Thyrse : le design floral de la composition à la matière

Diplômée de l’Institut Français de la Mode, anciennement École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne, Domitille Basso rejoint la maison Saint Laurent avant de se diriger vers le design floral. Elle fonde en 2021 Thyrse, un studio floral, après une reprise d’études à l’École des fleuristes de Paris. Inspirée par la broderie, la dentelle, le travail du textile et de la composition des formes des couleurs, elle réalise des natures mortes pour des campagnes de mode et des installations végétales en collaboration avec des artistes et photographes.

Domitille Basso par Chris Brooks.



De la mode au design floral


Avant de se tourner vers le design floral, Domitille Basso est formée à la mode à l’École de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. Elle travaille sept années chez Saint Laurent où elle dessine les broderies et dentelles des collections homme et femme. Elle crée en 2021 Thyrse, un studio de design floral, après une formation à l’École des fleuristes de Paris. Le nom de son studio fait référence à l’attribut du dieu Bacchus. Dans la mythologie latine, le thyrse est un bâton entouré de pampres et de lierres, et terminé par une pomme de pin ou des feuilles de vigne. En botanique, le thyrse désigne aussi une inflorescence pyramidale en grappe composée. “Les fleurs faisaient déjà partie de mon univers, motifs récurrents de dentelles et de broderies. Je retrouve dans le design floral l’attention aux couleurs, aux matières, à la transparence, au toucher, déjà présent dans le travail du textile” affirme Domitille Basso. L’enjeu de la composition est autant important dans le design de mode que dans celui floral : du dessin d’un motif équilibré à l’arrangement harmonieux de végétaux, pour un bouquet ou une installation.

La mannequin Vittoria Ceretti pose pour le photographe Raphael Pavorotti pour Vogue Italie. Domitille Basso réalise la composition végétale.


Bouquet de travaux de commande


La designer florale, dont l’atelier est installé au Consulat Voltaire, réalise des natures mortes ou des décors pour des campagnes publicitaires ou des shootings de mode. Elle crée pour Vogue Italie un parterre végétal sur lequel pose la mannequin Vittoria Cerreti photographiée par Rafael Pavarotti. Pour le clip de la gamme de parfums Aqua Allegoria de Guerlain, réalisé par Yann Arthus-Bertrand, Domitille Basso imagine une barque de fleurs onirique. “Je reçois d’abord un moodboard, des premières intentions. Puis, je sélectionne en fonction des espèces de fleurs que je vais chercher au marché de Rungis” précise-t-elle. La designer florale compose aussi des installations pour des tables de chefs. Enfin, elle travaille aussi en collaboration avec des artistes et photographes. Ses compositions florales colorées, dans lesquelles elle n’hésite pas à hybrider différentes espèces par la découpe et la combinaison, se déploient sous les lumières et l’objectif de Baptiste Olivier ou encore de Quentin Lacombe. “J’aime les fleurs farfelues. Les alliums sont explosifs. L’asparagus est délicat et vaporeux : il possède un aspect dentelle. La fragilité de la rose de jardin me captive. J’apprécie particulièrement les végétaux dont l’esthétique évolue avec le temps, reflétant la vie de son début à sa fin : ils incarnent une certaine fragilité” affirme-t-elle. Avec la photographe Diane Hymans, elle sublime les bijoux de la marque Tétier dans des images où se rencontrent bagues, broches en inflorescence et pétales, boutons et coroles, ne se distinguant plus les uns des autres. Pour l’artiste Amélie Bigard, exposée en mars dernier au Consulat, elle imagine un décor floral entrant en dialogue avec son installation “Ghostown”, explorant lieux, temps et communautés dans les interstices du réel. “Dans mon travail, je crée des paysages à plusieurs échelles, les décors relèvent du macroscopique, tandis que les compositions photographiques, du microscopique” précise Domitille Basso.

Pour le clip, réalisé par Yann Arthus-Bertrand, destiné à promouvoir la gamme de parfums de Aqua Allegoria de Guerlain, Domitille Basso crée une barque de fleurs onirique.


L’attention aux couleurs et à la composition


Dans son travail personnel qu’elle continue de développer, Domitille Basso s’intéresse à la notion de génie du lieu. Dans la mythologie romaine, le genius loci est l’esprit protecteur du lieu, des êtres surnaturels habitant à la fois les espaces et les individus. Pour son exposition personnelle au Consulat “Le Ciel à la racine” qui s’est déroulée de septembre à octobre dernier, elle habite les locaux de ses installations florales et crée tel un jardin magique en hauteur. Elle développe actuellement des textiles végétaux, mêlant fils à broder et plantes. “Je travaille avec les restes de mes bouquets, dont j’aime réintégrer les chutes à mes créations textiles. Je pense le végétal comme une matière” ajoute-t-elle. Pour ses compositions, elle porte un intérêt spécifique aux couleurs vives, se répondant, et ose ajouter paillettes et éclats métallisés. “J’aime pouvoir manipuler différents éléments de mes mains, comme des pétales et faire le pont, avec mes compositions, entre deux mondes : celui des producteurs et revendeurs de fleurs et l’univers du luxe et de la mode” conclut-elle.

