Words We Love, la récréation d’Ibán Ramón

Chaque mercredi, étapes et gràffica tirent le portrait d’un créatif de la scène espagnole ou française. Ibán Ramón est en Espagne un nom qu’on ne présente plus. Son travail, imaginé dans son petit studio à Valence, est connu au delà des frontières. Aujourd’hui, il échange avec Grafficà sur son dernier projet personnel Words We Love.

À la conversation, se mêlent d’autres sujets, où Ibán partage ses préoccupations au sujet du jeu et de l’expérimentation, évoque ses méthodes de travail, avec ou sans clients, des inspirations, relate ses expériences et sa vision des changements du secteur du design graphique au cours des dernières décennies.


Words we love

Parlez-nous de Words We Love.
C’est un projet personnel, en dehors de la commande, axé sur l’abstraction typographique. Tout a commencé en 2008 avec un autre projet auto-publié : We Love Geometry, une série d’images qui contenait des illustrations géométriques représentant en même temps des nombres.

Une décennie plus tard, Words We Love était né. Je l’ai envoyé à différents clients et amis du studio. Les destinataires ont reçu un jeu de 64 feuilles volantes avec des illustrations colorées permettant de composer des mots ou des phrases. En outre, quelques petites affiches sont incluses à titre d’exemple. Une série de 4 affiches a également été publiée.

Quel est le but de ces projets ?
Ces œuvres ont une nature ludique. Je les fais sans que personne ne le demande. Elles sont expérimentales, mais avant tout ludiques, amusants, détentes, le jeu est l’ingrédient principal. L’important est, d’une part, de passer du bon temps quand je le fais et d’essayer de faire en sorte que celui qui le reçoit ait un moment de plaisir. Ce n’est pas simplement un objet de contemplation, mais une invitation à participer activement.


We love Geometry

La deuxième partie a-t-elle surgi avec le temps ou était-ce comme une intuition, dans le sens où «cela mérite une deuxième partie» ?
En 2008, We Love Geometry était donc une série d’expériences en géométrie. Certaines fiches parlaient d’aspects tels que le rectangle, le carré, le triangle, la spirale etc. J’ai proposé un exercice visuel basé sur cela. Il y avait une boîte contenant des affiches pliées avec ma proposition sur chacun des aspects, et à la fin, un petit cahier vierge invitant chacun à écrire sa propre vision de ces aspects de la géométrie. voir le projet ici

Finalement, cela a donné une série de chiffres : des dessins abstraits devenaient des nombres, placés côte à côte. Le projet a été très largement relayé dans les blogs, les magazines et reconnu dans les annuaires, livres, compétitions, etc. C’était un moment où l’on commençait à s’intéresser à l’abstraction géométrique, mais c’était encore une chose peu vue.

Dans la même idée, j’ai eu l’idée de créer un alphabet complet : prendre toutes les lettres de l’alphabet pour pouvoir faire un jeu similaire qui consisterait à faire des illustrations isolées d’une manière abstraite, mais en les associant entre elles, on comprend qu’elles sont des lettres. J’ai achevé le projet (seulement) cette année.

Parlez-nous de cette méthodologie de travail. Suivez-vous le même processus que pour les projets de commande ?
Pour un projet personnel, le résultat est anticipé. Je sais comment cela va se terminer et comment je compte mettre fin au projet. Lorsque le travail est commandé, à priori, je ne peux pas dire comment le projet se terminera car çà évolue. Avant de commencer à imaginer la forme graphique finale, il y a besoin de quelques éléments qui se définissent lors les réunions avec le client, du briefing, etc.

Ce type de projets comme Words We Love, entre jeu et puzzle, est plus récréatif. Est-ce votre corps ou votre esprit vous réclame ce type de parenthèses ?
Bien sûr. Ce type de travail est essentiel, car il faut apprendre et expérimenter continuellement. Bien qu’il y ait d’autres moyens, car on ne cesse pas de se nourrir de tout ce qui nous entoure, de tout ce qu’on lit, de tout le théâtre et du cinéma qu’on voit, de tout ce qu’on entend …

Faire des exercices de ce genre vous aide également à résoudre des problèmes, à opposer des façons de faire, à essayer.

