Une typographie cryptée qui s’inspire des blockchains

L’agence Superunion s’inspire de l’aspect numérique brut des lignes de données et des blockchains pour imaginer l’identité visuelle de la société Elliptic, qui lutte contre les cyber-crimes.

En tirant leur inspiration des fameux blocs de données qui constituent les blockchains, ils ont ainsi réalisé une typographie en 3D, blanche, conçue pour être appliquée sur un fond noir, et volontairement difficile à lire, pour refléter les services de la société.

Les blockchains, grâce au cryptage de données, permettent d’effectuer des transferts en préservant l’anonymat. Alors qu’elles ouvrent la voie à des systèmes bancaires décentralisés, et permettent d’apporter discrétion et sécurité, les blockchains et les cryptomonnaies (comme le bitcoin) permettent
aussi d’effectuer des transactions illégales sans laisser de trace.

C’est là qu’intervient la société Elliptic, sorte de détectives luttant contre cette forme de criminalité qui utilise la technologie des blockchains. Le challenge d’une telle société est double : il leur faut à la fois expliquer au grand public en quoi consiste cette technologie, et son utilité.

Superunion a pris le parti de montrer que la communication visuelle peut familiariser le public à ce domaine, et l’aider à comprendre comment les blockchains font désormais partie intégrante du nouvel écosystème technologique. L’agence a donc essayé de faire ressortir cette expérience à travers l’identité de marque de la société.

Pour illustrer la complexité de leur mission, et la dimension de la valeur cryptée, Superunion a imaginé une police de caractères qui semble indéchiffrable et écrasante au premier regard. Si l’on s’y attarde, les formes finissent lentement par se dessiner et constituer des mots, comme la résolution d’une énigme. En rendant inconfortable le déchiffrage de la typographie, les designers accentuent la satisfaction ressentie par le lecteur lorsqu’il parvient à résoudre ce casse-tête.

L’agence a aussi réalisé des posters, sur lesquels les mots fraud, terrorists et extortion (fraude, terroristes, extorsion) sont dissimulés dans l’arrière plan, tandis que le mot “truth” (vérité), se détache dans un gris plus clair, au milieu. Ainsi, la police de caractères imaginée se rapproche immédiatement du travail de la société, détectives à la recherche de la vérité dans un monde crypté en noir et blanc.

Toutes les images sont de Superunion

Par Lisa Darrault

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Agenda

Du 2 au 11 décembre 2022 → Laterna Magica – Marseille

Le mythique festival Laterna Magica s’installe aux quatre coins de Marseille pour une 19e édition. Organisé par Fotokino, il fait dialoguer illustration, cinéma, graphisme, arts plastiques, design et édition. Cette année, la dessinatrice et peintre Alexandra Duprez expose son travail au Studio Fotokino, le graphiste Benoît Bodhuin propose un workshop,…

Les 24 novembre et 8 décembre 2022 → Cycle thématique : enjeux environnementaux des arts numériques – Stereolux (Nantes)

Proposé par le Stereolux, le cycle thématique “Enjeux environnementaux des arts numériques” vise à interroger l’impact écologique de l’art numérique. Le 24 novembre, une journée est consacrée à l’enjeu de l’éco-conception dans les arts numériques. Elle rassemble Benoît Ruiz, Juliette Bibasse, Barthélemy Antoine-Lœff, Cédric Carles, Fanny Legros, ainsi que Stéphanie…

Jusqu’au 30 décembre 2022 → De Garamont aux Garamond(s) : une aventure typographique – Bibliothèque Mazarine (Paris)

Plus de deux cents polices numériques se réclament aujourd’hui du Garamond, qui est loin d’être une police unique, contrairement à ce que l’on pense souvent. Les Garamonds doivent leur origine à Claude Garamont, tailleur et fondeur de caractères du XVIe siècle. L’exposition “De Garamont aux Garamond(s) : une aventure typographique”…

Jusqu’au 19 février 2023 → Haettenschweiler de A à Z ‣ créateur de caractères, graphiste et artiste – Museum für Gestaltung Zürich (Zürich)

Le musée du Design de Zurich expose les travaux de Walter F. Haettenschweiler. Dans les années 1950, le dessinateur de caractères conçoit le Schmalfette Grotesk, utilisé comme police système par Microsoft. Il édite avec Armin Haab les ouvrages « Lettera » présentant leurs propres créations de caractères et versions rééditées.…

Feed

Une infographie de la littérature

Chercheur en littérature au CNRS, Alexandre Gefen publie avec Guillemette Crozet, datadesigner et infographe, l’ouvrage “La littérature, une infographie” aux éditions CNRS. Du nombre de mots moyen par phrase chez Proust, aux écrivain·es les plus suivi·es sur les réseaux sociaux, en passant par le nombre total de personnages de différents…

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Ressources

Graphisme japonais et modernité

Invités à la Maison de la culture du Japon le 22 septembre 2022, Michel Bouvet enseignant et commissaire d’exposition, et Diego Zaccaria, docteur en histoire de l’art et fondateur du Mois du graphisme d’Échirolles, retracent l’histoire du graphisme japonais de 1945 à nos jours. Dans une conférence rediffusée en ligne…

Blaze Type fait rayonner les variables

Créé en 2016, le format de police variable permet de modifier une fonte selon plusieurs axes, comme celui de la graisse ou encore de la chasse. Adopté par certain·es typographes et fonderies, comme Blaze Type, il offre plus de liberté à l’utilisateur de police, notamment en termes de Responsive Design.…