Un projet non retenu, qui pourtant envoie du Blois !

Dans le parcours d’un designer, il y a des projets aboutis remarqués et d’autres qui restent dans les cartons, malgré les nombreux efforts déployés pour les mener à bout. Récemment Julian Legendre et Laura Geiger ont répondu à une consultation pour le site web de la ville de Blois, projet qu’ils ont poussé en pensant une identité forte applicable sur et en dehors du cadre numérique. Malheureusement cette étude sur l’image du territoire, n’a pas été retenue. Julian Legendre a cependant voulu la partager avec les lecteurs d’étapes:.

Après avoir commencé par travailler dans le culturel et l’institutionnel, il y a une quinzaine d’années, Julian Legendre s’est peu à peu éloigné de ce types de commandes. Un désenchantement dû à une dégradation de la pratique du graphisme au sein de ces sphères. Fortement imprégné par sa relation avec les territoires où il a notamment grandi, il revient aujourd’hui vers ses premiers amours. La récente identité visuelle qu’il a réalisée pour la Mayenne devient son nouvel étendard, le projet ayant été salué par le public, les politiques et la critique. La consultation pour la ville de Blois s’encre dans ce nouveau décor, où le signe se construit par le mariage d’un héritage passé avec une vision du futur. L’ensemble s’exprime à travers un système dont les formes radicales et l’abstraction n’entachent en rien la valeur symbolique.


Cette étude a commencé suite à une sollicitation par l’agence Goodby. L’objectif était de comprendre ce qui caractérisait l’identité de Blois et de projeter cette image dans l’avenir. Julian Legendre et sa collaboratrice Laura Geiger se sont alors plongés dans les caractéristiques et valeurs locales, afin d’en tirer tout ce qui forme son unicité. Ces nombreux sens formels, ils sont aller les chercher dans l’architecture, le château, le mythique escalier Renaissance, le pont ou encore la Loire. La recherche sémiologique a donné naissance a un motif, sorte d’appât pour pousser la collectivité à personnaliser son outil web au delà d’une interface utilisateur classique.








Le motif provenant de l’étude démonstrative sert également de grille pour la création d’un signe typographique. Le « B » de Blois exprime par son dessin l’histoire du territoire. Il devient un caractère unique, fonctionnel et doté d’une importante charge émotionnelle.




Le système graphique est ensuite décliné sur de nombreux items, donnant ainsi une cohérence à la communication visuelle Print et Web. On retrouve les mêmes formes et les mêmes signes, mis en œuvre de manière à s’adapter à leur support. La couleur bleue fortement reconnaissable et la volonté de déployer une typographie sur mesure créent des points de repères qui accompagnent l’observateur. Le travail d’ensemble montre l’intérêt d’en revenir à une charte graphique contemporaine, fruit d’une histoire et cohérente vis à vis des citoyens.






Par Charles Loyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agenda

24 avril > 5 septembre – Balade en ville, design des bancs

Le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (mudac) de Lausanne organise plusieurs promenades en ville à la découverte d’un élément central du mobilier urbain : les bancs. Lieux de passage ou de rassemblement, ils sont indispensables à la ville, à ses usagers et doivent avoir une visée avant tout…

19 & 20 avril – Écrire l’intelligence artificielle, deux journées de conférences en ligne

L’ÉSAD d’Amiens propose en ce mois d’avril une dizaine de conférences, trois jours de workshops et une exposition afin d’ouvrir une réflexion sur la thématique : Le champ du signe [Écrire l’intelligence artificielle]. À travers des perspectives créatives, critiques, prospectives et pédagogiques, les intervenants questionneront la conception «avec» et «par»…

18 > 31 mars – 6e Rencontres de l’Illustration de Strasbourg

Rare évènement à être maintenu en 2021, les Rencontres de l’Illustration de Strasbourg auront bel et bien lieu du 18 au 31 mars dans la capitale européenne. Grand rendez-vous dédié à l’Illustration, elles invitent chaque année plusieurs milliers de spectateurs à visiter les expositions réparties entre le Musée Tomi Ungerer,…

Feed

Les candidatures pour la 52e édition du Club des DA sont ouvertes

Il va sans dire que cette 52e édition du Club des DA sera spéciale. Recueillant les créations parues entre le 1er avril 2020 et le 30 avril 2021, les diverses opérations de communication réalisées pendant cette période ont pour la plupart été impactées par la Covid-19. Il est peut être encore un…

Gwen Keraval s’illustre à Chaumont avec Scriptorama

Depuis 5 ans, la petite ville rurale de Chaumont a su tirer son épingle du jeu en se plaçant sur la carte du graphisme français. Grâce au Signe et sa biennale bien évidemment, mais également en accueillant toute l’année une multitude de projets graphiques. C’est notamment le cas de la…

Ressources