Et alors vous pouvez développer des choses que souvent les commandes ne vous permettent pas, des choses qui ont à voir avec des idées mais aussi avec du graphisme que vous n’avez pas toujours la possibilité d’appliquer dans votre travail. Et on a besoin de cette agitation, d’expérimenter pour faire mûrir notre lot de connaissances. Vous finirez par inclure certaines de ces graphismes à des projets de commande, si le moment opportun arrive, car il arrive parfois que le bon moment n’apparaisse pas, mais vous ne devez jamais cesser d’essayer.


Words We Love

Pensez-vous que chaque designer devrait consacrer du temps à ce type de projets personnels en dehors du travail sur commande ?
Oui. Je pense qu’il est naturel que le designer fasse ce genre de chose. Une personne qui se consacre à une activité comme celle-ci ne devrait pas être satisfaite de ce qu’il sait à la fin de sa formation, mais il doit continuer de se former. Et ici, il ne s’agit pas seulement d’étudier ce que les autres apportent, mais chacun doit aussi contribuer et tirer ses propres conclusions à partir d’expériences et de recherches personnelles. Beaucoup de designers connaissent cet exercice.

We Love Geometry a été récompensé par un certificat d’excellence du Type Directors Club. Allez-vous lancer une version de We Love Words pour le public et le proposer aussi à la compétition du TDC ?
Non. En fait, le projet est sur le point de se terminer et je ne pense pas que je l’enverrai. J’ai participé au TDC sept ou huit fois, très occasionnellement, et je pense que certains types de projets s’y prêtent mieux que d’autres. We love Words aurait le profil et un de mes récents projets pour la Feria de Valencia a, je pense, aussi le profil. Mais bon, au final, j’ai décidé de ne pas le présenter même s’il est possible que je le présente à d’autres récompenses.

La liste de vos projets récompensés est longue, quelle est l’importance de ces reconnaissances ?
J’imagine qu’il y a des designers ou des studios qui font du travail commercial ou de promotion autour de leur travail. Je ne le fais pas, sauf pour ce type de projets (We Love Geometry, We love Words) que je donne aux personnes avec qui je travaille pour maintenir une relation vivante. Je l’envoie rarement à des personnes avec qui je n’ai pas de relation de travail préexistante. Mais il est vrai que le fait qu’ils vous reconnaissent permet de communiquer autour de mon travail, cela a des répercussions et c’est pourquoi je le fais.

À ce stade, je n’ai pas d’illusions concernant les récompenses que j’ai déjà reçues, mais je pense que c’est un bon outil pour continuer à être là et montrer ce que vous faites à une audience élargie. Et parfois, cela amène du travail.

Ces jeux typographiques nous rappellent un peu ceux des mouvements d’avant-garde. Y a-t-il quelque chose dans ce projet ?
Pas vraiment. Ce qui est inévitable, c’est de boire tout ce qu’on étudie et aime. Et bien sûr, tout ce qui a trait aux avant-gardes historiques et artistiques m’intéresse; la même chose que ce que j’ai lu, ce que je vois, ce que je visite quand je voyage … Par exemple, quand vous allez à Berlin, vous allez dans les archives du Bauhaus, et à Dessau vous vous intéressez aux bâtiments et à l’architecture, et tout cela fait partie de vous. Oui, il est vrai qu’il y a un intérêt, mais il n’y a pas d’intention consciente de le refléter.

En dehors de cette inspiration «cachée» de l’avant-garde artistique, quelles sont inspirations ? Quelles sont vos références lors de la conception ?
Consciemment, rien. Quand j’enseigne, je souligne toujours ces aspects. l’obligation d’observer en permanence, de lire, d’informer, de tout absorber et, bien sûr, de concevoir. Comme un exercice sportif, au jour le jour. Ne pas cesser pas de faire ça. Lorsque vous avez le travail en main, ce n’est plus le temps de regarder dehors, il est temps de regarder à l’intérieur. Logiquement, il y a en vous tout ce que vous avez vu dans votre vie et inconsciemment de connexions se produisent. En fin de compte, les idées naissent de cette façon, car il existe un lien entre ce sur quoi vous travaillez et ce que vous avez appris, vu, reconnu … même si ce n’est pas de manière consciente.

