The People’s Money : quand l’Écosse confie le design de ses billets de banque au peuple

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en mars prochain et actuellement en pré-commande ici, nous publions un article en lien avec le dossier « Design & Argent ».


En 2016, la Royal Bank of Scotland décidait la création de nouveaux billets de banques. L’opération intitulée The People’s Money : The Fabric of Nature impliquait plus de 1000 citoyens écossais aux profils représentatifs de la population, un consortium de studios de design du pays et une assemblée d’experts. Après plusieurs mois de travail, ils ont accouché d’une série de billets allant de 5 à 50£, traduction imagée d’un récit national alliant nature et personnages emblématiques du pays.


Peu de fois dans l’histoire, des designers ont reçu un brief décidé par le peuple lui même. C’est le cas de The People’s Money, pour lequel des participants sélectionnés dans toute l’Écosse ont voté, choisit et émit des idées qu’ils souhaitaient voir apparaître sur leurs billets de banques. Consciente des enjeux liés à cette commande, l’agence Nile, implantée à Édimbourg, en a supervisé la réalisation. Elle a fait appel à plusieurs studios écossais pour assumer la direction artistique, l’illustration et le design. Graven, O Street, Timorous Beasties et Stuco ont alors eu à interpréter les résultats de la consultation populaire afin de créer un ensemble de billets cohérents.

Les éléments choisis par le public reflètent avant tout la modestie et le quotidien, une volonté de s’identifier à la tradition plutôt qu’au fantasme. Ainsi, maquereaux, moucherons, tweed, écureuils et loutres ont été préférés aux tartans, châteaux, saumons et cerfs habituels. Représentatifs d’une identité entre terre et mer, les éléments maritimes se substituent aux éléments terrestres, au fur et à mesure que les billets prennent en valeur. Les maquereaux et les loutres laissent place aux écureuils batifolant au milieu des myrtilles. Pour relier la faune et la flore représentées, des extraits de poèmes inscrits en gaélique et magnifiquement calligraphiés par Susie Leiper, ornent la face des billets.


Du côté des personnages, en substitution des seigneurs et des rois, figurent trois femmes pionnières de l’histoire écossaise : l’auteur Nan Shepherd sur le billet de 5£, la scientifique Mary Somerville sur le billet de 10£ et Kate Cranston, entrepreneure de salon de thé et collaboratrice de l’architecte et designer Mackintosh, sur le billet 20£.

Sous une lumière UV, des éléments graphiques se dévoilent. Les traductions anglaises des poèmes en gaélique font jour, les écailles du maquereau scintillent et la queue des écureuils prend des couleurs verte et orange brillant. Cet aspect est le résultat de recherches qui restituent certaines couleurs et motifs de tweed sur chaque billet.

Dévoilés au compte goutte en fin d’année 2016, les nouveaux billets sont désormais dans les portefeuilles de tous les écossais. Et ils le resteront encore pendant encore plusieurs décennies. Neil Wallace, directeur du studio O Street, disait ainsi dans un communiqué : « Sincèrement, c’est le travail rêvé pour tout designer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

18 > 31 mars – 6e Rencontres de l’Illustration de Strasbourg

Rare évènement à être maintenu en 2021, les Rencontres de l’Illustration de Strasbourg auront bel et bien lieu du 18 au 31 mars dans la capitale européenne. Grand rendez-vous dédié à l’Illustration, elles invitent chaque année plusieurs milliers de spectateurs à visiter les expositions réparties entre le Musée Tomi Ungerer,…

Feed

Gwen Keraval s’illustre à Chaumont avec Scriptorama

Depuis 5 ans, la petite ville rurale de Chaumont a su tirer son épingle du jeu en se plaçant sur la carte du graphisme français. Grâce au Signe et sa biennale bien évidemment, mais également en accueillant toute l’année une multitude de projets graphiques. C’est notamment le cas de la…

Ressources