Photographie d’Ulysse Frechelin. Composition florale de Domitille Basso.
Photographie d’Ulysse Frechelin. Composition florale de Domitille Basso.
Photographie d’Ulysse Frechelin. Composition florale de Domitille Basso.
Pour la marque de bijoux Tétier, Domitille Basso crée un set design floral photographié par Diane Hymans.
Bijoux : Tétier. Composition florale : Domitille Basso. Photographie : Diane Hymans.
Bijoux : Tétier. Composition florale : Domitille Basso. Photographie : Diane Hymans.
Image : Baptiste Olivier. Composition florale : Domitille Basso.
Image : Baptiste Olivier. Composition florale : Domitille Basso.
Installation florale de Domitille Basso pour l’artiste Amélie Bigard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Le 7 décembre 2022 → Journée d’études ‣ Post $cript Écoles sous licence ‣ Typographie : usages, économie, fichiers, licences – La HEAR (Strasbourg)

En janvier 2023, les logiciels Adobe ne supporteront plus les polices Postscript de type 1. Suite à cette annonce, l’atelier de Communication graphique de la HEAR Strasbourg et les départements typographiques de l’erg et de l’ENSAV La Cambre organisent une journée d’études interrogeant la dépendances des écoles d’art et des…

Du 30 novembre au 5 décembre 2022 → Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis – Paris Montreuil Expo (Montreuil)

Le 38e Salon du Livre et de la Presse jeunesse en Seine-Saint-Denis rassemble à l’espace Paris-Est Montreuil 400 exposant·es, comme Flammarion Jeunesse, Kana ou encore les éditions Zébulo. La programmation est notamment complétée par une exposition donnant à voir par une scénographie six albums, dont “Leina et le Seigneur des…

Du 2 au 11 décembre 2022 → Laterna Magica – Marseille

Le mythique festival Laterna Magica s’installe aux quatre coins de Marseille pour une 19e édition. Organisé par Fotokino, il fait dialoguer illustration, cinéma, graphisme, arts plastiques, design et édition. Cette année, la dessinatrice et peintre Alexandra Duprez expose son travail au Studio Fotokino, le graphiste Benoît Bodhuin propose un workshop,…

Feed

Le Dancing CDCN entre en piste

À l’occasion de l’adoption de son nouveau nom, Le Dancing CDCN Dijon Bourgogne-Franche-Comté fait appel à l’atelier Pangram pour repenser sa communication visuelle. Pour le Centre de Développement Chorégraphique National, le collectif graphique imagine une identité colorée et festive, appelant au mouvement. Jeux de motifs circulaires et découpes invitent à…

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Étienne Robial sur France Culture

À l’occasion de l’exposition qui lui est consacrée au musée des Arts décoratifs, Étienne Robial revient sur son parcours sur France Culture. Dans l’émission “Affaires culturelles” d’Arnaud Laporte, le graphiste présente les différents travaux ayant marqué sa carrière. De la fondation de Futuropolis, à la direction artistique de Canal+, en…

À la main, la tendance graphique du numéro 269

Dans le cadre du prochain numéro d’étapes: à paraître en librairie le 24 novembre, nous publions un extrait de notre rubrique « Tendances ». Malgré la numérisation de la pratique du design graphique, les designers persistent à concevoir du lettrage ou des illustrations à la main. Originalité des formes ou granulosité du trait,…

Ressources

Les Mardis Graphiques font place à l’éco-conception

Organisés par Pollen Studio, les Mardis Graphiques sont une série de conférences à Rennes, gratuites sur inscription. La dixième table-ronde porte sur la notion d’éco-conception et s’est déroulée le 7 juin dernier. Comment réduire son empreinte environnementale en tant que graphiste, sans renoncer à la communication ? Jeanne Lepoutre, co-fondatrice…

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Blaze Type fait rayonner les variables

Créé en 2016, le format de police variable permet de modifier une fonte selon plusieurs axes, comme celui de la graisse ou encore de la chasse. Adopté par certain·es typographes et fonderies, comme Blaze Type, il offre plus de liberté à l’utilisateur de police, notamment en termes de Responsive Design.…