On n’invente rien. Ce que vous faites est d’établir des liens entre ce que vous avez appris et ce que vous apprenez en ce moment. C’est un moyen naturel et sain de faire émerger des idées.

Vous travaillez dans le design en Espagne depuis plus de deux décennies. Comment voyez-vous la situation professionnelle dans notre pays ?
L’activité a beaucoup changé, mais cela dépend dans une large mesure de la façon dont on l’exerce. Je m’explique : lorsque j’ai commencé, le travail de conception était inévitablement lent, car il n’existait ni les technologies ni les ressources qui permettent aujourd’hui de résoudre les problèmes rapidement. Le travail impliquait beaucoup de méditation et de réflexion, car faire les choses vous oblige à y réfléchir. De nos jours, le travail dynamique est différent. Il est également vrai que l’activité s’est étendue.

Il y a beaucoup plus de design aujourd’hui qu’il y a 20 ans et, par conséquent, plus de gens exercent cette activité. Il y a beaucoup plus d’élèves sortent d’écoles chaque année. La formation est beaucoup plus qualitative. L’information est également meilleure qu’avant, et la dynamique de travail est différente.

Maintenant, on travaille avec moins de ressources, avec moins de budget, dans des délais plus courts, le temps de recherche a été considérablement réduit. Et cela se voit très bien dans le résultat, même si il y a des gens brillants qui, même dans ces conditions, font un travail louable et vraiment important.

Quand vous voulez dire que cela montre le résultat, voulez-vous dire en termes de qualité, qu’il y a généralement plus d’emplois, mais qu’ils sont aussi plus précaires ?
Il s’agit davantage du fait que la valeur des œuvres, avec beaucoup de fréquence, est dans le résultat et non dans le processus. Il est également inévitable de consommer les images existantes. Les gens ont accès à beaucoup d’informations très rapidement, mais ils n’ont pas accès aux raisons pour lesquelles certaines images ont été obtenues. Vous voyez simplement des images, puis vous avez tendance à interpréter le dessin comme une image résultante et à suivre les modes et les tendances. C’est une chose qui avance très vite et qui entraîne de grands courants dans de nombreux blogs, comptes Instagram et autres choses du même genre. Ce qu’ils font, c’est prendre des photos sans trop de choix et sans critères, dont quelques unes très jolies, mais beaucoup d’entre elles sont mauvaises en tant qu’outil de communication ou en tant que projet de conception, bien qu’elles aient un certain intérêt visuel.

En tout cas, il y a toujours un très bon travail. J’ai parfois du mal à analyser, car définir ce qui est bon et ce qui est mauvais nécessite de connaître en profondeur le milieu, d’avoir du recul. La vérité est que nous voyons des images souvent semblables les unes aux autres sans comprendre pourquoi elles sont devenues ce qu’elles sont.

En tant que professionnel, quel synthèse feriez-vous du moment actuel ? Est-il facile de vivre de son travail ?
Il est plus facile de vivre du design, mais nous vivons dans des conditions plus difficiles. Ce n’est pas exclusif au design, mais quelque chose de plus général. Je pense que nous sommes tous des professionnels à cette époque. Nous sommes à un moment où je ne sais pas si ce type d’activité est favorable. Il ya beaucoup de besoin et beaucoup de consommation de design, mais je ne sais pas si les conditions sont idéales pour que le design soit excellent. D’autre part, c’est un moment qui facilite votre intégration sur le marché de manière très immédiate; les jeunes s’intègrent très facilement et c’est bon pour eux. Tout dépend du point de vue, et je ne peux l’analyser que par le personnel, par rapport à ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Hier, cela nous prenait de nombreuses années pour avoir une vision sur l’avenir, par rapport aux commande alors que de nos jours, c’est plus rapide. Mais avant, lorsque vous receviez une commande, il y avait un budget et une reconnaissance, et actuellement, cela ne se produit pas, je ne peux donc pas dire si la situation est bonne ou mauvaise.


