facilement, ce qui m’amène à essayer de nouvelles choses et developper de nouveaux styles.

Vos affiches pour les Growlers sont particulièrement réussies. Comment s’est produit cette rencontre ? Pouvez-vous nous expliquer votre processus de création pour ces affiches ?

Un matin, j’ai reçu un e-mail me demandant si je souhaitais réaliser une affiche pour le groupe. J’adore ce groupe depuis toujours, donc faire une affiche pour eux était une expérience rêvée ! Lors de la création de l’affiche, j’écoutais simplement leur musique et j’essayais de capturer leur style groovy et psychédélique.

Affiche de concert pour le groupe américain The Growlers


Vous avez réalisé beaucoup d’affiches pour des soirées, des concerts, des pochettes de disques. Y a-t-il une période de la musique que vous aimez particulièrement, en termes d’affiches, de fanzines, d’art ?

Je ne pense pas qu’il y ait un moment spécifique de la musique qui m’influence particulièrement. Cependant, j’aime vraiment ajouter une esthétique 90’s à certaines de mes créations. J’ai également un attrait pour les choses vintage, que ce soit un style graphique, un vêtement ou un maquillage, je le considère simplement comme incroyablement beau.



Dream par Natalia Pawlak

Dans ce numéro, Étapes s’associe à Natalia Pawlak pour concevoir une création originale à partir des logiciels Adobe Creative Cloud et du service Adobe Stock. Nous avons demandé à Natalia Pawlak de réaliser une création sur le thème « Semi Surreal » une des Tendances Design 2020 d’Adobe.

Découvrir les coulisses de la création de Dream

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

24 avril > 5 septembre – Balade en ville, design des bancs

Le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (mudac) de Lausanne organise plusieurs promenades en ville à la découverte d’un élément central du mobilier urbain : les bancs. Lieux de passage ou de rassemblement, ils sont indispensables à la ville, à ses usagers et doivent avoir une visée avant tout…

19 & 20 avril – Écrire l’intelligence artificielle, deux journées de conférences en ligne

L’ÉSAD d’Amiens propose en ce mois d’avril une dizaine de conférences, trois jours de workshops et une exposition afin d’ouvrir une réflexion sur la thématique : Le champ du signe [Écrire l’intelligence artificielle]. À travers des perspectives créatives, critiques, prospectives et pédagogiques, les intervenants questionneront la conception «avec» et «par»…

18 > 31 mars – 6e Rencontres de l’Illustration de Strasbourg

Rare évènement à être maintenu en 2021, les Rencontres de l’Illustration de Strasbourg auront bel et bien lieu du 18 au 31 mars dans la capitale européenne. Grand rendez-vous dédié à l’Illustration, elles invitent chaque année plusieurs milliers de spectateurs à visiter les expositions réparties entre le Musée Tomi Ungerer,…

Feed

Les candidatures pour la 52e édition du Club des DA sont ouvertes

Il va sans dire que cette 52e édition du Club des DA sera spéciale. Recueillant les créations parues entre le 1er avril 2020 et le 30 avril 2021, les diverses opérations de communication réalisées pendant cette période ont pour la plupart été impactées par la Covid-19. Il est peut être encore un…

Gwen Keraval s’illustre à Chaumont avec Scriptorama

Depuis 5 ans, la petite ville rurale de Chaumont a su tirer son épingle du jeu en se plaçant sur la carte du graphisme français. Grâce au Signe et sa biennale bien évidemment, mais également en accueillant toute l’année une multitude de projets graphiques. C’est notamment le cas de la…

Ressources