The Simple Life : Jeremy Booth immortalise des objets cultes vintage

« The Simple Life, c’est pour moi beaucoup de première fois. Ma première exposition personnelle, mon premier voyage à Paris ». Depuis le 13 octobre, l’illustrateur Jeremy Booth expose chez Sergeant Paper 15 œuvres en série limitée sur les thèmes de l’architecture et du design.

À peine sorti de l’avion, le jeune américain se met au rythme parisien. Pas le temps de se reposer. Il file direct à la galerie pour contempler les imprimés de son travail. Le vernissage est dans quelques heures, tout semble ok, la pression peut retomber. Nous nous asseyons pour évoquer son parcours.

Jeremy Booth a 29 ans, il vient du Kentucky et malgré le fait que son travail ait déjà beaucoup circulé sur la toile, ça ne fait qu’un an et demi que l’illustration est l’occupation principale de cet autodidacte. « Je n’ai pas suivi d’études dans les domaines de la création. J’ai commencé à prendre au sérieux la conception graphique comme carrière, il y a environ 5 ans. C’est petit à petit, via les commandes, que j’ai commencé à aller de plus en plus vers l’illustration ».

Son approche est générationnelle et si les premiers traits de ses créations prennent forment sur papier, très vite, c’est sur son iPad que Jeremy Booth perfectionne ses esquisses. D’un support numérique à l’autre, le final s’effectue sur Illustrator. « J’y ajuste les lignes et incorpore des couleurs, mais attention, jamais plus de 4 ou 6 teintes par composition ». Ces lignes marquées, ces ombres et les tons utilisés marquent aujourd’hui son style, issu du croisement de la perfection des images vectorielles avec l’esprit indémodable des anciennes publicités. Côté inspiration, cet amateur de belles choses, observe beaucoup les façades architecturales et les pièces de design d’intérieur. « J’aime beaucoup le travail des architectes Donald Wexler et William Krisel. Au printemps, dernier je suis allé à Palm Springs, c’est un paradis pour les inspirations milieu du XIXe siècle, c’est aussi de là qu’est née la série The Simple Life« . Jeremy Booth est également un grand amateur de photographie et cela se ressent. Il découvre dans le travail des autres, des éléments à réinterpréter, se les approprie et les mélanges pour donner naissance à de nouvelles scènes. D’ailleurs sa méthode de composition est proche de la photo. Il place d’abord son objet, puis étudie la meilleure orientation possible pour marquer les ombres et ainsi déterminer la direction du reste de l’image.

Une technique à observer de près dans cette expo parisienne. Jeremy Booth a passé son été à la préparer et se fixe désormais comme objectif de s’initier au technique d’impression.

Suivre Jeremy Booth :
http://www.jeremy-booth.com
– https://www.instagram.com/jeremybooth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

Franchir les murs, festival virtuel et visuel

Dans un contexte sanitaire tendu, le secteur de la culture se mobilise pour continuer de faire vivre diverses expériences au public. Le festival virtuel « Franchir les murs », initiative de la ville de Pau, propose jusqu’au 4 septembre des expositions, films, playlists ou encore illustrations autour des cultures urbaines. Ce parcours…

27/05 > 20/06 – Art Paris Digital by Artsy

Suite au report puis à l’annulation de son édition 2020, la foire d’art contemporain Art Paris, qui devait avoir lieu au Grand Palais, a troqué l’espace de la grande nef pour un espace numérique. Elle lance dès aujourd’hui Art Paris Digital by Artsy, une plateforme flambant neuve accueillant une centaine…

27/05 > 30/05 – « Petit contre-temps » au Studio Fotokino

« Petit contre-temps », exposition au titre visionnaire, qui devait se dérouler pendant le confinement, aura finalement lieu à Fotokino, du mercredi 27 au samedi 30 mai. Trois artistes et designers marseillais, habitués du studio, sont invités à investir l’espace d’exposition de Fotokino pendant 4 jours. Aurélien Débat montrera une…

REPORT OU ANNULATION – 12/03 > 02/04 – Post-scriptum : Ep.01 à Nancy

« La Galerie NaMiMa de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy, en partenariat avec Le Signe, Centre National du Graphisme de Chaumont accueille Post-scriptum : Ep.01 une exposition d’affiches et d’objets graphiques contemporains. Au-delà d’une collection graphique témoignant d’écritures singulières, cet évènement s’engage à révéler les histoires et éclaircir les…

Flux

Le confinement dans la peau d’un ado par le studio Favo

S’il est encore difficile d’imaginer clairement ce que sera l’après pandémie, se pencher avec un peu de recul sur la manière dont nous avons vécu les trois derniers mois est désormais d’actualité. Ce court métrage d’animation, baptisé « Quaranteen, a tale of confinement » et réalisé par le studio portgugais Favo (Louis…

Ressources

POSE une webapp pour vous aider à illustrer des personnages

Si on n’ose pas se l’avouer, certains outils sont tout de même bien pratiques pour combler des lacunes en dessin. Dans ce registre, nous sommes tombés sur POSE. Cette webapp développée par le designer Gal Shir est d’une aide précieuse pour créer des personnages proportionnés. La principale difficulté lorsque l’on…