Une série d’objets conçus par Ibán Ramón, utilisés ensuite pour des affiches ou des couvertures de magazine

Valencia n’est pas une ville associée au design, comme peut l’être Barcelone ou Madrid. Avez-vous déjà envisagé de changer de ville à la recherche d’autres opportunités ?
Non. Au début, je suis resté à l’extérieur, en Angleterre, où j’effectuais des stages chez Conran Design. J’aurai pu y rester plus longtemps mais j’ai choisi de retourner à Valencia. C’est une ville confortable et conviviale, de taille raisonnable, avec un climat et une gastronomie, où on peut être heureux.

Vivre à Valence n’a rien à voir avec le design, mais avec d’autres types de choses. Par contre, la ville n’est pas éloignée du design ou du travail de designer. De plus, pour faire mon travail comme je le fais, je n’ai jamais voulu avoir une grande structure, je n’ai jamais prétendu être une grande entreprise de design, j’ai toujours aimé avoir cette implication et cette participation à tous les projets dans un petit studio. Pour cela, une ville comme Valence est idéale. J’aime beaucoup y vivre.

Quels sont vos projets ?
En ce moment, je termine le livre de Falla Corona. Et je prépare le visuel pour la 14e Biennale Martínez Guerricabeitia qui aura lieu cette année et qui est également accompagnée d’un catalogue. Et d’autres choses, secrètes pour l’instant, sont sur mon bureau.

écrit par Mª Ángeles Domínguez,traduit de l’espagnol par Stéphanie Thiriet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très raillée séquence « Mr Stark I don’t feel so good », il suffit de se munir d’un crayon, de papiers et de beaucoup de patience. Voir son profil Instagram.

Guardian weekly children issue on climate change

Le Guardian Weekly sur le changement climatique illustré par des enfants

C’est bien connu, la vérité sort de la bouche des enfants. Pourtant, rares sont les occasions de les entendre sur ce que l’on considère comme des « sujets d’adultes ». La semaine dernière, le Guardian Weekly, leur a tendu une perche en leur confiant le design de sa couverture. L’hebdomadaire consacrait une grande partie de ses pages au changement climatique, notamment au travers le regard des jeunes générations. La prise de parole de l’adolescente suédoise Greta Thunberg a marqué les esprits et transmis un message fort au monde entier. L’édition « Kids v Climate Change » lui offre une répercussion. Le directeur artistique de…

Installation cinétique marque Hem

Des confettis pour une installation cinétique et colorée

Pour son arrivée à Los Angeles, la marque de mobiliers suédois Hem a fait appel à Clark Thenhaus. Le designer imagine son identité architecturale et d’un patio bétonnais, en fait une vraie installation graphique. Confettis et serpentins colorés semblent comme y tomber du ciel. Le designer repense l’atrium telle une architecture vivante et cinétique, qui invite à l’échange au sein du nouveau showroom de la marque.

Flux

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Andymation flipbook

Le cinéma dans le flipbook avec Andymation

Andymation rejoue dans un folioscope moqueur la scène finale d’Avengers Infinity War. Les folioscopes, plus communément appelés flipbook, sont des petits livrets de dessins. Feuilletés rapidement, ils donnent à l’œil l’illusion de mouvement. Faciles à réaliser, cela n’a pas empêché le flipbook d’Andymation de devenir viral. Pour rejouer la très…

Top news

Les Pentawards Live placent l’expérience au cœur de la démarche design

Les Pentawards sont une compétition design dédié au packaging. Dans son numéro 247, étapes: présentait une sélection hétéroclite d’emballages, appréciés pour leur matérialité ou leur design graphique. Le mercredi 13 février dernier, l’organisation des Pentawards avait invité quelques directeurs artistiques de grandes entreprises à partager leur stratégie de design et…

Testez vos qualités de designer avec Can’t Unsee

Avez-vous l’âme d’un bon designer ? Can’t Unsee, l’application créée par Alex Kotliarskyi, vous met au défi de choisir la meilleure interface sur les deux proposées. Si l’exercice est prenant, les résultats ne sont toutefois pas à prendre au pied de la lettre. Les questions se concentrent largement sur les…

Les Sorties Graphiques de février #3

Expos, vernissages, festivals ou conférences, chaque semaine étapes: note pour vous dans l’agenda les évènements de la scène graphique et artistique. Le Brand Day Paris par Monotype, au Showroom République Le spécialiste en identité visuelle, Monotype, organise ce jeudi 21 février, le Brand Day. Rendez-vous international rassemblant des marques de…